Japan (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Japan.
Japan
Description de cette image, également commentée ci-après
Japan, en novembre 1982 avec Masami Tsuchiya.
Informations générales
Autre nom Rain Tree Crow
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Art pop[1],[2], new wave[3], glam rock[4], synthpop[5], post-punk[6]
Années actives 1974-1982, 1990-1991
Labels Hansa, Virgin
Composition du groupe
Anciens membres David Sylvian
Mick Karn
Steve Jansen
Richard Barbieri
Rob Dean

Japan est un groupe de new wave britannique, originaire de Catford, South London. Il est formé en 1974, et étroitement lié au nouveau romantisme. Il connaît ses plus gros succès avec les singles Ghosts et I Second That Emotion en 1982, qui se classent dans le Top 10 au Royaume-Uni.

Japan se compose de David Sylvian (chant), son frère Steve Jansen (batteur), Mick Karn (basse), Richard Barbieri (claviers) et Rob Dean (guitare). Séparé en 1982, le groupe se reforme en 1990 sans Dean sous le nom Rain Tree Crow pour enregistrer l'album Rain Tree Crow.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et débuts[modifier | modifier le code]

Japan est formé par un groupe d'amis en 1974. Les frères David Sylvian (guitare, chant) et Steve Jansen (batterie), le claviériste Richard Barbieri et le bassiste Mick Karn étudiaient dans la même école, Catford Boys, Brownhill Road, South London.

Le groupe, à l'origine sans nom, adopte celui de Japan juste avant son premier concert au milieu des années 1970. Sylvian trouve ce nom qui devait être temporaire, mais qui s'avèrera finalement permanent[7]. L'année suivante, ils sont rejoints par le guitariste Rob Dean. Après avoir remporté un concours de talent sponsorisé, ils signent un contrat avec le label disco allemand Hansa-Ariola en 1977, devenant ainsi un groupe glam rock alternatif dans la veine de Lou Reed, David Bowie, T.Rex, Roxy Music, et The New York Dolls, bien que leur premier morceau soit caractérisé par une guitare funk[8]. À cette période, ils publient quelques albums dont Adolescent Sex et Obscure Alternatives.

L'album Adolescent Sex est publié en 1978, et est suivi par Obscure Alternatives, la même année. Ces deux albums, produits par Ray Singer, se vendent bien au Japon et aux Pays-Bas, où le single Adolescent Sex atteint le Top 30. Ils se popularisent aussi au Canada. Cependant, ils n'atteignent pas la popularité escompté dans leur propre pays, le Royaume-Uni[9]

Bien qu'inspirés par Reed, T. Rex, New York Dolls, Roxy Music et Bowie[8], les albums sont mal accueillis par la presse spécialisée britannique, à un période durant laquelle la new wave est plein essor. Ils sont managés par Simon Napier-Bell (The Yardbirds, Marc Bolan, London, Wham!).

Milieu de carrière[modifier | modifier le code]

Japan en 1979.

En 1979, le groupe s'associe brièvement au producteur d'Euro disco Giorgio Moroder, qui produira le single Life in Tokyo. Le morceau est un changement drastique de style musical comparé à leurs racines glam rock.

Ce style électronique continue à bourgeonner dans leur troisième album, Quiet Life (1979), produit par le groupe, et John Punter et Simon Napier-Bell. Dans une critique rétrospective, The Quietus décrit Quiet Life comme définissant « une forme très européenne d'art pop détachée, sexuelle ambigüe et imagée, ce qui n'est pas sans rappeler David Bowie deux ans plus tôt avec Low[10]. » Il comprend des morceaux de synthétiseur réalisé par Barbieri, du style vocal baryton de Sylvian, de la fretless bass de Karn et les percussions timbrées de Jansen, le tout accompagné du style de guitare joué par Dean, éparse[8]. Quiet Life est le dernier album studio pour Hansa-Ariola, même si celui-ci publie par la suite la compilation Assemblage.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Après son départ de Hansa-Ariola, le groupe signe avec Virgin Records qui sortira ses derniers albums, Gentlemen Take Polaroids (1980) etTin Drum (1981). Les albums continuent à étendre leur public. Le groupe a toujours porté du maquillage depuis les années 1970 jusqu'à la fin de l'ère glam rock plusieurs années avant le début du mouvement Nouveaux Romantiques. Lors d'un entretien en octobre 1981, Sylvian commente « Je n'ai pas être associé à eux [Nouveaux Romantiques]. L'attitude est très différente[11]. »

Après quelques singles ayant atteint le plus bas des charts, leurs premiers UK Top 40 est une réédition du single Quiet Life (19e) en octobre 1981. Trois des singles de l'album Tin Drum atteignent aussi l'UK Top 40, dont le single Ghosts (5e), qui deviendra le mieux classé dans leur pays et carrière[9] The Tin Drum album itself peaked just outside the UK Top 10[12], et leur premier certifié disque d'argent par la BPI un mois après sa sortie, puis disque d'or dans les quatre mois. L'album, produit par Steve Nye, est souvent considéré comme l'un des plus innovateurs des années 1980 pour son mélange de sonorités occidentales et orientales.

