Jaguar X-Type

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jaguar X-Type
Jaguar X-Type
Jaguar X-Type

Marque Drapeau : Royaume-Uni Jaguar
Années de production 2001 - 2009
Classe Berline
Usine(s) d’assemblage Halewood, Angleterre
Moteur et transmission
Énergie Essence & Diesel
Moteur(s) Essence
2.0 L Moteur V6 156ch (2001-2005)
2.5 L Moteur V6 196ch (2001-2009)]
3.0 L Moteur V6 231ch (2001-2009)

Diesel
2.0 L Moteur Diesel 130ch Duratorq (2003-2007)
2.2 L Moteur Diesel 155ch Duratorq (2005-2009)

Cylindrée De 1 998 à 2 967 cm3
Puissance maximale De 130 à 231 ch (96 à 170 kW)
Couple maximal De 196 à 360 Nm
Transmission Traction ou intégrale (sur V6)
Boîte de vitesses BVM 5 ou 6 rapports
BVA 5 rapports séquentielle (6 rapports en 2009 version EXECUTIVE)
Poids et performances
Poids à vide De 1 555 à 1 660 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 4 portes
Break 5 portes
Dimensions
Longueur De 4 670 à 4 710 mm
Largeur 1 790 mm
Hauteur De 1 390 à 1 480 mm
Empattement 2 710 mm
Chronologie des modèles

La Jaguar X-Type est une automobile du constructeur Jaguar. Elle a été lancée en 2001 en quatre roues motrices avec un moteur V6 3.0 puis elle reçoit la traction avant avec le V6 2.1 à l'automne 2001. La X-Type Estate, premier break Jaguar de l'histoire, sort en mars 2004. Elle est produite à Halewood au Royaume-Uni.

La plateforme est issue de la Ford Mondeo.

En 2003, Jaguar, dans une mauvaise passe, est pour la première fois contraint à installer un moteur Diesel sous le capot de l'un de ses modèles, la X-Type en l'occurrence. Jaguar, avec l'aide de Ford alors propriétaire de la marque au félin, s'était résigné à augmenter ses ventes en Europe au détriment de son prestige. Les blocs choisis sont issus de la gamme Ford, un 2.0d de 130ch et un 2.2d de 155ch. Ces moteurs ont été remaniés par les ingénieurs Jaguar.

Ce virage diesel emprunté par la X-Type fut continué sur les autres modèles de la marque, comme la S-Type qui reçut un V6 diesel PSA de 2.7 litres.

Parmi ses conducteurs célèbres, on compte l'inspecteur Barnaby, inspecteur chef de la série télévisée éponyme anglaise, et la reine Élisabeth II en possédait également une en version break de couleur verte avec un intérieur en cuir beige.

Fin 2009, le modèle n'est plus produit par la nouvelle direction indienne de l'entreprise, Tata Motors. Son remplacement intervient en 2015 avec la Jaguar XE.

Histoire[modifier | modifier le code]

Quand Ford a repris Jaguar en 1990, les responsables avaient un projet pour l’emblématique constructeur britannique. Jaguar devait être revigoré. Sa gamme de modèles devait faire concurrence aux Allemandes.

Dans un premier temps, une Jaguar XJ6 X300, dans la pure tradition anglaise, fait son apparition, puis la S-type sur une base de Lincoln.

Mais Ford gardait un atout pour concurrencer la BMW Série 3 et la Mercedes-Benz Classe C.

La Jaguar X-Type, nom de code X400.

Deux concepts étaient en cours, l'un sur la base de la S-Type raccourcie conservant la propulsion, l'autre sur une base maîtrisée de Ford mais en traction, la Ford Mondeo.

Le deuxième choix qui sera retenu.

Le châssis de la X-Type est celui de la Ford Mondeo II Estate, plus long que celui de la berline.

Pour la production de ce modèle, l'usine de Halewood, Merseyside, qui fabriquait les Ford Escort, prit le relais.

La plateforme de la Mondeo était un excellent choix, mais cela se caractérisait par une motorisation en traction.

Dans un premier temps, pour garder la clientèle Jaguar, le choix du quatre roues motrices fut retenu avec des motorisations essence V6 en 2.5L et 3.0L.

Un choix qui n'était pas en faveur de Jaguar pour concurrencer BMW et Mercedes-Benz sur des gammes équivalentes principalement en motorisations diesel.

Les atouts de cette X-Type étaient son châssis provenant de la Mondeo et retravaillé par Jaguar, ses quatre roues motrices, son agilité, et surtout son rafinement à l'anglaise.

Jaguar a été réticent à parler des composants Ford de cette voiture, dégradant son image de marque.

Les bonnes intentions de faire une Jaguar utilisable dans toutes circonstances, de tous types (Essence, Diesel, quatre roues motrices, traction, break), ont été trop audacieux pour les puristes de la marque et la communication trop timide de la marque ont fait que cette X-Type n'a pas marqué le milieu de l’automobile.

Appelé la « Mondeo Jag », il est encore difficile pour ses détracteurs de différencier la X-Type de la famille Ford.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]