Jean-Charles François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François.
Jean-Charles François
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Artiste, graveur sur cuivreVoir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Charles François, né à Nancy le 4 mai 1717, mort à Paris le 22 mars 1769 est un graveur et imprimeur français, promoteur en France d'une façon de reproduire le trait des dessins en gravure, appelée manière de crayon, qui combine l'usage d'un vernis mou, d'une roulette et d'un instrument composé de fines aiguilles, et de procédés de gravure préfigurant l'aquatinte.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1733, on le retrouve à Dijon, comme graveur de blasons, puis de 1740 à 1748, à Lyon sous l'égide de l'éditeur Robert-Menge Pariset.

Jean-Charles François s'installe à Paris vers cette date et publie en 1757 L'amour du dessein, ou cours de dessein dans le goust du crayon. Ayant obtenu le titre de « Graveur des Desseins du Cabinet du Roi », ainsi qu'une pension, Jean-Charles François collabore aux éditions des vies de philosophes illustres du mathématicien Alexandre Savérien. On lui doit notamment la recréation d'un portrait du mathématicien François Viète d'après des dessins de Jean Rabel.

Marié à Marie-Catherine Frédou, sœur de Jean-Martial Frédou (1710-1795), peintre et pastelliste à Versailles dont il a gravé un certain nombre d'œuvres en manière de crayon, on lui doit l'introduction en France de la gravure dans le goût du crayon.

Il travailla avec son rival et successeur Gilles Demarteau et eut pour élève Louis-Marin Bonnet.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • avec Robert-Menge Pariset : Principes de dessein faciles et dans le goût du crayon ; Nouveau livre de principes de dessein, 1740.
  • avec Emmanuel Héré : Recueil des plans, élévations et coupes tant géométrales qu'en perspective des châteaux, jardins et dépendances : que le roy de Pologne occupe en Lorraine y compris les bâtimens qu'il a fait élever, ainsi que les changemens considérables, les décorations et autres enrichissements, qu'il a fait faire à ceux qui étoient déjà construire / le tout dirigé et dédié à sa Majesté par M. Héré, son premier architecte. Se vend à Paris chez François au Triangle d'or, graveur ordinaire de sa Majesté, 1753. Incluant : Plans et élévations de la Place royale de Nancy & des autres édifices qui l'environnens bâtie par les ordres du roy de Pologne, duc de Lorraine. À voir ici.
  • avec Joseph Gilliers : gravures du Cannaméliste français, Nancy, Cusson, 1751 et Nancy, J.-B.-H. Leclerc, 1768 (2e éd.)
  • Spectacles des vertus, des arts et des sciences historiques, poetiques, & allégoriques représentes dans les palais des dieux, Chez François, graveur ordinaire de sa majesté, 1756.
  • avec Alexandre Savérien : Histoire Des Moralistes Et Des Legislateurs, 1761.
  • avec Alexandre Savérien : des philosophes modernes avec leur portrait gravé... (1760, rééd. 1769-1773)
  • Le Bal Chinois, d'après le tableau de Charles Eisen tiré du cabinet de Monsieur le comte de la Vaulx de Vrécourt, officier de Gendarmerie, chez François, au Triangle d'Or.
  • Fragments d'Ornemens d'après Jean Rabel et Recueil d'Ornemens et de Fleurs d'après Rabel, utiles aux artistes. Dédié à M. Dumarest, ciseleur. Chez François, au Triangle d'or.
  • Livres de leçons d'ornemens dans le goût du crayon. Dédié à Monseigneur le duc de Chaulnes, etc. Par son très humble serviteur Demarteau l'aîné. Dessiné par Girard. À Paris, chés François, au Triangle d'or, et chés Demarteaux graveur.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Charles François (1717-1769), Catalogue de l'œuvre gravée (gravure en manière de crayon) par Jacques Hérold, Publication de la société pour l'étude de la gravure française, Paris 1931
  • Jean-Charles François cité par Hendrik Jansen dans son essai sur l'origine de la gravure en bois et en taillerdouce (1808).
  • Sophie Raux (dir), Quand la gravure fait illusion. : Autour de Watteau et Boucher. Le dessin gravé au XVIIIe siècle. Lille, France. Association des conservateurs des musées du Nord-Pas-de-Calais, 2006. 

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :