Edmé Bouchardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Edmé Bouchardon
Image dans Infobox.
Edmé Bouchardon par François-Hubert Drouais, 1758,
Paris, Musée Carnavalet
Naissance
Décès
(à 64 ans)
Paris
Activités
Maître
Lieu de travail
Mouvement
Fratrie
Distinction
Œuvres principales

Edmé Bouchardon, ou Edme Bouchardon, né à Chaumont-en-Bassigny le et mort à Paris le , est un sculpteur et dessinateur réputé du milieu du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edmé Bouchardon naît dans une famille d'artistes. Son père Jean-Baptiste et son frère Jacques-Philippe étaient sculpteurs. Il fut l'élève de Guillaume Coustou avant d'obtenir en 1722 le prix de Rome avec un relief ayant pour sujet Gédéon choisit ses soldats en observant leur manière de boire. Il part en 1723 se perfectionner à l'Académie de France à Rome où il restera neuf ans. Il se trouve dans la cité papale au même moment que le sculpteur Adam, et présente un projet pour la fontaine de Trévi. Il profite également de son séjour pour réaliser une copie du Faune Barberini. À son retour en 1732, il obtint immédiatement (fait rare) un logement au Louvre. Il est nommé sculpteur du roi en 1732, obtint l'agrément de l’Académie en 1733 avant d'être reçu en 1744. Enfin, il en devint professeur en 1745.

On lui connaît une cinquantaine de statues[1]. Parmi ses réalisations majeures, on compte notamment la fontaine de la rue de Grenelle. Elle illustre son intérêt pour la problématique de cet élément urbain, qu'il avait développé dans son projet pour celle de Trévi. Il commence également la réalisation d'une statue de Louis XV pour la place de la Concorde, statue non achevée. On le considère comme un point d'équilibre entre la sévérité de l'Antique et la grâce du naturel rocaille. Il est également vu comme un précurseur du néoclassicisme en sculpture. On conserve de nombreux dessins et esquisses de sa main, essentiellement des sanguines[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Bustes de Clément XII, des cardinaux de Rohan et Melchior de Polignac à Rome ;
  • Allegoria della Religione (Allégorie de la Religion), terre cuite, vers 1730-32. Museo di Palazzo Venezia, Rome ;
  • Buste de Charles-Frédéric de la Tour du Pin. Ce buste (en marbre blanc), mis en vente à l'hôtel Drouot en 2012 par les descendants du marquis, a été adjugé 3,75 millions d'euros et a été préempté par le Musée du Louvre. Réalisé par Bouchardon à son retour de Rome ce buste est inspiré par les chefs-d’œuvre de l’Antiquité découverts par l'artiste lors de son séjour à la Villa Medicis. Exposé au Salon de 1738, cette œuvre, qui marque une rupture dans la tradition Française du portrait en sculpture, a définitivement établi la réputation du sculpteur.
  • Les figures du Christ à la colonne, de la Vierge de douleurs et de huit des douze apôtres, Paris, chœur de l'église Saint-Sulpice[3] ;
  • L'Amour se faisant un arc de la massue d'Hercule (1750), Paris, musée du Louvre ;
  • Fontaine des Quatre-Saisons, Paris, à côté du musée Maillol - Fondation Dina Vierny, rue de Grenelle ;
  • Louis XV, statue équestre (détruite à la Révolution). Un modèle par son élève Louis-Claude Vassé est visible au musée du Louvre ;
  • Calvaire à Remiremont, Vosges, offert par Charles Marie David en 1858 ;
  • Plusieurs sujets pour les bassins du château de Versailles, dont Protée pour le bassin de Neptune.
  • Beaux-Arts de Paris :
    • Vase à couvercle[4], sanguine, H. 0,231 ; L. 0,161 m. A la fin des années 1730, Bouchardon réalisa deux Livres de vases, constitués chacun de douze planches gravées par Gabriel Huquier. Ce dessin est préparatoire pour la onzième eau-forte de la première série[5].
    • Tête de femme coiffée d'un fichu[6], sanguine, H. 0,445 ; L. 0,292 m. Cette tête de femme, de grand format, est à rapprocher d'un dessin similaire aujourd'hui conservé au Département de Arts graphiques du musée du Louvre. Il s'agit du même modèle étudié sous des angles différents, et dont l'expression du visage varie. Elle est plutôt boudeuse et méprisante aux Beaux-Arts, alors qu'elle apparaît dans une attitude de rêverie satisfaite au Louvre. Bouchardon se livre à un exercice sur l'expression des passions[7].
    • Etude d'homme étendu sur le côté[8], sanguine, H. 0,400 ; L. 0,562 m. Bouchardon accordait de l'importance aux études d'après le modèle vivant, mais aussi à leur diffusion par la contre-épreuve et par l'estampe. Cette académie ne fut pas gravée mais fit l'objet d'une contre-épreuve (Nationalmuseum de Stockholm). Bouchardon réservait vraisemblablement cette feuille aux amateurs, et exécuta la contre-épreuve pour alimenter son fonds d'atelier, destinée à servir de modèle à ses élèves[9].

