Guérech de Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guérech
Titre
Duc de Bretagne
981988
Prédécesseur Hoël Ier
Successeur Alain de Bretagne
Comte de Nantes
981988
Prédécesseur Hoël Ier
Successeur Alain de Bretagne
Biographie
Titre complet Duc de Bretagne
Dynastie Maison de Nantes
Date de décès 988
Père Alain II
Mère Judith
Conjoint Aremburge d'Ancenis
Enfant(s) Alain de Bretagne
Héritier Alain de Bretagne
Duc de Bretagne

Guérech de Bretagne, comte de Nantes et duc de Bretagne de 981 à 988.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils cadet illégitime d’Alain II de Bretagne et de la noble Judith, il succède à son frère Hoël Ier de Bretagne à la mort de celui-ci.

Guérech avait été élevé à l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire près d’Orléans. Évêque élu de Nantes en 981, mais vraisemblablement non consacré, il n’exerce pas le sacerdoce et c'est Hugues ou Hugo, « personnage de vie sage et austère » selon Albert le Grand et qui administre de facto sur le plan spirituel l'église de Nantes. Cependant Guérech retient pendant les sept années de son règne le régaire c'est-à-dire le temporel de l’évêché qu’il administre avec le comté de Nantes.

Il poursuit le combat initié par son frère contre le comte de Rennes Conan le Tort. En 982 Guérech signe un traité avec le comte Guillaume IV de Poitiers qui confirme les possessions nantaises au sud de la Loire — les pagi d’Herbauges, de Tiffauges et de Mauges — obtenues par son père Alain II de Bretagne en 942[1]. Guérech se rend l'année suivante à la cour du roi de Francie Occidentale Lothaire pour lui prêter hommage[2]. Il s’arrête, sur le chemin du retour, chez le comte Geoffroy Ier d’Anjou qui exige pour le libérer qu'il devienne son vassal en reconnaissant avoir reçu du comte d'Anjou la ville de Nantes[3].

Cette même année l'épouse de Guérech, Aremburge fait établir une forteresse stratégique à Ancenis[4]. Déjà commanditaire selon la Chronique de Nantes de l’assassinat de Hoël Ier, Conan le Tort, craignant, à juste titre, une alliance entre les comtes de Nantes et d’Anjou contre lui, aurait convaincu le médecin de Guérech, un certain Héroicus, également abbé de l’Abbaye Saint-Sauveur de Redon d’empoisonner le duc.

Guérech meurt comme son frère prématurément, en 988 et est inhumé dans l’Abbaye Saint-Sauveur de Redon. Son épouse lui avait donné un fils unique, Alain, qui ne lui survit que deux ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Chédeville & Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIe ‑ XIIIe siècle. Ouest-France Université Rennes (1987)(ISBN 9782737300141) p. 33
  2. Paul Jeulin « L'hommage de la Bretagne en droit et dans les faits ». Dans: Annales de Bretagne. Tome 41, numéro 3-4, 1934. p. 410
  3. Noël-Yves Tonnerre Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin duVIIIe à la fin du XIIe siècle, Presses de l’Université d’Angers Angers (1994) (ISBN 978-2903075583) p. 291 note no 1
  4. Noël-Yves Tonnerre op.cit p. 327

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

La vie du comte Guérech comme celle de son frère Hoël nous est essentiellement connue par la Chronique de Nantes compilée auXIe siècle et qui est défavorable aux Bretons en général et aux Rennais en particulier.