Investissement à impact social

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Impact investing)
Aller à : navigation, rechercher

L'investissement à impact social, ou encore impact investing, est une stratégie d’investissement cherchant à générer des synergies entre impact social, environnemental et sociétal d'une part, et retour financier neutre ou positif d'autre part[1].

Origine[modifier | modifier le code]

Le terme d' "impact investing", traduit en Français par "investissement à impact social", a été défini en 2007 lors d'une réunion de la fondation Rockefeller (Bugg-Levine et Emerson, 2011). Le terme est ensuite adopté par le Global Impact Investing Network (GIIN), créé en 2008, qui rassemble les différents acteurs du secteur - fonds d'investissement, banques ou encore fondations[2]. En 2010, la fondation Rockefeller, le GIIN et JP Morgan se sont associés pour de premières publications sur l'investissement à impact social, notamment pour le rapport "Impact Investing: An Emerging Asset Class"[3], qui va contribuer à la structuration du secteur.

L'investissement à impact social peut être parfois désigné par les termes "investissement d'impact" ("impact investment")[4], "double-bottom line" ou "triple-bottom line" investing[5] (investissement pour un retour financier, social et environnemental dans le second cas - le "Triple Résultat"), "investissement social"[6] (ou en anglais "social investing")[5] ou encore "blended value investing"[7].

Définition[modifier | modifier le code]

L'investissement à impact social est défini comme « un investissement qui allie explicitement retour social et retour financier sur investissement. L’investissement à impact social implique en conséquence l’établissement d’objectifs sociaux prioritaires et spécifiques dont l’impact est mesurable par un processus continu d'évaluation. Ces investissements peuvent être réalisés dans tous types juridiques d’organisations ayant un modèle économique pérenne, et viser des niveaux de rémunération s’étendant de l’absence de rémunération à des rendements proches du marché[8]. »

L'investissement à impact social se distingue donc de l'investissement socialement responsable dans la mesure où sa motivation première est un impact mesurable sur toute la durée de vie du projet[9].

Cette stratégie d’investissement est applicable :

  • dans toutes les classes d’actifs[10] (capital investissement, dette, etc.)
  • dans divers d’activités (environnement, emploi, logement, énergie, etc.)
  • dans tout pays (pays émergent comme pays développés)
  • dans diverses organisations (instances supranationales, publiques, associatives, privées, etc.)

Instruments des investissements à impact social[modifier | modifier le code]

La Fondation Case distingue deux grandes approches dans l'investissement à impact social :

  • une approche par classe d'actif financier (ou instrument financier), avec la volonté de promouvoir une recherche de l'impact social dans une classe d'actif donnée; et
  • une approche se concentrant sur un secteur et/ou un problème donné, avec un recours à tout type d'instrument financier pour atteindre les objectifs d'impact fixés[11].

L'inclusion de certains instruments comme les obligations vertes ou la reclassification des prêts faits par les institution financières internationales en investissements à impact social est sujet à débat[12].

Capital investissement[modifier | modifier le code]

Le capital investissement (ou "private equity") à impact social correspond à l'investissement par prise de parts de capital dans des sociétés non côtées visant un impact social et un retour financier raisonnable, à différents niveaux de maturité (amorçage, capital risque ou social venture capital, capital développement,...). Le capital investissement représente environ 1/4 des actifs sous gestion en investissement à impact social en 2014 sur un total de 60 milliards de dollars (après le financement par dette et obligations) d'après une analyse de JP Morgan[13],[14].

Quelques grands groupes ont créé leur propre fonds de capital investissement d’entreprise (ou "corporate venture capital ") à impact social comme Schneider avec le Schneider Electric Energy Access Fund[15], ou encore Patagonia avec le $20 Million & Change fund[16].

Le capital investissement à impact social est confronté à des problématiques spécifiques, notamment sur les possibilités de sortie d'investissement, la taille des investissement limitée (au regard des coûts liés à l'analyse de l'investissement et la transaction), les problématiques de gouvernance notamment dans des pays où le cadre légal n'est pas clair et stable ou encore l'enjeu de concilier un retour social et financier[17]. Par ailleurs, la majorité des fonds se concentrent aujourd'hui sur des sociétés déjà développées plutôt que sur de l'amorçage[18]. Le secteur est encore jeune et en cours de structuration : un article de Stanford Social Innovation Review datant de 2012 situe l'investissement à impact social au même niveau d'avancement que la microfinance 10 ans auparavant[19].

