Guy Lafarge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafarge.
Guy Lafarge
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement

Guy Lafarge (Périgueux, né le à Paris et mort le [1]) est un compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève du conservatoire de Bordeaux et de l'École des travaux publics, Guy Lafarge s'intéresse très tôt à l'opérette. Après une première œuvre écrite en 1929, au régiment (Le Capitaine Tic), il fait représenter Niquette à Paris, au Trianon-Lyrique, en 1930. Suivent Carabas et Cie en 1932 (Paris, Trianon-Lyrique), Monsieur Papillon en 1934 (Paris, Trianon-Lyrique), Camille ou Tu seras gendarme en 1937 (Paris, Théâtre de la Madeleine). En 1938, Guy Lafarge aborde le domaine de la chanson en écrivant pour Marie Dubas, Jean Lumière et l'orchestre Jo Bouillon. Mobilisé au début de la Seconde Guerre mondiale et fait prisonnier, il revient de captivité en 1942. Il écrit La course à l'amour, la première création de Georges Guétary (Paris, Théâtre des Nouveautés, 1942), et Bel Amour (également créé à Paris, aux Nouveautés,1943), dont les couplets sont chantés par Lucien Poret. À la fin de la guerre et au lendemain de celle-ci, Guy Lafarge se consacre à la chanson, et remporte dans ce domaine ses plus grands succès : Le P'tit Cousin (Jacqueline Ricard, 1946), Les jeunes filles de bonne famille (pour Jacques Hélian, 1947), Le Petit Rat (pour Suzy Solidor, 1948). Il remporte en 1948 le prix de Deauville de la chanson avec La Seine (sur des paroles de Flavien Monod, chantée par Renée Lamy et Jacqueline François). En 1950, Guy Lafarge revient vers l'opérette (délaissée depuis 1943) avec un grand succès, Il faut marier maman (Paris, Théâtre de Paris). Viennent ensuite La leçon d'amour dans un parc (1951) ; Schnock ou L'École du Bonheur (1952) ; La Belle Arabelle (sur un livret de Marc-Cab et Francis Blanche, au Théâtre de la Porte-Saint-Martin), en 1956, qui remporte un grand succès ; Entrez dans la danse ou La naissance du French-Cancan (Lille, Sébastopol, 1964) ; L’Œuf à voiles (Nantes, Théâtre Graslin, 1977) ; Le petit Café (Mulhouse, 1980, d'après Tristan Bernard). À la fin de sa carrière, Guy Lafarge adapte en opérette des comédies d’Eugène Labiche, toutes créées en province : Le Chapeau de paille d'Italie, Strasbourg, 1966 ; Les Noces de Bouchencœur, Besançon, 1966 ; La Cagnotte, Lille, 1983. Guy Lafarge a également été producteur de radio et directeur artistique de la firme de disques Decca. Il fut durant 38 ans le compagnon d'Éliane Thibault (la voix française de Julie Andrews dans Mary Poppins).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]