Gluon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gluon
Propriétés générales
Classification
Composition
Élémentaire
Groupe
Interaction(s)
Propriétés physiques
Masse
0
Charge électrique
0
Spin
1
Durée de vie
Stable
Historique
Prédiction
Découverte
1979

En physique, le gluon est le boson responsable de l'interaction forte. Les gluons confinent les quarks ensemble en les liant très fortement. Ils permettent ainsi l'existence des protons et des neutrons, ainsi que des autres hadrons et donc de l'univers que nous connaissons.

Caractéristiques de charge et masse des gluons[modifier | modifier le code]

  • Leur masse est probablement nulle (quoiqu'il ne soit pas exclu qu'ils puissent avoir une masse de quelques MeV)
  • Leur charge électrique est nulle
  • Ils ne possèdent qu'un spin 1.
  • Chaque gluon porte une charge de couleur (rouge, vert ou bleu, comme les quarks) et une anti-charge de couleur (comme les anti-quarks). Il y a 8 différentes sortes de gluons, en fonction de leur charge et de leur anti-charge de couleur.

Dans la théorie de la chromodynamique quantique (en anglais : quantum chromodynamics, ou QCD) utilisée aujourd'hui pour décrire l'interaction forte, les gluons sont échangés lorsque des particules possédant une charge de couleur interagissent. Lorsque deux quarks échangent un gluon, leur charge de couleur change ; le gluon se chargeant d'une anti-couleur compensant la perte du quark, de même que la nouvelle charge de couleur du quark. Étant donné que les gluons portent eux-mêmes une charge (et une anti-charge) de couleur, ils peuvent aussi interagir avec d'autres gluons, ce qui rend l'analyse mathématique de l'interaction forte très compliquée.

Pourquoi huit gluons au lieu de neuf ?[modifier | modifier le code]

A priori il pourrait y avoir neuf types de gluons, un pour chaque combinaison de charge et d'anti-charge de couleur (rouge, vert, bleue, et anti-rouge, anti-vert, anti-bleue), ce qui donnerait les gluons suivants :

r\bar{r}, r\bar{v}, r\bar{b}, v\bar{r}, v\bar{v}, v\bar{b}, b\bar{r}, b\bar{v}, b\bar{b}.

En fait, du point de vue mathématique il existe un nombre infini de gluons, chacun pouvant être représenté par une combinaison linéaire des neuf états fondamentaux (aussi appelés états propres) listés ci-dessus. Par exemple, un gluon pourrait être représenté par l'état combiné (r\bar{r} - v\bar{v})/\sqrt{2}. Ce genre de combinaisons d'états est assez courant en mécanique quantique.

Cependant, la chromodynamique quantique nous enseigne que la relation linéaire suivante lie trois des états fondamentaux, du fait que les états complètement neutres du point de vue de la couleur n'interagissent pas par interaction forte :

\;r\bar{r} + v\bar{v} + b\bar{b} = 0

Ceci implique alors que les neuf états fondamentaux cités plus haut ne sont plus tous indépendants. Cette relation réduit de un le nombre de degrés de liberté correspondants. Il n'y a plus que huit degrés de liberté disponibles, donc huit états fondamentaux linéairement indépendants, donc huit gluons.

Preuve expérimentale[modifier | modifier le code]

La première trace expérimentale des gluons a été découverte en 1979 dans l'accélérateur de particules PETRA (collisions électron-positron) du laboratoire DESY à Hambourg, lorsque fut réalisée la preuve d'une collision à trois jets : le troisième jet fut ainsi attribué à l'émission d'un gluon par un des quarks produits.

Origine des gluons[modifier | modifier le code]

Selon la théorie du Big Bang, l'Univers primordial était à une température et une pression telles que les quarks et les gluons devaient être totalement libres (« déconfinés »). Cet état est dit Plasma de Quarks et de Gluons (PQG), puis alors que ce plasma se refroidissait, les gluons ont confiné les quarks ensemble, ce qui permet l'existence des protons et des neutrons, ainsi que des autres hadrons. Une expérience de Physique nucléaire et hadronique nommée ALICE vise à étudier ce plasma, pour mieux comprendre la Chromodynamique quantique. Ce plasma sera produit au LHC (Large Hadron Collider) du CERN, par collisions (collision nucléon-nucléon) d’ions lourds (de plomb) à très haute énergie. Ces collisions devraient produire une température plus de 100 000 fois supérieures à celle qui règne au cœur du Soleil, ce qui devrait en quelque sorte faire "fondre" les protons et les neutrons de la matière, libérant les quarks de l’emprise des gluons et créant un état de la matière encore jamais observé ; le plasma de quarks et de gluons[1],[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]