Didier Aaron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Didier Aaron
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Père
Raoul Aaron (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Propriétaire de
Didier Aaron et Cie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Personnes liées
Jacques Grange, Alain Demachy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Didier Aaron, né le à Paris (1er arrondissement) et mort le , est un résistant, antiquaire et galeriste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un banquier et d'une antiquaire proche de Marie Laurencin et d'Henri Bergson, Didier Aaron fréquente le lycée Janson-de-Sailly et est par la suite licencié en droit, en histoire de l'art et ès lettres[1],[2].

Résistant dans le maquis du Vercors, il est décoré de la Croix de guerre 1939-1945 et de la Médaille de la Résistance[2].

Il crée son entreprise au sortir de la guerre, Didier Aaron et Cie et s'établit rue du Faubourg-Saint-Honoré. Spécialiste du mobilier français du XVIIIe siècle, il s'associe à des décorateurs, dont Jacques Grange, et développe sa société en créant des succursales à Londres, New-York et Los Angeles[3] et en investissant en Asie[4]. Professionnel reconnu, il est expert près les Douanes françaises, membre du Comité Colbert, du groupe Antiquaires à Paris et du Syndicat national des antiquaires[1]. Il a également présidé l'association des Amis du Musée Nissim-de-Camondo[4]. En 1991, il laisse son entreprise à son fils, Hervé Aaron, qui devient ensuite le président du Syndicat national des Antiquaires[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice biographique, Who's Who in France, 2008
  2. a et b AFP, « Décès de l'antiquaire Didier Aaron », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b Didier Rykner, « Disparition de Didier Aaron – La Tribune de l'Art », sur La Tribune de l'Art, (consulté le ).
  4. a et b http://www.artclair.com/site/archives/docs_article/62327/deces-du-celebre-marchand-d-antiquites-didier-aaron.php

Liens externes[modifier | modifier le code]