Le site ImpactAssets50 propose une liste des 50 fonds les plus influents en investissement à impact social dans le monde[20].

Actions cotées[modifier | modifier le code]

L'enjeu de l'accès aux marchés boursiers (ou "public equity") est notamment de permettre à des entreprises sociales de faire un appel public à l'épargne (et donc aux fonds de capital investissement de pouvoir vendre leurs participations), et de donner accès à des titres "à impact social" avec une plus grande liquidité à des investisseurs institutionnels[21].

Les bourses sociales les plus notoires sont les suivantes :

Ces bourses ont été créées en 2013 (mis à part SASIX, créé en 2006). Leurs approches sont variées : les bourses sociales de Singapour et Afrique du Sud ne listent que les sociétés dont l'objectif premier est l'impact. Le Social Stock Exchange à Londres liste pour sa part les entreprises dont l'impact social est un objectif clef, mais pas nécessairement l'objectif principal[22].

En septembre 2015, le Social Stock Exchange à Londres comptait en septembre 22 sociétés côtées pour une valeur de 1,5 milliards de livres[23]. Ces sociétés ont l'obligation d'être cotées en parallèle sur la Bourse de Londres. Des exemples de participations cotées sont Oikocredit (microfinance), People Tree (commerce équitable)[24]

Obligations vertes[modifier | modifier le code]

Les obligations vertes sont des dettes émises par des entreprises ou autres organisations à impact environnemental, et sont le plus souvent accordées par des banques ou d'autres institutions financières. Toute la dette émise est destinée à financer un ou plusieurs projets écologiques ou de transition énergétique[25]. Le marché des obligations vertes est en forte croissance : 4,5 milliards d'euros en 2012, 40 milliards d'euros en 2015 et jusqu'à 100 milliards d'euros attendus en 2016[26]. À titre d'exemple, Unibail Rodamco a émis 750 millions d'euros d'obligations vertes pour financer des bâtiments à énergie positive en 2014[27].

Contrats à impact social[modifier | modifier le code]

Les contrats à impact social[28] (aussi nommés "obligations à impact social"[29], traduction de "social impact bonds") sont des instruments destinés à financer des programmes ayant une vocation sociale et portés par des associations. Leur principe est fondé sur le partenariat entre pouvoirs publics et organisations sociales pour mettre en place une action sociale précise. Les deux parties s'entendent sur un objectif social de résultat. L'investisseur finance l'organisation sociale et porte le risque associé au projet. Si l'objectif est atteint, l'investisseur percevra un taux de retour sur investissement, et s'il est dépassé, la rémunération sera augmentée. S'il n'est pas atteint, l'investisseur ne touchera rien et son investissement sera considéré comme un simple don caritatif.[30]

Les contrats à impact social ont été mis en place au Royaume-Uni en 2010, puis aux États-Unis, en Belgique, en Allemagne. Ils atteignent aujourd'hui 100 millions d'euros[31]. De nombreux groupes de réflexion se montent actuellement en France sur le sujet, recevant le support du gouvernement, très intéressé par la mise en place de contrats à impact social sur le territoire français.

Investissement immobilier[modifier | modifier le code]

L'investissement à impact social dans le secteur immobilier consiste en l'acquisition de propriétés physiques dans l'intention d'obtenir un retour financier (loyer, appréciation de la valeur de la propriété) et d'atteindre des objectifs socio-économiques ou socio-environnementaux - d'après la définition proposée par Phillips Hager & North Investment Management, division de Royal Bank of Canada Global Asset Management[32]. Ce type d'investissement peut s'appliquer par exemple au logement abordable[33], au logement de communautés en difficulté, de personnes âgées,[34]...

Ce type de schéma existe notamment au Royaume Uni et aux États-Unis[35] et en Belgique[36].

