Jean Périmony

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Périmony, né le à Dole (Jura) et mort le [1], est un comédien, professeur d'art dramatique, metteur en scène français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En octobre 1953, à sa sortie du conservatoire de Dijon, Jean Périmony intègre le Conservatoire national supérieur d'art dramatique et fait ses débuts au Théâtre de l'Ambigu en 1954. Il est mobilisé en Algérie puis retrouve le conservatoire et en sort diplômé en 1959, avec deux prix d'interprétation.

Assistant metteur en scène de Robert Manuel (1959-1964) puis d'Henri Rollan (1964-1986), il crée la Compagnie du Villiers en 1969, et le Festival Molière au Théâtre Trévise à Paris en 1977.

Il crée une école d'art dramatique - l'École Périmony - en septembre 1960, et enseigne au conservatoire d'Orléans (1983-1986), à la Maison de la Légion d'honneur (1984-2000), et à l'INA (1984 à 1990). Chrétien engagé, il est en même temps secrétaire général de l'Union Catholique du Théâtre et de la Musique (UCTM) de 1990 à 1996.

Au théâtre, il interprète des pièces du répertoire classique, du boulevard, et du café-théâtre.

À partir de 1969, il met en scène de nombreuses pièces notamment : Le Dépit amoureux (1960), Madame Sans-Gêne, Le Barbier de Séville, Napoléon unique, Le Bossu (1965), Le Jeu de l'amour et du hasard, L'Épreuve (1966), Maître après Dieu (1967), Le Pain de ménage, Le Plaisir de rompre (1968), L'Assemblée des femmes, Le Songe d'une nuit d'été, Oncle Vania, Les Troyennes, Le Médecin malgré lui, Un Merveilleux jardin (1969), Poil de carotte, Le Légataire universel, Le Malade imaginaire (1970), Spécial sang et Bactéries blues (dans lesquelles il interprète un des rôles en 1972), Les Caprices de Marianne (1974), Feu la mère de Madame, N'te Promène donc pas toute nue, Les Amants (1976), Le Maître de Santiago, Tartuffe (1979), Andromaque, Les Fourberies de Scapin, Les Colombes sauvages (1980), Le Silence de la mer (1979,1990), Les Mentons bleus (1981), Les Trois Sœurs, Un Caprice, De Sévigné à Grignan (1982), L'Avare (1984), La Locandiera, Hiroshima mon amour, Le Bel indifférent (1985), La Voix humaine (1985, 1987), Le Tigre (1986), Mémoire et magie (1987), Le Partage de midi (1988), Anna F (1989), Georges Dandin (1992), Il Faut qu'une porte soit ouverte ou fermée, L'Ours (1995), Antigone (1998), Cet Animal étrange (2002), Un Caprice (2004), Avec ou sans bulles (2008).

À la télévision, il interprète : Des grives aux loups, La Guerre des femmes, Maigret chez le ministre, La Tête d'un homme, De Gaulle, Baden-Baden, La Grande cabriole, Un Comédien dans un jeu de quilles, Marie Curie, Bouvard et Pécuchet, Les Aventures d'Alice, Le Gourou occidental.

En 2007, il réalise un documentaire sur la résistante française Jacqueline Péry d'Alencourt.

Il est officier des Arts et des Lettres et chevalier des Palmes Académiques. Il a reçu le prix Victor Boucher en 1959 et la Médaille Vermeil de la Ville de Paris. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 2013[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean Périmony a été marié à l’agent littéraire Marie Cécile Renauld dont il a eu trois filles : Marie-Astrid, Alexia et Valentine. Toutes trois travaillent dans le monde du théâtre et ont co-dirigé le Cours Périmony avec leur père.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Point, magazine, « Jean Périmony, professeur de Cluzet, Dussollier et Ardant, est décédé », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2017)
  2. Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :