Intermeco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Državna himna Bosne i Hercegovine (bs)
Hymne national de la Bosnie-Herzégovine
Hymne national de la Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Autre(s) nom(s) Intermeco (bs)
Paroles Dušan Šestić et Benjamin Isović
Musique Dušan Šestić
Adopté en 1999
Fichier audio
Fichier audio externe Intermeco (Instrumental)

Državna himna Bosne i Hercegovine (Hymne national de la Bosnie-Herzégovine), plus connu sous le nom d'Intermeco est l'hymne national de la république de la Bosnie-Herzégovine.


Il a remplacé de facto le 10 février 1998, Jedna Si Jedina, en même temps que l'adoption du nouveau drapeau car il fut jugé que ces symboles faisaient références uniquement au peuple bosniaque aux dépens des autres ethnies ou nationalités de Bosnie-Herzégovine notamment les Serbes et les Croates.

Musique[modifier | modifier le code]

Utilisée depuis , la musique de l'hymne a été officiellement adoptée par le bureau du Haut Représentant international en Bosnie-Herzégovine le [1].

Elle a été composée par Dušan Šestić.

Paroles[modifier | modifier le code]

L'hymne est resté sans paroles officielles jusqu'en , date de l'acceptation des paroles de Dušan Šestić et Benjamin Isović par le parlement[2]. Jusque là les trois principales communautés le chantaient dans leurs langues respectives[3].

Ti si svjetlost duse
Vjecne vatre plam
Majko nasa zemljo Bosno
Tebi pripadam

Divno plavo nebo
Hercegovine
U srcu su tvoje rijeke
Tvoje planine

Ponosna i slavna
Krajina predaka
Zivjeces u srcu nasem
Dov'jeka

Pokoljenja tvoja
Kazuju jedno:
Mi idemo u budućnost
Zajedno!

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Decision imposing the Law on the National Anthem of BiH », sur Haut Représentant international en Bosnie-Herzégovine, (consulté le 8 février 2018)
  2. (en) S.L., « Bosnia Anthem Gets Lyrics After 10 Years », sur www.balkaninsight.com, (consulté le 8 février 2018)
  3. « Hymne sans paroles », sur Le Point, (consulté le 8 février 2018)