Hommages[modifier | modifier le code]

Entrée du Lycée Bouchardon (Chaumont).

À Chaumont, sa ville natale, son nom a été donné au lycée d'enseignement général, à une fontaine avec son buste et à une rue du centre-ville.

Une grande exposition Bouchardon a été organisée au musée du Louvre à l'automne 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Scherf g, Bouchardon, rénovateur des arts, Dossier de l'art n° 242, septembre 2016, p4-9
  2. Trey J, Bouchardon dessinateur, l'art parfait de la sanguin, Dossier de l'art n° 242, septembre 2016, p38-45
  3. Saint-Sulpice, brochure vendue dans l'église, p. 18.
  4. « Vase à couvercle, Edme Bouchardon », sur Cat'zArts
  5. Sous la direction d'Emmanuelle Brugerolles, François Boucher et l'art rocaille dans les collections de l'Ecole des beaux-arts, Ecole nationale supérieure des beaux-arts, 2003-2006, p. 180-183, Cat. 37
  6. « Tête de femme coiffée d'un fichu, Edme Bouchardon », sur Cat'zArts
  7. Sous la direction d'Emmanuelle Brugerolles, François Bouchardon et l'art rocaille dans les collections de l'Ecole des beaux-arts, Ecole nationale supérieure des beaux-arts, 2003-2006, p. 184-186, Cat. 38
  8. « Etude d'homme nu étendu sur le côté, Edme Bouchardon », sur Cat'zArts
  9. Sous la direction d'Emmanuelle Brugerolles, François Boucher et l'art rocaille dans les collections de l'Ecole des beaux-arts, Ecole nationale supérieure des beaux-arts, 2003-2006, p. 187-189, Cat. 39

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Edmé Bouchardon » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)
  • Nicolas Bouillet, Alexis Chassang, « Edme Bouchardon dans Dictionnaire universel d'histoire et de géographie », sur gallica BNF, (consulté le 16 juillet 2014), p. 262
  • Alphonse Roserot, Edme Bouchardon, dessinateur, p. 588-616, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction publique, 1895, 19e session (lire en ligne)
  • Yvonne Rickert, Edme Bouchardon : réseau familial d’un sculpteur originaire de Chaumont, Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles (lire en ligne)
  • Anne-Lise Desmas, Édouard Kopp, Guilhem Scherf et Juliette Trey, Edme Bouchardon (1698-1762), coédition musée du Louvre, éditions Somogy, 2016.
  • Juliette Trey, avec Hélène Grollemund, Inventaire général des dessins du musée du Louvre. École française. Edme Bouchardon (1698-1762), coédition Mare & Martin, musée du Louvre, 2016.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :