Giorgio Antonucci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antonucci.
Giorgio Antonucci
Giorgio Antonucci.jpg
Giorgio Antonucci en 1975.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
FlorenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Domaine
Site web

Giorgio Antonucci (Lucques, - Florence, [1]) est un médecin psychiatre italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1963, Giorgio Antonucci se forme à la psychosynthèse avec Roberto Assagioli et commence à se consacrer à la psychiatrie en essayant résoudre les problèmes des patients, en évitant les internements ou les méthodes coercitives.

En 1968, il travaille à Cividale del Friuli au sein d'un pavillon ouvert de l'hôpital civil qui représentait une alternative aux hôpitaux psychiatriques conventionnels[2].

En 1969, il travaille dans l'hôpital psychiatrique de Gorizia dirigé par Franco Basaglia[3],[4],[5].

De 1970 à 1972, il dirige le centre d'hygiène mentale de Castelnovo ne' Monti, province de Reggio d'Émilie[6],[7].

De 1973 à 1996, il travaille au démantèlement des hôpitaux psychiatriques Osservanza et Luigi Lolli à Imola[8]. Pendant le tremblement de terre de 1968 en Sicile occidentale, Giorgio Antonucci a travaillé comme médecin avec le service civil de la province de Florence[9]. Il a vécu les dernières années de sa vie à Florence et a collaboré avec le Comitato dei Cittadini per i Diritti Umani, le Centro di Relazioni Umane[10] et les Radicali Italiani[11].

Position en référence à la psychiatrie[modifier | modifier le code]

Dans ses publications, Giorgio Antonucci affirme qu'il se rapproche, théoriquement, du courant existentiel-humaniste de Carl Rogers, des courants de critique à la psychiatrie (Erving Goffman, Ronald Laing, David Cooper, et Thomas Szasz) et de la critique à l'institution asilaire de Franco Basaglia[12].

Szasz affirme qu'il est d'accord avec Giorgio Antonucci sur le concept de « personne » des, communément appelés, malades psychiatriques : ils sont, comme nous, des personnes à tous points de vue, qui peuvent être jugées du point de vue émotif et dans sa « condition humaine » ; la « maladie mentale » ne transforme pas le patient en « moins qu'un homme », et le psychiatre n'est pas nécessaire pour « lui rendre son humanité »[12].

Giorgio Antonucci est le fondateur de l'approche non psychiatrique de la souffrance psychique, qui se fonde dans les sujets suivants[13],[14],[15] :

  • Le traitement sanitaire obligatoire ne peut être une approche scientifique et médicale de la souffrance, étant basé sur la force contre la volonté du patient.
  • L'éthique du dialogue est substituée à l'éthique de la coercition. Le dialogue peut seulement se développer entre des individus qui se reconnaissent comme des personnes dans une confrontation inter pares.
  • Le diagnostic est nié, étant considéré comme un préjugé psychiatrique qui empêche de commencer le véritable travail psychologique avec les êtres humains en souffrance.
  • Les psychotropes ou drogues psychiatriques servent à calmer, et à améliorer les conditions de vie de ceux qui doivent s'occuper du patient. On refuse tout autre usages qui nuisent à la personne, de la lobotomie jusqu'à la castration (proposée aussi en Italie, en référence aux délits sexuels), et toutes les formes de choc.
  • Pour critiquer les institutions, on doit aussi remettre en question la pensée qui les a créées.

Giorgio Antonucci affirme que « l'essence de la psychiatrie réside dans une idéologie de discrimination »[16].

Prix[modifier | modifier le code]

  • 26 février 2005 : prix Thomas Szasz pour la « lutte contre l'état thérapeutique », Los Angeles.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (it) I pregiudizi e la conoscenza critica alla psichiatria (préface de Thomas S. Szasz), éd. Coop. Apache - 1986
  • (it) Psichiatria ieri ed oggi, Enciclopedia Atlantica (European Book, Milan) - 1989
  • (it) Il pregiudizio psichiatrico, Eleuthera - 1989
  • (it) La nave del paradiso, Spirali -
  • (it) Freud e la psichiatria, 1990 Enciclopedia Atlantica, European Book, Milan
  • (it) Aggressività Composizione in tre tempi, Uomini e lupi, Edizioni Eleuthera - 1990
  • (it) Psichiatria e culture, Enciclopedia Atlantica, European Book, Milan - 1991
  • (it) Contrappunti, Sensibili alle Foglie - 1994
  •  (it) Critica al giudizio psichiatrico, Sensibili alle Foglie - 1994
  • (it) Il giudice e lo psichiatra, Volontà, Eleuthera - volume - Delitto e castigo - 1994
  • (it) (avec Alessio Coppola) Il telefono viola. Contro i metodi della psichiatria, Eleuthera - 1995
  • (it) Pensieri sul suicidio, Eleuthera - 1996 1998 (ISBN 9788885861992)
  • (it) Le lezioni della mia vita. La medicina, la psichiatria, le istituzioni, Spirali - 1999
  • (it) Pensieri sul suicidio, Eleuthera - 2002
  • (it) Il cervello. Atti del congresso internazionale Milano, dal 29 novembre al 1º dicembre 2002 [contient le discours d'Antonucci] Spirali - 2004
  • (it) Critica al giudizio psichiatrico, Sensibili alle Foglie - 2005
  •  (it) Diario dal manicomio. Ricordi e pensieri, Spirali - 2006
  • (it) Igiene mentale e libero pensiero. Giudizio e pregiudizio psichiatrici, "Umanità nova", Reggio Emilia - Octobre 2007.
  • (it) Foucault e l'antipsichiatria. Intervista a Giorgio Antonucci, Diogene. Filosofare Oggi n° 10 - 2008 - Avec « IL DOSSIER: 30 anni dalla legge Basaglia »
  • (it) Corpo - Intervista di Augusta Eniti a Giorgio Antonucci, Multiverso" Università degli studi di Udine, n° 7 et 8 (ISSN 1826-6010). Année 2008.
  • (it) Conversazione con Giorgio Antonucci, Erveda Sansi. Critical Book - I quaderni dei saperi critici - Milan, 16 avril 2010. S.p.A Leoncavallo.
  • (it) (avec d'autres auteurs) La libertà sospesa, Fefè editore, Rome 2012.
  • (it) (discours de Giorgio Antonucci et Ruggero Chinaglia) Della Mediazione, Elisa Ruggiero, Aracne 2013.

