Muonium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la physique des particules image illustrant la chimie
Cet article est une ébauche concernant la physique des particules et la chimie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec vrai muonium.

Le muonium est un atome exotique formé d'un muon μ+ lié à un électron e, à l'instar d'un atome d'hydrogène. Sa durée de vie est d'environ 2,2 µs, pendant lesquelles il se comporte comme un élément chimique aux propriétés voisines de celles de l'hydrogène et peut donc être considéré comme l'isotope le plus léger de l'hydrogène[1].

Propriétés et étude du muonium[modifier | modifier le code]

Le muonium a une énergie d'ionisation et un rayon de Bohr égaux à ceux de l'hydrogène à 0,5 % près, mais sa masse représente seulement 1/9 de celle de l'hydrogène. D'un point de vue chimique, il se comporte comme un isotope radioactif ultra-léger de l'hydrogène, et la nomenclature IUPAC lui attribue le symbole chimique Mu.

Grâce à la signature caractéristique de sa désintégration, le muonium peut être aisément observé en solution aqueuse en présence d'une source de muons si l'on dispose des détecteurs de particules appropriés. La formation et la désintégration des muons violent en effet le principe de conservation de la parité, et plusieurs techniques sur la polarisation des spins des muons reposent sur cette caractéristique, permettant de connaître l'état chimique du muonium au moment de sa désintégration, c'est-à-dire d'identifier les composés moléculaires dont il faisait partie à ce moment-là. En comparant ces informations avec le muonium libre, on parvient à établir la cinétique chimique des réactions auxquelles le muonium prend part.

À titre d'exemple, voici un certain nombre de composés identifiés :

  • Mu2 ou (μ+e)2 : dimuonium[2]
  • MuH : hydrogène-muonium[3]
  • HMuO : oxyde d'hydrogène et de muonium[5] (équivalent de la molécule d'eau où un H est remplacé par un Mu)
    • en particulier, Mu1HO : oxyde de protium et de muonium[6]
  • CH3Mu : muoniométhane[7]
  • MuCl : chlorure de muonium[8]
  • NaMu : muoniure de sodium[9]
  • Mu ou μ+(e)2 on muon(i)ure[10]
  • muonium muonique[11], aussi nommé « vrai muonium » : équivalent du muonium où l'électron est remplacé par un muon. Comparable à une version lourde du positronium.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]