Côte Pavée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Côte Pavée est un quartier résidentiel bourgeois de Toulouse située sur les hauteurs de l'est de la ville. Le nom de côte Pavée est le nom commun et traditionnel de l'avenue Jean-Rieux[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Côte Pavée est le nom du chemin partant du pont du canal, dit Pont Montaudran, et escaladant le coteau. On disait plus précisément : Côte Pavée Montaudran, en occitan la Còsta pavada), depuis 1890, précisant l'ancien nom : chemin Haut de Montaudran. C'est aujourd'hui l'avenue Jean Rieux depuis 1947, ancien maire de Toulouse dès 1906.

Après l'établissement du Canal du Midi en 1681, on tente de régler l'afflux des eaux descendant du coteau et entraînant les terres, envahissant les prts Saint-Étienne et Saint-Sauveur, et entravant les chargements des marchandises. Il faut fixer le sol, dans les parties en forte pente, sur les chemins de Balma, (rue du Pont-Guilheméry, et l'avenue Camille Pujol) et de Montaudran en les pavant. Ces installations sont restaurées en 1766 et en 1783.

L'usage courant du nom se démocratise avec la venue des transports en commun. Dès le 1er janvier 1885, une ligne est installée, avec des véhicules routiers à traction hippomobile, dits « Car Ripert ». Ceux-ci relient le Capitole à la Côte-Pavée, par la halle aux blés (Actuelle Halle aux grains). Le 1er janvier 1907, des rails sont posés, et le service assuré par des tramways hippomobiles. Le 12 avril 1910, c'est le tramway électrique qui s'installe. En 1921, la ligne devient le « 22 » (elle l'est encore aujourd'hui : Ligne 22 : Marengo SNCF - Gonin, par l'avenue Jean-Rieux). En 1934, les voies sont rénovées.

L'annonce du conducteur du tramways était : « Tïn, tïn, Còsta Pavada. »

Du point de vue de la géographie urbaine, le quartier, est constitué autour du poumon vert qu'est le parc du collège du Caousou. L'habitat consiste généralement en des maisons de villes, des toulousaines, à un, parfois, deux niveaux, elles ont pour caractéristiques de posséder une façade symétrique, et des décorations en terre cuite, souvent issues des ateliers Giscard, spécialiste de ce type d'ornements. Les hauteurs du quartier sont occupées par de grandes villas construites entre les deux guerres. Le reste des habitations est formé de petits locatifs et des résidences.

Il existe une annexe du réseau des bibliothèques de Toulouse dans le quartier, la Bibliothèque annexe de la Côte Pavée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Madame Danis, « École élémentaire COURREGE : histoire », Académie de Toulouse (consulté le 1er avril 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]