Ida Barbarigo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ida Barbarigo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
VeniseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieux de travail

Ida Cadorin, dite Ida Barbarigo, née le [1] à Venise et morte le dans la même ville, est une peintre italienne de la Nouvelle École de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ida Barbarigo naît dans la famille des Cadorin, sculpteurs, peintres et architectes de génération en génération depuis la Renaissance. Son père Guido Cadorin connaît une certaine notoriété dans les années 1920-1940. Après des études classiques, Ida Barbarigo fréquente durant quatre ans l'Académie des Beaux-Arts de Venise[2], y suivant les cours de son père et du sculpteur Arturo Martini. Elle rencontre alors Zoran Mušič et effectue à partir de 1947 ses premiers voyages à l'étranger, notamment en Suisse et en 1949 à Paris. Elle épouse la même année le peintre Zoran Mušič. Travaillant dans les cafés et dans les rues, le thème préféré de sa peinture est celui des chaises sur les places ou empilées pour la nuit dans les cafés.

En 1952, Ida Barbarigo s'installe à Paris, rue Mazarine, réalisant de nombreuses aquarelles (séries des « Luxembourg » et « Mabillon »), tout en conservant son atelier de Venise, dans la maison dei Carmini, où elle séjourne une partie de l'année. Elle se lie avec les peintres Gischia et Pignon, les critiques Pierre Francastel et Jean Bouret. Invitée à partir de 1955 au Salon de Mai, elle participe en 1956 à l'exposition « Dix jeunes peintres de l'École de Paris » à la Galerie de France de Myriam Prévot et Gildo Caputo. Résidant rue Duphot, près de la Madeleine, elle peint les chaises du café « Queenie » puis celles du Jardin des Tuileries.

Une exposition particulière des œuvres d'Ida Barbarigo est présentée en 1960 au musée d'art moderne de Rijeka puis, l'année suivante, à Ljubljana et Zagreb. En 1962 « Sei pittori di Parigi » réunit à Cortina d'Ampezzo Barbarigo, Gischia, Mušič, Pignon, Pulga et Scialoja, en 1964 « 6 Pariser Maler » rassemble au Wolfsbourg Kunstverein, puis à la Kunsthalle de Nuremberg, Barbarigo, Anna-Eva Bergman, Gischia, Hartung, Music et Pulga. Par la suite, Ida Barbarigo réalise régulièrement des expositions particulières, à Venise, Bâle, Milan, Brunswick, Londres, Bologne ou Paris[3].

En 1978, Ida Barbarigo revient s'établir à Venise tout en gardant un appartement à Paris, rue du Bac.

Dans les années 1980, Mušič et Ida Barbarigo s'installent dans l'ancien Palais Balbi-Valier, près de la Gallerie dell'Accademia de Venise. C'est là qu'ils recevront assez régulièrement, entre 1980 et 1995, le président François Mitterrand[4].

Des œuvres d'Ida Barbarigo sont notamment conservées au musée d'art moderne de Nuremberg, à la Staatsgalerie moderner Kunst de Munich, au Kunstforening de Narvik.

Elle meurt le à Venise[5].

Famille[modifier | modifier le code]

Ida Barbarigo fut la femme du peintre Zoran Mušič de 1949 jusqu'à la mort de ce dernier en 2005[5].

Principales séries d'œuvres[modifier | modifier le code]

  • Expériences dynamiques, 1958-1960
  • Seggiole e tavolini, 1962
  • I Giudici, 1971
  • A parte, 1973-1974
  • Les Persécuteurs, Les Alchimistes, 1977-1979
  • Feuilles, 1980
  • La Ville, 1885-1991
  • La Mer, La Plage, 1986-1988
  • I luoghi, 1989
  • Les Sphynges, 1994-1995
  • I volti, 1995-1996

Jugements[modifier | modifier le code]

« Ida Barbarigo est le peintre des chaises, comme il y eut Uccello le peintre des oiseaux, Watteau celui des fêtes galantes, Morandi des bouteilles, flacons et verreries et Cézanne des pommes. »

Jean Bouret, Ida Barbarigo, Galerie Grosvenor, Londres, 1971.

