Jo Bouillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jo Bouillon
Image dans Infobox.
Jo Bouillon en 1939 (photo studio Harcourt).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Buenos AiresVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Joseph Jean Étienne BouillonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Conjoint

Joseph Jean Étienne Bouillon dit Jo Bouillon, né le à Montpellier (Hérault) et mort le à Buenos Aires (Argentine), est un compositeur, chef d'orchestre et violoniste français,

Quatrième mari de Joséphine Baker, il jouit d'une grande notoriété dans les années 1950.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Jo Bouillon est musicologue à Montpellier, originaire de Pézenas ; son frère Gabriel est aussi musicologue à Paris.

De 1936 à 1947, il dirige l'ensemble « Jo Bouillon et son orchestre[1] », puis se consacre à l'accompagnement de Joséphine Baker.

Joséphine Baker fait beaucoup d'enregistrements avec Jo Bouillon, qui l'accompagne dans ses tournées, comme il accompagne Mistinguett ou Maurice Chevalier. Il épouse Joséphine Baker en 1947 et ils achètent ensemble le château des Milandes en Dordogne. Ils y réalisent leur projet d'adopter des enfants de nationalités différentes, afin de prouver que la cohabitation de « races » différentes peut admirablement fonctionner. Finalement, ils adoptent douze enfants[2]. Tous les enfants que le couple adopte portent le nom de « Bouillon ».

Joséphine Baker et Jo Bouillon se séparent en 1957 et divorcent en 1961[3]. Jo Bouillon se retire en Argentine où il ouvre un restaurant français.

Il est enterré au cimetière de Monaco, son cercueil reposant avec celui de Joséphine dans le caveau en granit noir d'Afrique offert par la princesse Grace[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme acteur
comme compositeur de la bande originale

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jo Bouillon et son orchestre sur BnF.fr
  2. Anne Vidalie, « Les Milandes, le paradis perdu de Joséphine Baker », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  3. « Joséphine Baker : 7 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur l'icône panthéonisée », sur cnews.fr (consulté le )
  4. Philippe Landru, « BAKER Joséphine (Fréda Joséphine Carson : 1906-1975) », sur landrucimetieres.fr, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joséphine, avec Joséphine Baker (et la collaboration de Jacqueline Cartier), Robert Laffont, 1976
  • La Véritable Joséphine Baker, par Emmanuel Bonini, éditions Pygmalion, 2000

Liens externes[modifier | modifier le code]