Autres actifs réels[modifier | modifier le code]

L'investissement à impact social peut aussi prendre la forme d'investissement dans le secteur forestier, agroforestier ou l'agriculture durable, ou la gestions durable des terres et de leur biodiversité (secteur aussi appelé "Conservation Finance"). L'investisseur se rémunère à travers la valorisation de crédits carbones, la production durable de produits agricoles,...

Des exemples de fonds actifs dans ce secteur sont Equilibrium Capital[37], Moringa[38], Iroquois Valley Firm[39], ou encore Lyme Northern Forest Fund[40].

Financement participatif à impact social[modifier | modifier le code]

Un autre véhicule de financement possible est le financement participatif (ou "crowdfunding") à impact social à travers des plateformes internet tels que 1001Pact, Garrigue, ou encore les [1] en France [41] ou encore des initiatives telles que le partenariat entre OurCrowd et Locust Walk pour une plateforme d'investissement participatif à impact social gérée par les étudiants de Wharton[42].

Exemples d'investisseurs à impact social[modifier | modifier le code]

Investisseurs gouvernementaux[modifier | modifier le code]

Fondations[modifier | modifier le code]

Investisseurs privés[modifier | modifier le code]

  • ResponsAbility
  • LGT Venture Philantropy
  • Lundin Foundation
  • Clearly So[49]
  • Investisseur et partenaires
  • Investir&+
  • Unitus
  • Acumen Fund[50]
  • Comptoir de l'innovation[51]
  • Bridges ventures [52]
  • Leapfrog investments[53]

Réseaux[modifier | modifier le code]

Banques[modifier | modifier le code]

Organisations internationales[modifier | modifier le code]

Mesure de l'impact social[modifier | modifier le code]

Importance de la mesure d'impact[modifier | modifier le code]

La mesure d'impact consiste à produire des informations utiles pour deux principales parties prenantes : les investisseurs à impact social, et les entrepreneurs sociaux.

Pour un investisseur [55], la mesure d'impact est :

  • un moyen d'identifier les différents acteurs qui répondent à un certain besoin social
  • une aide à la decision dans le choix des entreprises à intégrer à un portefeuille
  • un outil de suivi régulier des objectifs convenus suite à un investissement
  • un outil de reporting auprès des donateurs à qui l'investisseur rend des comptes
  • un outil de communication auprès de toutes les parties prenantes

Pour un entrepreneur social [56], la mesure d'impact est :

  • un moyen de se positionner comme acteur de l'ESS[57]
  • un moyen de prétendre à certains financements[58], notamment lorsque son action permet aux collectivités d'éviter des coûts importants
  • un moyen de communiquer sur son entreprise auprès des différentes parties prenantes
  • un outil de pilotage[59] pour essayer d'améliorer en continu son action

Quand mesurer l'impact ?[modifier | modifier le code]

La Mesure d'impact peut intervenir à toutes les étapes d'un projet d'impact social :

  • Avant le projet (ex ante) : afin d'étudier la faisabilité du projet dans une phase de "négociation" entre parties prenantes
  • Pendant : afin de s'assurer du bon déroulement du projet en lien avec les objectifs d'impact définis initialement
  • Après (ex post) : afin de vérifier le succès du projet et l'évolution de l'impact social dans le temps

Comment mesurer l'impact ?[modifier | modifier le code]

Il existe aujourd'hui plusieurs méthodes de mesure de l'impact social. Le choix d'une méthode est déterminé par l'utilisation que l'on veut en faire; cependant, toutes les méthodes ont en commun  :

  • la définition du besoin[60]
  • la définition des bénéficiaires et des parties prenantes[61]
  • la définition de sa théorie du changement  : qu'est-ce que l'on veut changer
  • la définition d'indicateurs[62],[63]
  • l'analyse des résultats et de l'écart avant et après l'action