Au début des années 1980, le multi-instrumentiste et claviériste expérimental japonais Ryuichi Sakamoto, de la Yellow Magic Orchestra (YMO), s'associe brièvement au groupe, et travaille directement avec Sylvian sur des morceaux comme Taking Islands in Africa. Steve Jansen s'inspirera du batteur de YMO, Yukihiro Takahashi[13].

Avec des problèmes internes entre membres, Tin Drum devient leur dernier album. Dean subsequently forme le groupe Illustrated Man, et Karn publie son premier album solo, Titles, pendant que le groupe se sépare en 1982. Le groupe décide de se séparer alors qu'il commence à percer dans son pays et à l'international, avec Oil on Canvas qui atteint la 5e place de l'UK Albums Chart[9]. À cette période, leur catalogue se vend bien, et Hansa-Ariola et Virgin Records continuent de publier des singles de Japan en 1983[9], permettant au groupe d'atteindre le Top 40[14].

Post-séparation[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, Karn, Jansen et Barbieri se réunissent avec différents guitaristes comme David Torn et Steve Wilson.Vingt ans après leur réunion sous le nom de Rain Tree Crow, Mick Karn succombe à un cancer en janvier 2011[15].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Album live[modifier | modifier le code]

  • 1983 : Oil on Canvas (5e au Royaume-Uni)

Singles[modifier | modifier le code]

Année Titre Charts (UK)[14] Durée Dates d'entrée et sortie Album
1978 Don't Rain on My Parade - - - Adolescent Sex
1978 The Unconventional - - - Adolescent Sex
1978 Sometimes I Feel So Low - - - Obscure Alternatives
1980 Gentlemen Take Polaroids 60 2 semaines 18/10/1980 - 25/10/1980 Gentlemen Take Polaroids
1981 The Art of Parties 48 5 semaines 09/05/1981 - 06/06/1981 Tin Drum
1981 Quiet Life 19 9 semaines 19/09/1981 - 14/11/1981 Quiet Life
1981 Visions of China 32 12 semaines 07/11/1981 - 23/01/1982 Tin Drum
1982 European Son 31 6 semaines 23/01/1982 - 27/02/1982 -
1982 Ghosts 5 8 semaines 20/03/1982 - 08/05/1982 Tin Drum
1982 Cantonese boy 24 6 semaines 22/05/1982 - 26/06/1982 Tin Drum
1982 I Second that Emotion 9 11 semaines 03/07/1982 - 11/09/1982 -
1982 Life in Tokyo 28 6 semaines 09/10/1982 - 13/11/1982 -
1982 Night Porter 29 9 semaines 20/11/1982 - 15/01/1983 Gentlemen Take Polaroids
1983 All Tomorrow's Parties 38 4 semaines 12/03/1983 - 02/04/1983 Quiet Life
1983 Canton 42 3 semaines 21/05/1983 - 04/06/1983 Tin Drum

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fisher, Mark. Ghosts of My Life: Writings on Depression, Hauntology and Lost Futures. Zero Books, May 30, 2014. 978-1-78099-226-6
  2. Ted Drozdowski, « David Sylvian: The Loner Emerges », Musician,‎ (lire en ligne).
  3. Peter Buckley, The Rough Guide to Rock, Rough Guides, (ISBN 1-84353-105-4), p. 264.
  4. Lenig, Stuart, The Twisted Tale of Glam Rock, Santa Barbara, CA, Praeger, (lire en ligne), p. 88
  5. (en) Jason Ankeny, « Japan - Biography - AllMusic », sur AllMusic (consulté le 7 juillet 2015)
  6. (en) Liz Ohanesian, « Mick Karn, Bassist for Synth Heroes Japan and Peter Murphy's Dalis Car, Dead at 52 », sur LA Weekly (consulté le 29 mars 2016).
  7. Dave Rimmer, « Japanese Boys (an interview with David Sylvian and Mick Karn) », EMAP Metro, vol. 3, no 22,‎ , p. 42–43.
  8. a b et c (en) Ola's Kool Kitchen with interview of Robert Dean from Japan, from the Internet Archive.
  9. a b c et d Martin C. Strong, The Great Rock Discography, Édimbourg, Mojo Books, , 496–498 p. (ISBN 1-84195-017-3)
  10. Joseph Burnett, « Thirty Years On: Japan's Oil On Canvas Revisited », sur The Quietus (consulté le 14 mars 2016).
  11. « Rolling Stone Random Notes », , p. 6
  12. David Roberts, British Hit Singles and Albums, Londres, Guinness World Records Limited, (ISBN 1-904994-10-5), p. 279
  13. « The Japanese Connection », Japan: Life in Tokyo, (consulté le 2 avril 2011)
  14. a et b (en) Chart Stats UK (Japan) (Link redirected to OCC website)]
  15. (en) Meikle, James, « Former Japan bass player Mick Karn loses battle with cancer », Londres, (consulté le 31 mars 2012).

Lien externe[modifier | modifier le code]