Guy-Claude Burger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burger.
Guy-Claude Burger
Description de l'image Guy-Claude Burger (1976) by Erling Mandelmann.jpg.
Naissance (85 ans)
Lausanne, Suisse
Nationalité Drapeau de la Suisse suisse
Activité principale
Théoricien de l'instinctothérapie
Autres activités

Compléments

Guy-Claude Burger [ɡiˈklod ˈbyʁʒɛʁ][1], né le 4 septembre 1934 à Lausanne, est connu pour avoir créé une pratique alimentaire controversée appelée instinctothérapie qu'il a exposée dans trois ouvrages publiés entre 1985 et 1990.

Il a eu plusieurs démêlés avec les justices suisse et française : il est cité dans le rapport de l'Assemblée nationale française Les Sectes et l'argent, qui indique que Burger a été condamné en 1997 pour escroquerie et exercice illégal de la médecine. Burger a été également condamné en décembre 2001 à 15 ans de réclusion criminelle pour « viol sur mineur de quinze ans »[2],[3],[4],[5]. Il est depuis classé par la presse comme un « gourou pédophile »[2],[6],[7],[8],[9],[10].

Pour le docteur Jean-Louis Abgrall, spécialiste des sectes[11], « Burger est "un grand pervers structurel" et "un très grand manipulateur", qui met sur le compte de l'organisation sociale l'existence de l'inceste et de la pédophilie. "Pour M. Burger, la suppression du tabou de l'inceste et de la pédophilie aboutirait à une société sans criminalité. Autrement dit, c'est la société qui produit le crime. C'est d'une immoralité totale qui induit qu'une société parfaite accepterait la pédophilie et l'inceste"[11] ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été violoncelliste pour le conservatoire[Quoi ?] de Lausanne et se dit licencié en physique et mathématique de l'université de Lausanne[12].

En 1960, à l'âge de 26 ans, atteint d'un cancer du pharynx (sarcome lymphomateux) et traité par chirurgie et radiothérapie, il commence à développer sa théorie de l'instinctothérapie[13]. En 1964, il fonde une société se présentant comme un centre d'écologie alimentaire à Éclépens[14] puis en 1978, est condamné à quatre ans de prison en Suisse pour avoir abusé de son fils et d'une fille de 9 ans[7]. Il avait déjà été condamné en 1958, à Vevey, à un an de sursis pour attentats à la pudeur, puis en 1978 par le tribunal de Cossonay pour attentat à la pudeur et « débauche contre nature » sur des enfants[15]. En 1981, après sa libération, son départ pour le Mexique est décrit comme une fuite[16] ou un exil[14].

En 1984, il fonde le Centre d’instinctothérapie au château de Montramé, à Soisy-Bouy, au sud-est de Paris puis en 1985, écrit le livre « La guerre du cru, instinctothérapie » mais est arrêté, en 1987, pour exercice illégal de la médecine. Il lui est interdit de revenir à Montramé et de pratiquer l'instinctothérapie en France. Après sa libération, il s'installe à Provins, non loin de Montramé. En avril 1989, il passe dans l'émission Ciel, mon mardi ! de Christophe Dechavanne[17], En 1990, il publie « Instinctothérapie, manger vrai » aux Éditions du Rocher. En 1995, la Fédération internationale pour le développement de l'alimentation instinctive (FIDALI), organisation de Guy-Claude Burger[18], est dénoncée comme secte par le rapport de la commission d'enquête parlementaire française sur les sectes de 1995[19]. En 1997, il est à nouveau condamné pour exercice illégal de la médecine, confirmé en appel[20].

Il est condamné en décembre 2001 à quinze ans de réclusion criminelle pour « viol sur mineur de quinze ans »[21],[22],[23], peine confirmée en appel en 2003, puis en cassation en mai 2004[24].

Instinctothérapie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Instinctothérapie.

L'instinctothérapie est une pratique alimentaire crudivore basée sur l'hypothèse de Burger d'une adaptation génétique incomplète aux modifications subies par l'alimentation humaine depuis la préhistoire. Dans la pratique, les repas sont constitués d'aliments « originels », c'est-à-dire crus et non assaisonnés ni mélangés, choisis et dosés suivant les variations des perceptions de l'odorat, du goût et de la réplétion, le lait animal et certaines céréales sont exclus.

Burger prétend soigner de nombreuses maladies grâce à sa méthode, notamment le cancer et le sida, il n'existe pas d'études cliniques sur l'instinctothérapie, la théorie de Burger est basée sur ses expériences personnelles invérifiables. En 1997, il a été condamné pour exercice illégal de la médecine.

Métapsychanalyse[modifier | modifier le code]

Pour Burger, le but de la sexualité humaine ne se résume pas à la reproduction et au plaisir, il postule qu'une sexualité en accord avec l'instinct, sans respecter les schémas dictés par la société (notamment sur les relations adulte-enfant), permettrait de résoudre de nombreux maux de la société et de développer des facultés extra-sensorielles comme la voyance et la télépathie[25].

Déjà condamné en 1978 en Suisse pour « attentat à la pudeur et pratiques contre nature sur des enfants »[26], dont son propre fils[27], Burger a été de nouveau condamné en 2001 à 15 ans de prison pour « viol sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité, corruption de mineurs et menaces de mort réitérées »[28], ce qu'il a toujours nié. De même, son fils fut poursuivi pour des agressions sexuelles et abus sur mineurs[27]. La métapsychanalyse a été décrite par la presse comme « une apologie de la pédophilie emballée dans un charabia pseudoscientifique »[29]. Lors de son procès, Burger a expliqué ses recherches sur l'instinct sexuel des enfants : « Il était difficile de parler de leur sexualité sans en faire l’expérience. Les enfants ont des pulsions, et je pense qu’il faut laisser venir les enfants vers l’adulte quand ils le demandent. Je voulais vérifier si les pulsions étaient programmées génétiquement et quel était le but de l’instinct sexuel. »[30]

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sept ans sous influence, témoignage de Nicole Schneider, Éditions Mon Village, 2002, (ISBN 2-88194-045-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en français de France retranscrite selon la norme API
  2. a et b Le gourou pédophile de nouveau condamné à 15 ans de prison, La République, 10 décembre 2001.
  3. Le gourou rejugé dans l'Essonne, Le Parisien, 8 février 2002.
  4. Guy-Claude Burger condamné à 15 ans de réclusion, AFP, 6 décembre 2001.
  5. Une peine de quinze ans confirmée pour le gourou pédophile, Le Parisien, 5 juillet 2003.
  6. Quinze ans ferme pour le gourou pédophile, Libération, 7 décembre 2001.
  7. a et b Guy-Claude Burger aux assises, L'Express, 2001.
  8. GUY-CLAUDE BURGER Le gourou vaudois du manger cru est rejugé depuis hier en France pour viols sur mineurs, Le Matin, 20 juin 2003.
  9. Condamnation du gourou pédophile multirécidiviste, L'Humanité, 8 décembre 2001.
  10. Le « gourou pédophile » défend ses théories, Le Parisien, 20 juin 2003.
  11. a et b Stephanie Auguy, « Guy-Claude Burger, un grand pervers manipulateur, selon un expert  », Le Parisien, 21 juin 2003.
  12. Risques d’atteinte à l’intégrité physique encourus par les adeptes de sectes, Armelle Guivier, Thèse de médecine, Université de Franche-Compté, Besançon, avril 2007.
  13. Risques d’atteinte à l’intégrité physique encourus par les adeptes de sectes, Armelle Guivier, thèse de médecine, Université de Franche-Compté, Besançon, avril 2007.
  14. a et b Justice : Un suisse aux assises de Melun par Vincent Philippea dans le journal 24heures le 22/11/2001
  15. « Ne me touche pas, salaud, je veux te tuer ! » par Anne-Marie Casteret, dans l'Express publié le 03/07/1997
  16. Guy-Claude Burger, 68 ans, a d'abord été considéré comme un original, Le Matin, 20 juin 2003
  17. « Émission "Ciel Mon Mardi" de Patrick Dechavanne »,
  18. Prévensectes
  19. rapport de la commission d'enquête sur les sectes enregistré à la présidence de l'Assemblée nationale le 22 décembre 1995 sur le site de l'Assemblée nationale
  20. Page web de l'Assemblée nationale « M. Burger a été condamné, par un arrêt de la cour d'appel de Paris en date du 21 janvier 1997, à trois mois de prison avec sursis pour escroquerie et exercice illégal de la médecine. Le recours en cassation a été rejeté le 30 avril 1998. »
  21. Article du 10 décembre 2001 dans La République de Seine-et-Marne
  22. Guy-Claude Burger aux assises, L'Express, 22 novembre 2001
  23. Quinze ans ferme pour le gourou pédophile, Libération, 7 décembre 2001
  24. Le pourvoi en cassation de Burger rejeté, Le Parisien, 14 mai 2004
  25. Qu'est-ce que la métapsychanalyse ?
  26. Prevensectes, article Instinctothérapie [1]
  27. a et b Cavale du fils du gourou s'achève à Bali [2] dans le Parisien le 9 novembre 2008
  28. Le gourou pédophile de nouveau condamné à 15 ans de prison sur La République [3]
  29. Guy-Claude Burger aux assises
  30. Le chef de la communauté de Montramé accusé de viols sur mineurs

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]