Ons Heemecht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ons Heemecht (lb)
Notre patrie
Hymne national du Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Paroles Michel Lentz
1859
Musique Jean-Antoine Zinnen
1864
Adopté en 1895
Fichier audio
Ons Heemecht (instrumental)
noicon

Ons Heemecht (« Notre patrie ») est, depuis 1895, l'hymne national du Grand-Duché de Luxembourg.

L'hymne a été composé par Jean-Antoine Zinnen en 1864, le texte est de Michel Lentz (1859). Les paroles sont en luxembourgeois. Il a été interprété pour la première fois le à Ettelbruck.

Paroles[modifier | modifier le code]

La version officielle est composée seulement des strophes 1 et 4.

Paroles officielles[modifier | modifier le code]

D'après la loi luxembourgeoise du , les première et quatrième strophes du chant Ons Heemecht (1859), texte de Michel Lentz, musique de Jean-Antoine Zinnen, constituent l’hymne national du grand-duché de Luxembourg.

Luxembourgeois Français Allemand

Wou d’Uelzecht durech d’Wisen zéit,
Duerch d’Fielsen d’Sauer brécht,
Wou d’Rief laanscht d’Musel dofteg bléit,
Den Himmel Wäin ons mecht:
Dat ass onst Land, fir dat mer géif
Heinidden alles won,
𝄆 Onst Heemechtsland dat mir sou déif
An onsen Hierzer dron.

An séngem donkle Bëscherkranz,
Vum Fridde stëll bewaacht,
Sou ouni Pronk an deire Glanz
Gemittlech léif et laacht;
Säi Vollek frou sech soë kann,
An ’t si keng eidel Dreem:
𝄆 Wéi wunnt et sech sou heemlech dran,
Wéi ass ’t sou gutt doheem!

Gesank, Gesank vu Bierg an Dall
Der Äärd, déi äis gedron;
D’Léift huet en treie Widderhall
A jidder Broscht gedon;
Fir d’Heemecht ass keng Weis ze schéin;
All Wuert, dat vun er klenkt,
𝄆 Gräift äis an d’Séil wéi Himmelstéin
An d’A wéi Feier blenkt

O Du do uewen, deem séng Hand
Duerch d’Welt d’Natioune leet,
Behitt du d’Lëtzebuerger Land
Viru frieme Joch a Leed;
Du hues ons all als Kanner schon
De fräie Geescht jo ginn,
𝄆 Looss viru blénken d’Fräiheetssonn,
Déi mir sou laang gesinn![1]

Où l'Alzette arrose champs et prés
La Sûre baigne les rochers;
Où la Moselle, riante et belle
Nous fait cadeau du vin
C'est notre pays pour lequel
Nous risquons tout sur terre;
𝄆 Notr'chère et adorable patrie
Dont notr'âme est remplie. 𝄇

Dans sa couronne bois sombre
toujours gardée par la paix,
Donc, sans faste et la splendeur cher,
Confortable à l'amour en riant.
Son peuple puisse dire est heureux
Et il n'ya pas de rêves vides:
𝄆 Comment est agréable mais voici la vie,
dans quelle mesure est-il de la maison. 𝄇

Chant, chant, de la montagne et la vallée
La terre, qui nous portait,
Les «amoureux a un écho fidèle»
effectué dans chaque sein.
Pour le pays quelque façon que ce soit trop beau
Chaque mot qui sonne hors de lui,
𝄆 Prendre l'âme comme Himmelstön
Et nos yeux brillants comme le feu. 𝄇

Ô Toi aux cieux qui nuit et jour
Diriges les nations du monde;
Écarte du pays de Luxembourg
L'oppression étrangère
Enfants nous avons reçu de Toi
L'esprit de la liberté;
𝄆 Permets au soleil de liberté
De luire à tout jamais. 𝄇[2],[3]

Wo die Alzette durch die Wiesen zieht,
Durch die Felsen die Sauer bricht,
Die Rebe längs der Mosel blüht,
Der Himmel Wein verspricht:
Dort ist das Land, für dessen Ehr
Kein Opfer uns zu schwer,
𝄆 Die Heimat, die als teures Gut
In unseren Herzen ruht. 𝄇

In seinem dunklen Wälderkranz,
vom Frieden still bewacht,
So ohne Prunk und teuren Glanz,
Gemütlich lieb es lacht.
Sein Volk sich glücklich sagen kann,
Und es sind keine leeren Träume:
𝄆 Wie heimelig sich's doch hier wohnt,
wie gut ist's doch daheim. 𝄇

Gesang, Gesang, von Berg und Tal
Die Erd', die uns getragen,
Die Lieb' hat einen treuen Widerhall
In jeder Brust getan.
Für die Heimat ist keine Weise zu schön,
Jedes Wort, das aus ihr klingt,
𝄆 Ergreift die Seel' wie Himmelstön'
Und unser Auge wie Feuer blinkt. 𝄇

O Du dort droben, dessen Hand
Den Völkern gibt Geleit,
Behüt das Luxemburger Land
Vor fremdem Joch, vor Leid!
Als Kind empfingen wir von Dir
Den freiheitlichen Sinn,
𝄆 Die Freiheitssonne, unsre Zier,
Lass leuchten fernerhin! 𝄇[4],[3]

Hypothèse d'un précédent hymne[modifier | modifier le code]

Un premier hymne luxembourgeois, précédant l'actuel Ons Heemecht, aurait été chanté sur la musique de To Anacreon in Heaven, du compositeur anglais John Stafford Smith. Cette dernière musique est celle de l'actuel hymne national des États-Unis : The Star-Spangled Banner[réf. nécessaire].

Cependant, l'existence de ce premier hymne est incertaine. «Je ne connais pas cet hymne et le Wikipédia luxembourgeois n'en parle pas » explique Patrick Kaell, secrétaire de l'ASBL Actioun Lëtzebuergesch[5].

Le vice-président de l'ASBL Lex Roth estime de son côté que si cet hymne a existé, il n'était « sûrement » pas répandu et n'était pas utilisé pour des occasions officielles[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Une pièce de 2 euros du Luxembourg honore Ons Heemecht en 2013 .

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://nationalanthems.info/lu.htm Luxembourg. Nationalanthems.me.
  2. Traduction française présentée sur le site Web du gouvernement luxembourgeois (traduction établie par l'Alliance pour la propagation de la langue française – Comité de Luxembourg, 1931). Revue 2015 par Sonja Martellotto (née Gaudina).
  3. a et b Voila Luxembourg, , 98 p. (lire en ligne).
  4. Texte de Groben, Joseph.
  5. a et b Olivier Loyens, « Un «premier hymne» luxembourgeois chanté sur la musique de l'hymne américain? », sur L'Essentiel (journal),

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]