Janice Dickinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dickinson.
Janice Dickinson
Janice Dickinson en 2014.
Janice Dickinson en 2014.

Naissance (60 ans)
Brooklyn
Physique
Cheveux Bruns
Yeux Marron
Taille 1,78 m (5'10")
Mensurations (US : 36C-24-34)
Carrière
Agence(s) Elite
Janice Dickinson Modeling Agency

Site officiel [1]

Janice Doreen Dickinson, née le 15 février 1955 à Brooklyn (New York), est un célèbre mannequin, photographe, actrice et écrivaine américaine. Elle est d'origine irlandaise et polonaise par ses parents, Ray Dickinson et Jennie Pietrzykoski et une figure emblématique des années 1980[1].

Recrutée par John Casablancas, elle est sous contrat avec Elite dans les années 1980[2], elle créé bien plus tard son agence de mannequins, la Janice Dickinson Modelling Agency et a fait une télé-réalité filmant son agence, du même nom que celle-ci.

Elle a également formé Abigail Clancy, le top de Liverpool, dans l'émission Abbey and Janice - The beauty and the best.

Elle est la première à avoir créé une « division latino » : Cette division consiste à avoir des mannequins de type latino du Sud de la Californie. Elle a travaillé avec Peter Hamm et son fils Nathan Fields puis a changé d'associé pour cause de problèmes d'entente et de finance. Son ancien mari est l'associé de la JLE (Jennifer Lopez Entreprise).

Participation télévisuelle[modifier | modifier le code]

La même année elle signe pour apparaître dans la saison 6 de l'émission Couples Therapy. Ici des célébrités essayent de régler leurs problèmes conjugaux devant les caméras de l'émission. Elle participe donc avec son compagnon le Dr. Robert Gerner, mais également avec des célébrités comme Joe Budden ou Scott Stapp.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Design Museum et Paula Reed, Fifty fashon looks that changed the 1980s, Londres, Conran Octopus, coll. « Fifty Fashion Looks »,‎ , 107 p. (ISBN 978-1-84091-626-3, présentation en ligne), « Cover queens », p. 36
  2. Olivier Joyard, « John Casablancas : tireur d'élite », Lui, no 6,‎ , p. 126 (ISSN 2269-5699)