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Le succès des « fonds d’impact » à dimension sociale », sur Le Monde.fr (consulté le 19 avril 2016)
  2. « Where in the Hype Cycle is Impact Investing? | Impact Alpha », sur impactalpha.com (consulté le 21 avril 2016)
  3. (en) « The State of Impact Investing », sur Wharton Magazine (consulté le 21 avril 2016)
  4. (fr) « Louis Dreyfus lance un fonds d'investissement d'impact en Afrique - JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com,‎ (consulté le 27 avril 2016)
  5. a et b Lori Kozlowski, « Impact Investing: The Power Of Two Bottom Lines », sur Forbes (consulté le 27 avril 2016)
  6. Camille Guézennec, Guillaume Malochet, L’impact investing pour financer l’économie sociale et solidaire ?, (lire en ligne)
  7. Stephanie Strom, « A Quest for Hybrid Companies: Part Money-Maker, Part Nonprofit », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  8. Comité français sur l'investissement à impact social, Comment et Pourquoi Favoriser des Investissements à Impact Social, (lire en ligne)
  9. « Impact Investing — CFF : Centre français des fonds et fondations », sur www.centre-francais-fondations.org (consulté le 19 avril 2016)
  10. « 3.4 Impact Investing Across Asset Classes », sur Mainstream Impact Investing (consulté le 19 avril 2016)
  11. (en) The Case Foundation. Sean Greene., A short guide to impact investing, , 45 p. (lire en ligne), p20
  12. (en) « Impact Investing Is an Approach, Not an Asset Class - UNREASONABLE », sur UNREASONABLE.is (consulté le 21 avril 2016)
  13. « Les entrepreneurs « atypiques » séduisent le capital-investissement, Financer sa croissance - Les Echos Business », sur m.business.lesechos.fr (consulté le 20 avril 2016)
  14. (en) JP Morgan, Global Impact Investing Network. Yasemin Saltuk, Ali El Idrissi, Amit Bouri, Abhilash Mudaliar, Hannah Schiff., « Spotlight on the Market - The Impact Investor Survey », Global Social Finance,‎ , p7 (lire en ligne)
  15. (fr) « Schneider renforce ses investissements solidaires en Afrique », sur GreenUnivers (consulté le 20 avril 2016)
  16. Caroline Winter, « Patagonia's Latest Product: A Venture Fund », sur Bloomberg.com (consulté le 20 avril 2016)
  17. « When Can Impact Investing Create Real Impact? (SSIR) », sur ssir.org (consulté le 19 avril 2016)
  18. « Gaps in the Impact Investing Capital Curve (SSIR) », sur ssir.org (consulté le 21 avril 2016)
  19. « What Impact Investors Can Learn from the Microfinance Industry (SSIR) », sur ssir.org (consulté le 19 avril 2016)
  20. « Millennials Will Bring Impact Investing Mainstream (SSIR) », sur ssir.org (consulté le 20 avril 2016)
  21. « 3.2 Impact Investment Ecosystem: The Landscape Today », sur Mainstream Impact Investing (consulté le 21 avril 2016)
  22. « The Rise of Social Stock Exchanges (SSIR) », sur ssir.org (consulté le 21 avril 2016)
  23. (en) « Social Stock Exchange launches in Exeter to grow impact investing in South West », sur Exeter Express and Echo (consulté le 21 avril 2016)
  24. (en) « THE SOCIAL STOCK EXCHANGE- 2016 Research Book publié par All Street Research », sur http://socialstockexchange.com/,‎ (consulté le 28 avril 2016)
  25. Marc-Antoine Franc (directeur associé de BeCitizen), « Financer la transition énergétique grâce aux « green bonds » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  26. (fr) « EDF participe à l'explosion des green bonds », sur Challenges (consulté le 19 avril 2016)
  27. (fr) « Le marché des green bonds dopé par la COP21 ? », sur lesechos.fr (consulté le 19 avril 2016)
  28. « La France se lance dans les "contrats à impact social" », sur LEntreprise.com (consulté le 25 avril 2016)
  29. « Les «obligations à impact social» vont débarquer en France », sur Libération.fr (consulté le 25 avril 2016)
  30. (fr) « Son nom est Bond, Social Impact Bond et il veut sortir la finance sociale de la philanthropie », sur Slate.fr (consulté le 19 avril 2016)
  31. « Les obligations à impact social séduisent Bercy », sur Libération.fr (consulté le 19 avril 2016)
