Norman Golb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Norman Golb
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Évaluation de la qualité des sources (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction

Norman Golb, né le à Chicago dans l'Illinois , est professeur d'histoire de civilisation juive à l'Institut oriental de l'Université de Chicago.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Normal Golb est né en 1928 à Chicago[1] de parents originaires de Russie et d'Ukraine, émigrés aux Etats-Unis. Sa langue est l'anglais. Il étudie à l'école publique de Chicago et le soir, au collège hébraïque[2].

Universitaire[modifier | modifier le code]

Norman Golb a obtenu un doctorat à l'Université Johns-Hopkins en 1954. Il détient une chaire d'histoire à l'Institut oriental de l'Université de Chicago, spécialisée dans les études hébraïques et judéo-arabes.

Manuscrits de Qumrân[modifier | modifier le code]

Golb est le principal défenseur de la thèse selon laquelle les Manuscrits de Qumrân ne sont pas le produit de la secte des Esséniens mais plutôt celui de diverses communautés et sectes de l'ancien Israël.

Lettre de Kiev datant de 920 ap. J.-C., découverte en 1962 par N. Golb

Lettre de Kiev[modifier | modifier le code]

Golb a aussi découvert en 1962 la Lettre de Kiev, le plus ancien document juif de Kiev, et, en 1965, que l'auteur du plus ancien manuscrit de musique hébraïque était Ovadia le Prosélyte[3]. Par ces biais, il devient un spécialiste du royaume juif Khazar de l'ancienne Russie.

Maisons sublime et Bonnevie[modifier | modifier le code]

Il s'est penché sur la découverte de 1976 d'un monument juif datant de 1100, sous le Palais de Justice de Rouen : la « Maison sublime »[4],[5]. Il a ainsi mis en évidence le rôle fondamental que les Juifs de Rouen ont joué en Occident au Moyen Âge[2].

En 1982, est découvert dans cette même rue l'hôtel de Bonnevie et c’est Norman Golb qui identifie le bâtiment qui appartenait à un puissant Juif normand du XIIe siècle, à la fin du règne des Plantagenêt[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

« Maison sublime », mur Nord, 1100

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF
  2. a b et c « Le Monde Selon Golb&Nbsp;: Rouen Et JÉRusalem | The Oriental Institute of the University of Chicago », sur Oriental Institute University of Chicago.edu, (consulté le 16 décembre 2018)
  3. N. Golb, « Obadiah the Proselyte: Scribe of a Unique Twelfth-Century Hebrew Manuscript Containing Lombardic Neumes », in The Journal of Religion, vol. 45, n° 2, avril 1965), p. 155
  4. « La Maison Sublime de Rouen », sur www.lamaisonsublime.fr (consulté le 15 décembre 2018)
  5. Norman Golb, « Le quartier juif du Rouen médiéval », Chapitre I, Les Juifs de Rouen au Moyen Âge : Portrait d’une culture oubliée, Presses universitaires de Rouen et du Havre, lire en ligne, 1985, p.  3–30

Voir[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]