Jacques Grange (décorateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jacques Grange
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (76 ans)
Nationalité
Formation
Activité

Jacques Grange, né en 1944, est un décorateur et architecte d'intérieur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Grange est né prématuré après une attaque allemande sur Saint-Amand-Montrond en 1944[1].

Après avoir suivi sa formation au lycée Gerson, au lycée Janson-de-Sailly, à l'École Boulle et à l'École Camondo, Jacques Grange débute chez le décorateur Henri Samuel[2] puis fait une carrière de décorateur en France et à l'étranger à partir des années 1970, notamment chez Didier Aaron[3]. Ses clients sont notamment le baron de Rothschild ou Ali Khan à ses débuts[2], mais également Isabelle Adjani, Caroline de Monaco, Alain Ducasse ou François Pinault. Mais ses principaux clients, souvent mécènes, se nomment Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, qu'il rencontre à 28 ans et pour lesquels il a décoré entre autres le « Château Gabriel », à Benerville-sur-Mer, dans le goût de À la recherche du temps perdu[4] mais également un appartement rue de Suffren, son premier contrat, ou encore une partie de leur appartement rue de Babylone ainsi que de nombreux autres lieux[2]. À New York où par ailleurs il ouvre un bureau vers les années 2000[2], il assure la décoration de la boutique de joaillerie de Paloma Picasso (1988), du Mark Hotel, sur Madison Avenue, et du Barbizon Hotel. En 2014, il met en scène la 27e Biennale des antiquaires[3].

Son style se caractérise par une harmonie entre le classique et le contemporain, avec une juxtaposition des styles qui s'inscrit dans la lignée de Madeleine Castaing[5], dont il est le disciple[6].

Il a réalisé la décoration d'un étage de la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent[7].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, il acquiert l'appartement de Colette, au Palais-Royal, qu'il réaménage de façon à en faire sa résidence tout en respectant l'esprit du lieu[8].

François-Marie Banier, qu'il a rencontré en 1966, a été son compagnon durant plusieurs années[9]. Il est depuis en couple avec le galeriste Pierre Passebon[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Passebon, Jacques Grange, Éditions du Regard, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Connaissance des arts, novembre 2017, n°764, page 78, lire en ligne
  2. a b c et d Jacques Grange, « Les Arts Décoratifs : l’œil complice », Challenges, no 471,‎ , p. 86 à 88 (ISSN 0751-4417)
  3. a b et c Anne Fulda, « Jacques Grange, homme d'intérieur(s) », Le Figaro, encart « Culture », samedi 20 / dimanche 21 septembre 2014, page 38.
  4. Pour Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, Jacques Grange a décoré entre autres le « Château Gabriel », à Benerville-sur-Mer, dans le goût de À la recherche du temps perdu. Connaissance des Arts, février 2009.
  5. Jacques Grange, préface du catalogue Sotheby's, L'Univers de Madeleine Castaing, Galerie Charpentier, Paris, septembre-octobre 2004.
  6. Dossier sur Jacques Grange : cinq articles dans le New York Times, 1988, 1997, 2004, 2007 et 2008.
  7. Sophie de Santis, « Musée Yves Saint Laurent. Dans le saint des saints », Le Figaroscope, semaine du 4 au 10 octobre 2017, page 6.
  8. Interview télévisée de Jacques Grange par Frédéric Mitterrand, Du côté de chez Fred, 20 décembre 1988, archives de l'INA.
  9. Michel Guerrin, « François-Marie Banier le mauvais génie », Le Monde magazine, 16 octobre 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]