Jacques-Sylvain Klein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Klein.
Jacques-Sylvain Klein
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques-Sylvain Klein
Naissance (72 ans)
Rouen (France)
Nationalité Drapeau de la France France
Domaines Histoire de l'art
Diplôme Institut d'études politiques de Paris (1966), docteur en sciences de la gestion Université Paris-IX Dauphine (1972)
Distinctions Prix Lévarey-Lévesque 2016

Jacques-Sylvain Klein est né à Rouen le 11 juin 1946. Économiste et juriste, il a fait sa carrière à l'Assemblée nationale de 1969 à 2009. Historien de l'art, il a créé en 2010 le Festival Normandie Impressionniste. Il est commissaire d'expositions, consultant en ingénierie culturelle et délégué de l'association La Maison Sublime de Rouen. Il a publié une douzaine d'ouvrages en histoire de l'art et en finances locales.

Études[modifier | modifier le code]

Jacques-Sylvain Klein a fait ses études secondaires au lycée Corneille de Rouen. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (1966) et docteur en sciences de la gestion (Université Paris-IX Dauphine, 1972).

Carrière[modifier | modifier le code]

Reçu en 1969 au concours d'administrateur de l'Assemblée nationale, il participe à la commission d'enquête sur l'énergie en France (1974), puis, au sein de la commission des lois (1975-1983), à l'élaboration des lois de décentralisation et de financement des collectivités locales.

Nommé chef de division en 1983, il est chargé de mettre en place l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Il dirige le secrétariat des commissions spéciales, notamment celle sur l'enseignement privé (1983), puis le secrétariat de la commission de la production et des échanges (1984-88). Il crée les premiers colloques parlementaires, sur l'avenir de l'industrie (1986) et sur l'enjeu tourisque (1987). En 1988, il entre au cabinet du président de l'Assemblée nationale, Laurent Fabius, comme conseiller chargé des questions économiques et budgétaires, ainsi que des réformes parlementaires. Il assure les mêmes fonctions au cabinet d'Henri Emmanuelli en 1992-93.

Chef de la division des études économiques de 1993 à 1997, il revient au cabinet de Laurent Fabius en 1997, où il est à l'origine de la loi organique réformant le budget de l'État (LOLF). Nommé directeur en 2000, il dirige successivement les services de la communication (2000-2003), des études et de la documentation (2003-2006), de l'économie et de l'évaluation scientifique (2006-2009). À son départ de l'Assemblée, il est nommé directeur honoraire.

Activités culturelles et pédagogiques[modifier | modifier le code]

En 1992, il crée, avec le sociologue Michel Crozier, l'association Culture et décentralisation et dirige la rédaction de la revue Topique[1].

Depuis 2007, il est délégué de l'association La Maison Sublime de Rouen[2], créée pour sauvegarder et valoriser le plus ancien monument juif de France, construit vers 1100 et découvert par hasard en 1976 sous la cour du Palais de justice. Il organise en 2011 le colloque « Les juifs de Normandie dans la société et la culture médiévales[3] » et participe au film de Cécile Patingre, "Que cette maison soit sublime" [4], sélectionné la même année au Festival du film juif de Jérusalem. De 2012 à 2018, il participe au comité de pilotage mis en place par le Palais de Justice pour élaborer un projet de restauration et de mise en valeur de la Maison Sublime. La mise en œuvre de ce projet s'accompagne, en 2018, d'une exposition au Musée des Antiquités de Rouen (« Savants et Croyants - les juifs d'Europe du Nord au Moyen Age") et d'un colloque international à Paris (au Mahj)et à Rouen (« Judaïsme médiéval entre Normandie et Angleterre").

En 2010, il crée, à l'initiative de Laurent Fabius, le Festival Normandie impressionniste, dont il est le premier commissaire général (Jérôme Clément lui succède pour les éditions 2013 et 2016). Il est le conseiller scientifique du film de François Lévy-Kuentz "Le scandale impressionniste"[5] (RMN/Arte, 2010).

