Jean de Coras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean de Coras, né le 3 décembre 1515 à Réalmont et mort le 4 octobre 1572 à Toulouse, est un grand jurisconsulte et professeur de droit à Toulouse. Humaniste, « illustre » et « clarissimus », il meurt victime de la Saint-Barthélémy toulousaine. Il reste surtout connu, aujourd'hui, pour avoir instruit l'« affaire Martin Guerre » et en avoir laissé le récit.

L'Arrest Memorable...publié en 1561, œuvre la plus célèbre de Jean de Coras

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1515 à Réalmont, dans l'Albigeois, il grandit à Toulouse où son père est avocat au Parlement[1]. D'après ses biographies, parues de son vivant, il aurait été un étudiant en droit particulièrement précoce et talentueux. Il fréquente successivement les universités d'Angers, Orléans, Paris puis Padoue et passe son doctorat à Sienne en 1536[1].

De retour à Toulouse, il est nommé régent de droit à l'Université, où ses cours connaissent un immense succès[1],[2].

En 1542, sa mère Jeanne de Termes est morte, lui léguant tous ses biens et propriétés. Le testament est attaqué par Jean Coras père et défendu devant les tribunaux par le fils. En 1544, le Parlement tranche en faveur du fils.

Entre-temps, Jean de Coras s'est marié à Catherine Boyssonné, parente de Jean de Boyssonné, juriste humaniste et ami de Coras.

En 1545, Coras obtient une chaire de professeur à Valence ; il y enseigne le droit civil jusqu'en 1549. Puis jusqu'en 1551 il donne des cours à Ferrare.

Il rentre à Toulouse à la mort de son épouse. Henri II profite de la présence en France de Coras pour le consulter sur ses négociations avec le Duc et le Cardinal de Ferrare, et il le remercie en lui accordant le poste qu'il convoitait : conseiller au Parlement de Toulouse (janvier 1553). C'est en tant que juge au Parlement de Toulouse que, sept ans plus tard en 1560, Jean de Coras instruit l’affaire Martin Guerre.

Il se remarie avec Jacquette de Bussi, veuve, sa cousine, nièce d'un Conseiller au Parlement, dont il est très amoureux. Tous deux sont calvinistes. Coras a sans doute été gagné au protestantisme sous l'influence de son ami Jean de Boyssonné, et du séjour à Ferrare, centre des exilés protestants. Vers 1561-1562, Toulouse est presque devenue un bastion protestant : une trentaine de parlementaires toulousains notamment, à l'instar de Jean de Coras, sont gagnés à la nouvelle religion, et un nombre croissant de capitouls[3].

Jean de Coras est l’un des organisateurs calvinistes des troubles de 1562 (début de Première guerre de religion). Il doit s’enfuir en Navarre où il devient chancelier du royaume de Navarre [réf. nécessaire]. Revenu à Toulouse à la faveur de la paix de 1563, il est contraint à nouveau de quitter la ville en 1566 et il séjourne à La Rochelle[réf. nécessaire].

