Jean-Marc Manach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Marc Manach
Jean-Marc Manach.jpg

Jean-Marc Manach en 2013.

Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Jean-Marc ManachVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
Blog officiel

Jean-Marc Manach, né en , est un journaliste d'investigation français.

Il est spécialiste d'Internet et des questions de surveillance et de vie privée[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Membre fondateur des Big Brother Awards en France[3], Jean-Marc Manach est surtout connu pour son blogue consacré aux libertés numériques, Bug Brother[4], pour ses contributions sur des sites web tels que Transfert.net, Internet Actu et OWNI, ainsi que pour sa participation à l'émission de télévision « Le Vinvinteur » sur France 5.

Coauteur avec Julien Goetz et Sylvain Bergère d'Une contre-histoire de l'Internet, documentaire et webdocumentaire donnant la parole à de nombreux défenseurs des libertés sur Internet, Jean-Marc Manach a également travaillé pour ZDNet, Le Canard enchaîné, LeMonde.fr, Nova Magazine, Le Monde diplomatique et France Inter.

Avec OWNI et plusieurs autres médias et associations, il a notamment contribué à la publication en 2011 par le site WikiLeaks des « Spyfiles », un ensemble de documents dévoilant les pratiques sur le marché des outils de surveillance et d'interception des communications. Ces fichiers montrent entre autres que des entreprises de pays occidentaux, notamment françaises, ont vendu à des régimes autoritaires des moyens de surveiller leur population[5]. Il a aussi contribué au Mémorial des morts aux frontières de l'Europe, une carte interactive destinée à visualiser le nombre de migrants morts en tentant d'atteindre l'Europe.

Il siège au comité de déontologie de l'association Nos oignons[6] dont l'objet est « de participer au développement du réseau de communications électroniques Tor, cela afin de garantir les libertés d'information, d'expression et de communication ».

Il intervient en outre dans plusieurs écoles de journalisme, dont l'Institut d'études politiques de Paris[7], le Centre de formation des journalistes de Paris et l'École supérieure de journalisme de Lille.

Depuis la rentrée 2013 il présente toutes les deux semaines, le mardi à 14 h 42, une émission filmée (de type Web TV) de 42 minutes[Notes 1] sur les sites web d'Arrêt sur images et de Next INpact[8].

Depuis 2016, il présente avec Sylvain Lapoix l'émission de fact checking What the Fact, sur la plateforme YouTube[9][réf. insuffisante].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette répétition du nombre 42 est une référence à La Grande Question sur la vie, l'univers et le reste de Douglas Adams.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Rosselin, « BugBrother is blogging for you », dans Un jour, un blog, sur France Info, 11 août 2009.
  2. Alexandra Guillet, « Sécurité ou vie privée : a-t-on le choix ? », LCI Radio, 27 mai 2009.
  3. Présentation de Big Brother Awards : Les surveillants surveillés, sur le site des éditions Zones.
  4. Blogue « Bug Brother, qui surveillera les surveillants ?»
  5. « Internet massivement surveillé », OWNI, 1er décembre 2011.
  6. Nos oignons, L'association
  7. http://www.journalisme.sciences-po.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=20&Itemid=42
  8. #14h42 : Arrêt sur images et PC INpact créent leur émission, PC INpact, 5 septembre 2013]
  9. « What The Fact », sur YouTube (consulté le 17 février 2017)
  10. Titre inspiré de la chanson générique (Au pays de Candy) d'un dessin animé (Candy Candy). Candy était le nom du code donné par Amesys à un projet de surveillance destiné à la commande faite par Mouammar Kadhafi. Source : "CyberCulture. 12 mai 2012 – Entretien avec Jean-Marc Manach" http://icietmaintenant.fr/CyberCulture/?p=236s. Autre source: http://www.zataz.com/news/22149/Au-Pays-de-Candy.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]