Consultant en ingéniérie culturelle, il participe à la création en 2015, par les régions Normandie et Ile-de-France, de "Destination Impressionnisme", une des quinze destinations touristiques labellisées par le ministère des Affaires étrangères. Il est commissaire d'expositions : "Impressionnisme et Art vidéo" (Rouen, Conseil départemental de la Seine Maritime, 2010), "Philippe Ringlet" (Rouen, Abbatiale Saint-Ouen et Musée des Beaux-Arts, 2015), "L'Atelier en plein air, les impressionnistes en Normandie" (Paris, Musée Jacquemart-André, 2016). Il participe à la création du nouveau spectacle Vision impressionniste du château d'Auvers-sur-Oise.

Spécialiste des finances locales, il a enseigné à l'École nationale d'administration et au Centre national de la fonction publique territoriale et conseillé diverses associations d'élus locaux, dont l'Association des maires de France et l'Association des maires des grandes villes.

Responsabilités politiques, syndicales et associatives[modifier | modifier le code]

En 1969, il est candidat aux élections municipales du Chesnay (Yvelines) sur une liste du PSU. De 1974 à 1978, il est membre du bureau fédéral du PSU des Yvelines et publie régulièrement des chroniques dans l'hebdomadaire Tribune Socialiste, sous le pseudonyme Michel Sylvain. En 1976, il crée le syndicat CFDT des personnels de l'Assemblée nationale, dont il est secrétaire jusqu'en 1984. Il entre au parti socialiste en 1981 et participe régulièrement aux travaux de sa commission économique ; en 2004, il est nommé délégué national à la valeur ajoutée. En 1989, il entre au conseil scientifique de l'Institut de la décentralisation et publie de nombreux articles dans la revue Pouvoirs locaux[6]. En 1990, il crée l'association Décentralisation 2000, chargée par les pouvoirs publics de célébrer les 10 ans de la décentralisation. De 1995 à 2000, il est adjoint au maire de Rouen, chargé des finances, et préside le Crédit municipal de Rouen.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Impressionnisme se lève en Normandie 1820-1886 (éditions Ouest-France, 2016). Prix Lévarey-Lévesque 2016
  • L'Atelier en plein air, les impressionnistes en Normandie (catalogue de l'exposition éponyme au Musée Jacquemart-André, en coll. avec Claire Durand-Ruel Snollaerts, 2016)
  • Destination Impressionnisme, Paris Ile-de-France et Normandie (Guide du Routard, Hachette, 2016)
  • Répertoire des sites impressionnistes en Normandie et à Paris Ile-de-France (Forum de la Destination Impressionnisme, Musée d'Orsay, 5 septembre 2016)
  • Lumières normandes, les hauts-lieux de l'impressionnisme (éditions Point de vues, 2013)
  • La Normandie des Impressionnistes (Guide du Routard, Hachette, éditions 2010 et 2013)
  • La Maison Sublime, l'école rabbinique et le royaume juif de Rouen (éditions Point de vues, 2006)
  • La Normandie, berceau de l'Impressionnisme (Ouest-France, 1996, réédition 1999)
  • Gestion et finances des collectivités locales (collectif, Lamy, 1995)
  • Moderniser la fiscalité locale (dir., Economica, 1989)
  • L'explosion des impôts locaux (Documentation Française 1986)
  • L'évaluation des politiques publiques (collectif, 1984)
  • Le statut des fonctionnaires parlementaires (Bibliothèque de l’Assemblée nationale, 1978)

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • Camille Pissarro, Rouen, peindre la ville par Claire Durand-Ruel Snollaerts (éditions Point de vues, 2013)
  • Vassili Polenov, le chevalier de la beauté par Tatiana Mojenok-Ninin (éditions Point de vues, 2013)
  • Charles-François Daubigny, Aux sources de l'impressionnisme par Annick Couffy et Christiane Leroy (Musée Daubigny, Auvers-sur-Oise)

Articles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. revue Topique
  2. http://www.lamaisonsublime.fr, association La Maison Sublime de Rouen
  3. France 3, Reportage Télévision France3
  4. You tube, "Que cette maison soit sublime" sur Youtube
  5. Arte boutique, Le scandale impressionniste
  6. http://www.idecentralisation.asso.fr/revue.php, revue Pouvoirs locaux