Retiré à Réalmont, il revient ensuite à Toulouse. Le 31 août 1572, la nouvelle des massacres parisiens de la Saint-Barthélémy se répand dans la ville. Malgré les mesures prises pour maintenir l'ordre, dans la nuit du 3 au 4 octobre, deux à trois cents personnes sont massacrées à coups de hache. Trois conseillers au Parlement sont pendus, revêtus de leur robe rouge de magistrat ; parmi eux Jean de Coras[3]. Dans ses mémoires sur les guerres de religion, Jacques Gaches écrit : « Quant aux conseillers, ils furent pendus à l'ormeau du palais avec leurs robes longues et leurs maisons et celles de tous les autres pillées et saccagées »[4]. Leurs corps firent portés au lieu-dit cimetière des protestants, à Vigoulet-Auzil.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Tolosatis jurisconsulti In titul. C. de impuberum, Toulouse, 1541[5],
  • Marci Tullii Ciceronis elegans ac perutile compendium Autore Petro Lagnerio, Toulouse, Boudeville Guyon, 1541[6],
  • In Universam sacerdotiorum materiam... paraphrasis, Lyon, Dominique de Portonariis & Mace Bonhomme, 1548[7] ; Paris, Arnaud L'Angelier, 1549 ; Toulouse, Jean-Dominique Camusat & Pierre d'Esquey, 1687[8],
  • Miscellaneorum juris civilis, libri sex. Ad sapientissimos viros Petrum Fabrum praesidem Tolosanum, Lyon, Guillaume Rouillé, 1549[9],
  • In Titulum Codicis Iustiani, De Iure Emphyteutico, Lyon, Guillaume Rouillé, 1550,
  • De actionibus, Lyon, Antoine Vincent, 1555,
  • Des Mariages clandestinement et irreveremment contactes par les enfans de famille au deceu ou contre le gré, vouloir et consentement de leurs Peres et Meres, petit discours... A trêcretien...prince Henri deuxieme...Roy de France, Toulouse, Pierre du Puis, 1557[10],
  • Altercacion en forme de Dialogue de l'Empereur Adrian et du Philosophe Epictéte... rendu de Latin en François par monsieur maître Jean de Coras, Toulouse, Antoine André, 1558[11],
  • De iuris Arte libellus, Lyon, Antoine Vincent, 1560,
  • L'Arrest Memorable, Lyon, Antoine Vincent, 1561[12] : récit de l'Affaire Martin Guerre, de l'arrivée des Guerre à Artigat jusqu'à l'exécution d'Arnaud du Tilh[1],
  • Jureconsulti clarissimi, senatorisque Regii Tolosae meritissimi, Toulouse, Guillaume Regnoult, 1567[13],
  • Arrestum sive Placitum parlamenti Tholosani, Frankfurt, Claude de Marne & Johann Aubry, 1588[14],
  • Petit discours des parties et office d'un bon et entier juge, Lyon, Vincent Barthélémy, 1596[15],
  • Memorabilium senatusconsultorum summae apud Tolosates curiae ac sententiarum, tum scholasticarum, tum forensium, Lyon, Vincent Barthélémy, 1600[16],
  • Jureconsulti clarissimi, primum in præcipuis sex academiis Galliæ, & Italiæ, Andegavi, Aureliis, Lutetiæ Parisiorum, Tolosæ, Valentiæ Allobrogum, & Ferrariæ professoris publici celeberrimi, Witteberg, 1603[17].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Natalie Zemon Davis, Le Retour de Martin Guerre, Cambridge 1983, Tallandier 2008
  2. Maître en 1544, d'après B Bennassar, B. Toulon, in Histoire de Toulouse, Privat, 1974
  3. a et b M. Taillefer in Nouvelle Histoire de Toulouse, Privat, 2002
  4. Mémoires de Jacques Gaches sur les guerres de religion à Castres et dans le Languedoc (1555-1610) publiés pour la première fois avec notes et variantes par Charles Pradel ; 1879 ; Librairie Sandoz et Fischbacher, Paris : lu page 120 le 14 /02/2016
  5. Joannis Corasi. Tolosatis jurisconsulti In titul. C. de impuberum, ad amplissimum virum Joannem Bertrandum praesidem parisiensem commentarii. Quae in hoc volumine continentur sequens pagella indicat. Ad lectorem (lire en ligne)
  6. Marci Tullii Ciceronis elegans ac perutile compendium Autore Petro Lagnerio, Compendiensi. I Insignes ad idem thema sententiae II Apophtegmata III Parabole, sive similia IIII Piae ejusdem aliquot sententiae. Addita sunt paretera a jure civili aliquot axiomata (lire en ligne)
  7. Joannis Corasii Tolosatis, jurisconsulti clarissimi In universam sacerdotiorum materiam erudita sane ac luculenta paraphrasis. Ad illustrissimum principem & reverendissimum cardinalem, a Guysia. Tractatuum, sparsim & intercise Digestorum nomenclaturam, sequens pagella indicat. (lire en ligne)
  8. Joannis Corasii Tolosatis, jurisconsulti clarissimi, In universam sacerdotiorum materiam erudita sanè, ac luculenta paraphrasis. Cum notis Joannis Solier in Senatu Tolosano patroni, ac veterani expeditionum Romanae Curiae Bancharii. (lire en ligne)
