Jean Seignalet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Seignalet
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Jean Seignalet, né le et mort le , est un immunologue français qui a théorisé un régime alimentaire qualifié d'hypotoxique et auquel son nom est parfois donné, le régime Seignalet. Ce régime d'éviction, ainsi que ses théories sur la façon dont la consommation de certains aliments seraient à l'origine de nombreuses maladies, ont été popularisés à travers son livre de diététique, L'Alimentation ou la Troisième médecine.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jean Seignalet naît le [réf. nécessaire]. Il dirige le laboratoire d'histocompatibilité de Montpellier de 1969 à 1989[réf. nécessaire]. Immunologue il étudie notamment la compatibilité des donneurs d’organes. Sa production scientifique en tant que maître de conférences des universités-praticien hospitalier à l'université Montpellier 1 porte sur l'hématologie et l'immunologie. Seignalet est crédité de 78 publications scientifiques référencées concernant ses travaux sur l'histocompatibilité[1].

Dans les années 1980, Seignalet se prend de passion pour la nutrition. Il adapte son alimentation selon les recommandations de plusieurs personnalités dont Catherine Kousmine, ainsi que de l'alimentation crudivore de Guy-Claude Burger. Il rédige d'ailleurs la préface de l'ouvrage de Burger "Instinctothérapie, manger vrai" en 1990, dans laquelle il écrit « J'ai fait la connaissance de Guy-Claude Burger en 1983, à l'occasion d'une conférence qu'il donnait à Montpellier. Je fus frappé par son intelligence, sa culture, la mesure de ses propos et très intéressé par la théorie surprenante qu'il présentait. Pendant deux heures, je le mitraillai de questions concernant la biochimie, la génétique et l'immunologie, branches qui me sont familières. Il me répondit à tout de manière satisfaisante et je ne découvris aucune faute dans son exposé. Cinq ans après, malgré une étude attentive et détaillée de ses publications, je n'ai toujours pas décelé de faille. [...] Si j'ai accepté de rédiger cette préface, c'est parce que j'ai la conviction que les travaux de Burger se rattachent à la médecine classique. En effet, comme celle-ci, I'instinctothérapie repose sur une démarche scientifique rigoureuse »[2].

Son soutien apporté à Guy-Claude Burger, lors de ses procès notamment pour exercice illégal de la médecine (il sera condamné), a largement contribué à la défiance que beaucoup de praticiens et d'autorités médicales lui ont témoigné[réf. nécessaire].

Dans sa pratique clinique, il élabore et teste ses théories de “diététique ancestrale” sur ses patients en leur proposant un modèle nutritionnel qualifié d'hypotoxique. Il expose les conclusions, qu'il juge positives du suivi des malades dans un ouvrage destiné au grand public : L'Alimentation ou la troisième médecine, ouvrage plusieurs fois réédité, revu et augmenté.

Il meurt, le 13 juillet 2003, des suites d'un cancer du pancréas[réf. nécessaire]. Ce décès a été relevé par ceux qui critiquent sa démarche comme un élément en défaveur de ses théories alimentaires, infondée et comprenant certains risques selon la grande majorité des gastroentérologues, allergologues et autres nutritionnistes[réf. nécessaire].

Théories diététiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Régime hypotoxique.

Critiques[modifier | modifier le code]

Pour Cohen et Legrand, anthropologues de la santé, « le statut de la preuve des expérimentations de Kousmine ou de Seignalet est controversé par absence de dispositif expérimental probant et notamment par absence de randomisation. Ainsi, ces « autorités » alternatives revendiquant une démarche scientifique et rationnelle ne peuvent néanmoins s’inscrire totalement dans la preuve scientifique, source de leur discrédit. Leurs références théoriques sont parfois soumises à de nombreuses controverses puisqu’elles puisent dans des références non dominantes, non conventionnelles, voire parallèle à la médecine »[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Publications indexées dans Medline », sur ncbi.nlm.nih.gov/pubmed
  2. Guy-Claude Burger, Instinctothérapie, manger vrai, Monaco, Éditions du Rocher, , « Préface »
  3. Patrice Cohen & Émilie Legrand, « Alimentation et cancers. Personnes atteintes et autorités alternatives », Anthropologie de la Santé,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]