Triple bottom line

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Schéma de fonctionnement de la triple bottom line.

La triple bottom line, ou en français triple performance, triple résultat[1],[2] ou triple bilan, est la transposition de la notion de développement durable en entreprise, par l'évaluation de la performance de l’entreprise à l'aune des trois piliers du développement durable :

  1. social : conséquences sociales de l’activité de l’entreprise pour l’ensemble de ses parties prenantes (ou stakeholders en anglais) (people) ;
  2. environnemental : compatibilité entre l’activité de l’entreprise et le maintien des écosystèmes (planet) ;
  3. économique (profit).

La triple bottom line est ainsi également appelée « triple P », pour People, Planet, Profit (« Personnes, Planète, Profit ». Le terme est une allusion à la bottom line (ou dernière ligne du compte de résultat), c'est-à-dire au résultat net.

L'expression a été proposée par John Elkington, cofondateur du premier cabinet de conseil en stratégie de développement durable britannique SustainAbility en 1994. Elle a ensuite fait l'objet d'un livre du même auteur en 1998.

John Elkington a lui-même critiqué la triple bottom line et l'utilisation qui en a été faite par les entreprises dans un article en 2018[3]. Il y explique ainsi : "It [Triple Bottom Line] was supposed to provoke deeper thinking about capitalism and its future, but many early adopters understood the concept as a balancing act, adopting a trade-off mentality. [...] Such experimentation [de la TBL] is clearly vital — and typically sparks a proliferation of potential solutions. But the bewildering range of options now on offer can provide business with an alibi for inaction. Worse, we have conspicuously failed to benchmark progress across these options, on the basis of their real-world impact and performance"[Traduire passage]. La Triple Bottom Line apparaît ainsi comme un système comptable qui permet de compenser des impacts environnementaux ou sociaux par une bonne performance économique (ce qui est appelé également « soutenabilité faible »)[4].

De nouvelles approches comptables sont proposées dans une perspective de soutenabilité forte, notamment en France par la chaire Comptabilité Ecologique d'AgroParisTech[5] et par le Cercle des comptables environnementaux et sociaux (CERCES)[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. DGLFLF, « triple performance », FranceTerme.
  2. « Vocabulaire de l'économie et des finances (liste de termes, expressions et définitions adoptés) », Journal officiel, no 65,‎ , p. 4968, texte n° 125.
  3. John Elkington, « 25 Years Ago I Coined the Phrase “Triple Bottom Line.” Here’s Why It’s Time to Rethink It. », Harvard Business Review,‎ (ISSN 0017-8012, lire en ligne, consulté le ).
  4. Alexandre Rambaud et Jacques Richard, « The “Triple Depreciation Line” instead of the “Triple Bottom Line”: Towards a genuine integrated reporting », Critical Perspectives on Accounting, vol. 33,‎ , p. 92–116 (ISSN 1045-2354, DOI 10.1016/j.cpa.2015.01.012).
  5. « Chaire Comptabilité écologique - Pour que la nature et les humains comptent. », sur Chaire Comptabilité écologique (consulté le ).
  6. « Projet CARE (Comprehensive Accounting in Respect of Ecology) », sur CERCES (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Elkington, Cannibals with Forks: the Triple Bottom Line of 21st Century Business, New Society Publishers (en), 1998.
  • (en) Andrew Savitz, The Triple Bottom Line: How Today's Best-Run Companies are Achieving Economic, Social and Environmental Success and How You Can Too, Jossey-Bass (en), 2006.