Claude Viseux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claude Viseux
Claude Viseux (1995).png

Claude Viseux (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
AngletVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Claude Viseux est un peintre et sculpteur français né en 1927 à Champagne-sur-Oise et mort le 9 novembre 2008[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 1946 École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.
  • 1950 Premières peintures gestuelles.
  • 1952 Première exposition personnelle à la galerie Vibaud à Paris.
  • 1953 Peintures instrumentales à partir d'un outillage de hasard : élastiques enduits de couleur, tendus et lâchés sur la toile, dont la trace devient l'acte de peindre.
  • 1959-1960 La sculpture se substitue à la peinture.
  • 1967-1970 Les "structures actives" en acier inoxydable procèdent de la production industrielle de série. Elles se répartissent en familles de formes combinatoires composées par addition, soustraction, multiplication, division.
  • 1972 Il s'intéresse à la notion d'équilibre instable. Il expose, avec Henri Michaux et Joaquin Ferrer, à la Galerie Le Point Cardinal, à Paris. Il participe également à la conception et à la réalisation de décors et costumes de ballets. On retrouve ses sculptures en inox dans de nombreux lieux publics.
  • 1975 à 1992 Professeur, chef d'atelier de sculpture à l'E.N.S.B.A. de Paris

Claude Viseux est aujourd’hui exposé dans plusieurs musées, tant en France (musée d'art moderne de la ville de Paris, Marseille, Dunkerque, Mont-de-Marsan) qu’à l’étranger (musée national des beaux-arts d'Alger, Belgique, Inde, Pologne, Mexique, États-Unis, Canaries).

Depuis 1962, il a reçu cinq prix de sculptures dont le prix Anton Pevsner.

« Tous mes matériaux et structures sont en acier inoxydable : on peut voir des structures verticales qui sont comme des emblèmes, comme des totems, et qui ont la particularité d’être des corps creux, tubulaires, avec des sommets d’où sortent des tas de choses - coquillage, épée, main - comme un arbre pourrait germer et offrir en son haut une surprise si on le décapite. Il y aussi des structures instables au sol, linéaires, que j’appelle des tenseurs, car ils sont comme des pièges faits pour prendre l’espace. »

— Claude Viseux

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Mort du sculpteur Claude Viseux lejpb.com, 13 novembre 2008

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1960 : J.Veinet, « Facies ». Production Festival d'art d'avant-garde Paris.
  • 1978 : Daniel Lecomte, « Un bruit de rose prisonnière ». Production ORTF.
  • 1997 : Claude Guibert « Claude Viseux » sur l'encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain, production Imago.