  32. (en) Phillips Hager & North Investment Management, filiale de RBC Global Asset Management, « An overview of impact investing », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  33. (en) Tom Konrad, « New finance-charity hybrid aims to make affordable housing greener », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  34. (en) Ananda Social Venture Fund, Impact in Motion (Stephanie Petrick), « Impact investing in real estate », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  35. (en) Adam Pillsbury et Rebecca Zylberman, « Affordable housing challenges give way to inspiring social enterprise solutions », The Guardian, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  36. lesoir.be, « Un fonds dédié au logement social », sur lesoir.be (consulté le 26 avril 2016)
  37. « 3.4 Impact Investing Across Asset Classes », sur Mainstream Impact Investing (consulté le 21 avril 2016)
  38. « Capital-investissement - La BAD investit 10 millions € de capitaux propres dans le Fonds Moringa », sur www.afdb.org (consulté le 21 avril 2016)
  39. (en) « Boosting Impact Investment in Natural Resources: Forestry and Land », sur Triple Pundit: People, Planet, Profit (consulté le 21 avril 2016)
  40. (en) Briges Ventures, The Parthenon Group, GIIN, « Investing for impact - Case studies across asset classes », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  41. (fr) « 1001 Pact.com : l’impact solidaire », sur Les Echos Business,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  42. « OurCrowd Helps Wharton Students Launch Largest Student-Run Impact Investing Platform in the World », Reuters,‎ (lire en ligne)
  43. « L'AFD soutient un fonds d'investissement vers les entreprises éco-responsables », sur Actu-Environnement (consulté le 19 avril 2016)
  44. (en) Karl Mathiesen, « What is the Bill and Melinda Gates Foundation? », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  45. (en) Rupert Neate, « Rockefeller family charity to withdraw all investments in fossil fuel companies », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  46. « Engie s'engage avec PlaNet Finance France pour l'entrepreneuriat en banlieue », sur Boursier.com (consulté le 19 avril 2016)
  47. « EXCLUSIVE: Disgraced Clinton Donor Got $13M In State Dept Grants Under Hillary », sur The Daily Caller (consulté le 19 avril 2016)
  48. « MasterCard Foundation Continues to Up its Funding Game in Africa - Inside Philanthropy - Inside Philanthropy », sur www.insidephilanthropy.com (consulté le 19 avril 2016)
  49. « ClearlySo celebrates hitting the £100m mark in the UK | The Social Enterprise Magazine - Pioneers Post », sur www.pioneerspost.com (consulté le 19 avril 2016)
  50. « Own What You Own », sur The Huffington Post,‎ (consulté le 19 avril 2016)
  51. « Impact investing : le private equity des entreprises sociales - Revue Banque », sur www.revue-banque.fr (consulté le 19 avril 2016)
  52. « Bridges Ventures wins Award for Excellence at the 2012 FT/IFC Sustainable Finance Awards », sur Financial Times (consulté le 19 avril 2016)
  53. « Bridges Ventures wins Award for Excellence at the 2012 FT/IFC Sustainable Finance Awards », sur Financial Times (consulté le 19 avril 2016)
  54. « Ashoka - Genre en action », sur www.genreenaction.net (consulté le 19 avril 2016)
  55. (fr) « Pourquoi mesurer son impact ? », sur Impact Investing (consulté le 19 avril 2016)
  56. « Qu'est-ce que l'entrepreneuriat social ? - Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves) », sur mouves.org (consulté le 19 avril 2016)
  57. « CEDEF - Qu'est-ce que l'économie sociale et solidaire ? | Le portail des ministères économiques et financiers », sur www.economie.gouv.fr (consulté le 19 avril 2016)
  58. (fr) « Social media monitoring - Mesurer l'impact d'une stratégie social media ? - Salesforce.com France », sur Salesforce.com (consulté le 19 avril 2016)
  59. « Reporting extra-financier : Premier Bilan après un an d’application de l’article 225 - Ministère de l'Environnement, de l’Énergie et de la Mer », sur www.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 19 avril 2016)
  60. « Guide de la mesure d’impact social | Avise.org », sur www.avise.org (consulté le 19 avril 2016)
  61. « Guide du retour social sur investissement (SROI) | Avise.org », sur www.avise.org (consulté le 19 avril 2016)
  62. « La mesure d'impact social et économique | CSMO-ÉSAC », sur www.csmoesac.qc.ca (consulté le 19 avril 2016)
  63. « IRIS », sur iris.thegiin.org (consulté le 19 avril 2016)