  9. Joannis Corasii Tolosatis jurisconsulti, Miscellaneorum juris civilis, libri sex. Ad sapientissimos viros Petrum Fabrum praesidem Tolosanum, Jacobum Fabrum abbatem ecclesiae casae Dei, praesidem parisiensem, ac Michaelem Fabrum, suppraefectum Tolosanum, fratres illustrissimos. (lire en ligne)
  10. Des mariages clandestinement, et irreverrement contractes par les enfans de famille, au deceu, ou contre le gré, vouloir, & consentement de leurs peres & meres, petit discours, & brieve résolucion. A trêcretien, trêvertueux, & trêpuissant prince, Henri deuxième de ce nom... (lire en ligne)
  11. Altercacion en forme de dialogue, de l'empereur Adrian, & du philosophe Epictète, contenant soixante et treze quéstions, & autant de réponses. rendu de latin en françois, par monsieur maître Jean de Coras, docteur és droits, & conseiller du roi, au parlement de Tolose, aveq la paraphrase du même autheur (lire en ligne)
  12. Arrest memorable du parlement de Tolose : contenant, une histoire prodigieuse, de nostre temps, avec cent & onze belles, & doctes annotations : dont les onze ont esté nouvellement adjoustees, sur le procez de l'execution dud. arrest. Par monsieur M. Jean de Coras, conseiller en ladite cour, & rapporteur du procez. Prononcé és arrests generaux, le XII. septembre M. D. L X. Item, Les douze reigles du seigneur Jean Pic, de La Mirandole, lesquelles adressent l'homme au combat spirituel : traduites de latin en françois par ledit de Coras. (lire en ligne)
  13. Joannis Corasii, jureconsulti clarissimi, senatorisque Regii Tolosae meritissimi, In legem unam Pandectarum, quae sub titulum, Siquis jus dicenti. inscribitur, commentarii (lire en ligne)
  14. Arrestum sive Placitum parlamenti Tholosani, continens historiam (in casu matrimoniali) admodum memorabilem, adeoque prodigiosam : una cum centum elegantissimis atque doctissimis annotationibus clarissimi j.c. Dn.Joan. Corasii, consiliarii Regii, & illius processus referentis. Omnia ex Gallica lingua (in gratiam illorum qui ejus ignari sunt) in latinam conversa. Doctiss. viro Hugone Suraeo Gallo interprete. Quibus adjunximus arrestum in eadem controversia, ex Dominis Joannis Paponis, XXII arrestorum libro. Cum indice... (lire en ligne)
  15. Petit discours des parties et office d'un bon et entier juge. De l'arrest memorable du Parlement de Tolose, contenant une histoire prodigieuse. De l'edict des mariages clandestins. Des douze reigles de Jean Pic de la Mirandole. Le tout ou dressé, ou enrichy d'excellentes annotations, & beaux commentaires, ou translaté par M.M. Jean de Coras docteur es droicts et conseiller du Roy au parlement de Tolose (lire en ligne)
  16. Memorabilium senatusconsultorum summae apud Tolosates curiae ac sententiarum, tum scholasticarum, tum forensium. Centuria, Joanne Corasio, jurisconsulto clarissimo, regioque senatore Tolosano auctore (lire en ligne)
  17. Joannis Corasii jureconsulti clarissimi, primum in præcipuis sex academiis Galliæ, & Italiæ, Andegavi, Aureliis, Lutetiæ Parisiorum, Tolosæ, Valentiæ Allobrogum, & Ferrariæ professoris publici celeberrimi; deinceps regii Tolosani senatoris dignissimi, & cancellarii Navarræi præstantissimi, &c. Opera quae haberi possunt omnia, collata, & in duos tomos distributa; quorum prior explicationes ad titulos & leges Pandectar. Posterior repetitam lectionem Digest. & annotationes ad aliquot titulos Cod. & Institutionum ; itemque tractatus quosdam, & quædam miscella, epistolicas quæstiones, arrestum & scta Tolosana, dedicatorias etiam epistolas, & similia continet. Nunc demum, postquam diu multumque desiderarentur, ab innumeris mendis, quibus prius scatebant repurgata ; allegationibus deficientibus aucta, & diversitate characterum variatis in Germania edita ; Cum Summariis, & Indice locupletißimo rerum ac verborum, in calcem tomi secundi rejecto ; opera et studio, Valent. Guil. Forsteri, I.V.D. Praemissa sunt Clarißimorum jureconsultorum de Joanne Corasio testimonia, & elenchi titulorum atque legum cuique tomo praefixi. (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Thierry Hernando, "Un conseiller calviniste au parlement de Toulouse : Jean de Coras", in Les parlements de province, pouvoirs, justice et société du XVe au XVIIIe siècle, Toulouse, Framespa 1996, pages 733 à 740.