« Le thème de prédilection de l'artiste, avec lequel elle crée son premier langage, ce sont les chaises, celles qu'on rencontre au hasard des promenades, abandonnées dans les jardins ou aux terrasses des cafés ou bien empilées pour dormir. (...) Saisies comme des insectes, fixées comme des papillons, (...) leurs empilements systématiques organisés en épures géographiques quasi abstraites (...) les voici peintes en pleine pâte, leurs contours soulignés par des complémentaires ; elles mêlent leurs formes, leurs pieds tordus comme des jambes mouvantes que leur ombre prolonge sur le sol. Elles deviennent les personnages qu'elles supportèrent ou qui les habiteront encore. Vides, elles sont peuplées de présences qui durent et poursuivent des échanges animés. »

Jacques Lassaigne, Ida Barbarigo, Galerie de France, Paris, 1976.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Lassaigne, Barbarigo, Le Musée de Poche, Paris, 1972, p. 43
  2. (it) « Ida Barbarigo: Biography - Palazzo Fortuny », sur Palazzo Fortuny, (consulté le 16 janvier 2018).
  3. (en) « Ida Barbarigo », sur axel-vervoordt.com (consulté le 17 janvier 2018).
  4. Mazarine Pingeot,Ida Barbarigo, « Le promeneur de Venise -- Institut François Mitterrand », sur mitterrand.org (consulté le 16 janvier 2018).
  5. a et b (it) « Morta Ida Barbarigo, l’«ultima novecentesca» », sur corriere.it, .

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Ida Barbarigo, préface de Giuseppe Marchiori, Paul Facchetti, Paris, 1965.
  • Ida Barbarigo, préface de Nino Frank, Galerie "L'éléfante", Venise, 1965.
  • Ida Barbarigo, préface de Jean Bouret, Galerie Handschin, Bâle, 1966.
  • Ida Barbarigo, préface de Zoran Krzisnik, Musée d'art moderne, Nuremberg, 1968.
  • Ida Barbarigo, préface de Marco Valsecchi, Galerie Bergamini, Milan, 1969.
  • René de Solier, Chaises et Voyeurs, Éditions Bruno Alfieri, Venise, 1970.
  • Ida Barbarigo, préface de Jean Bouret, Galerie Grosvenor, Londres, 1971.
  • Ida Barbarigo, préface de Jacques Lassaigne, Galerie La Nuova Loggia, Bologne, 1971.
  • Ida Barbarigo, préface de Jacques Lassaigne, Musée d'art moderne de la Ville de Paris, 1972.
  • Jacques Lassaigne, Barbarigo, Le Musée de Poche, Paris, 1972 (110 p.).
  • Ida Barbarigo, préface de Jean Bouret, Palazzo Querini Stampalia, Venise, 1975 (n. p.).
  • Ida Barbarigo, textes de Jean Bouret, Jacques Lassaigne, Giuseppe Mazzariol, René de Solier et Marco Valsecchi, Galerie de France, Paris, 1976 (ISBN 2-7004-0014-3).
  • Ida Barbarigo, préface de Giuseppe Mazzariol, Galerie de France, Paris, 1980.
  • Ida Barbarigo, préface d'Erich Steingräber, introduction de Jean Clair, Bayerische Staatsgemäldesammlungen, Munich, 1982.
  • Due artisti a confronto, Tancredi - Barbarigo, 1950-1960, texte de Paolo Rizzi, Galerie Contini, Venise, 1989 (94 p.).
  • Ida Barbarigo, préface de Jean Clair, Galerie atelier Lambert, Paris, 1989.
  • Ida Barbarigo, Les Sphynges, Les Persécuteurs, préface de Philippe Carteron, Galerie Vallois, Paris, 1994 (n. p.).
  • Ida Barbargo, 'i volti' 1966-1996, préface de Paolo Levi, entreien avec Michael Peppiat, [textes en italien et en français], Galerie Contini, Venise et Cortina d'Ampezzo, 1996 (128 p.).
  • Ida Barbarigo, texte de Rossana Bossaglia, Italarte, Rome, 1998 (48 p.)
  • Ida Barbarigo, préface de Silvio Acatos, textes de Jean Clair et Ida Barbarigo, Éditions galerie Kara, Jussy / GE, (Suisse) 1987 (48 p).
  • Ida Barbarigo, Instituto Valenciano de Arte Moderno, Valencia, 2004 (184 p.).
  • Lydia Harambourg, Dictionnaire des peintres de l'École de Paris, 1945-1965, Éditions Ides et Calendes, Neuchâtel, 1993 (ISBN 2825800481); nouvelle édition, 2010, p. 39 (ISBN 978-2-8258-0241-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]