Hervé Ladsous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
S.E. Hervé Ladsous à son arrivée à Goma en 2012.

Hervé Ladsous, né le , est un diplomate français, secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'ONU de 2011 à 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Fils d'un officier de la Marine nationale, Hervé Ladsous effectue une partie de sa scolarité à l'étranger, notamment à Oran et Tananarive, où le jeune Hervé passe son bac[1].

Il est diplômé en chinois et malais-indonésien de l'École nationale des langues orientales vivantes et d'une licence en droit public à Paris.

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Hervé Ladsous est affecté après son entrée au Quai d'Orsay, comme consul-adjoint au Consulat général de France à Hong Kong (1972-1974), conseiller d'ambassade à Canberra (1981-1983), à Pékin (1983-1986), à la représentation française auprès des Nations Unies à Genève, chargé d'affaires à Port-au-Prince, no 2 à la représentation française auprès des Nations Unies à New York, etc.[2]

De 2001 à 2003, il est ambassadeur de France en Indonésie et Timor oriental (de 2002).

De 2003 à 2006, il est le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

De 2006 à 2010, il est ambassadeur de France en Chine.

Du à , il est directeur de cabinet des ministres des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, puis Alain Juppé[3].

Du , le secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies Ban Ki-moon annonce la nomination d'Hervé Ladsous au poste de secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'ONU, en remplacement d'Alain Le Roy[4].

En avril 2018, ayant pris sa retraite de fonctionnaire, il est nommé par Michaëlle Jean conseiller spécial de la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie en remplacement du diplomate canadien Jacques Bilodeau[5].

Hervé Ladsous est élevé à la dignité d'ambassadeur de France le 29 septembre 2011[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]