Interview en espagnol[modifier | modifier le code]

  • Antonucci: La locura no tiene ningún significado filosófico, Periódico Diagonal nº 250 (voir 'Liens externes'). L'interview a été aussi publié dans CTXT nº 28, Infolibre et Viento Sur.

Autres projets[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) La Nazione, « E' morto il professor Antonucci, lo psicanalista che combatteva psicofarmaci e Tso - La Nazione », La Nazione,‎ (lire en ligne)
  2. (it) « Edelweiss Cotti e Giorgio Antonucci a Cividale del Friuli - Foto », Centro di Relazioni Umane,‎ (lire en ligne)
  3. (it) Daniela Francese, 2011
  4. (it) Disobbedienze: Gli anni della sconfitta. Scritti sul Manifesto, 1985-1994, Franco Fortini, 1996
  5. (it) Antonucci parla della sua esperienza con Basaglia anche nel film documentario Senza ragione, del 2007 (cinemaitaliano.info)
  6. (it) « EUGENIA OMODEI ZORINI- Recensione "Diario dal manicomio. Ricordi e pensieri" di Giorgio Antonucci », Centro di Relazioni Umane,‎ (lire en ligne)
  7. (it) Franca Romano, I folli, Edizioni Meltemi (Gli Argonauti), 2001, p. 65
  8. Michele Capararo, 2005
  9. (it) Giorgio Antonucci, « Polizia e carabinieri all'assalto dell'ospedale di Cividale », sur www.ecn.org (consulté le 19 novembre 2017)
  10. « Centro di Relazioni Umane »
  11. (it) « Assemblea di Radicali Italiani sulla riforma del Trattamento Sanitario Obbligatorio », sur Radio Radicale, (consulté le 4 avril 2018).
  12. a et b (it) « Prefazione di Thomas Szasz a "Il pregiudizio psichiatrico" di Giorgio Antonucci », Centro di Relazioni Umane,‎ (lire en ligne)
  13. (it) « I pregiudizi e la conoscenza critica alla psichiatria », sur www.spunk.org (consulté le 19 novembre 2017)
  14. (it) Il pregiudizio psichiatrico
  15. (it) Thomas Szasz Award
  16. (en) John Foot, The Man Who Closed the Asylums: Franco Basaglia and the Revolution in Mental Health Care, New York, Verso Books, , 424 p. (ISBN 9781781689264, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dossier Imola et legge 180, par Alberto Bonetti, Dacia Maraini, Giuseppe Favati, Gianni Tadolini, Idea books - Milano 1979.
  • Antipsykiatri eller Ikke - Psykiatri, par Svend Bach, Edizioni Amalie Copenaghen - 1989
  • Atlanti della filosofia. Il pensiero anarchico. Alle radici della libertà. Edizioni Demetra - Colognola ai Colli.Verone.Dicembre 1997.
  • Sanità obbligata, par Claudia Benatti.Prefazione, par Alex Zanotelli, Macro Edizioni, Diegaro di Cesena.Ottobre 2004.
  • Le urla dal silenzio.La paura e i suoi linguaggi par Chiara Gazzola.Interviste.Aliberti Editore.Reggio Emilia.2006. (ISBN 88-7424-129-1)
  • Il 68 visto dal basso. Esercizi di memoria il '68, par Giuseppe Gozzini.Asterios editore Trieste.Novembre 2008.
  • Dentro Fuori: testimonianze di ex-infermieri degli ospedali psichiatrici di Imola, Roberta Giacometti,Bacchilega Editori 2009.
  • La parola fine. Diario di un suicidio, par Roberta Tatafiore.Rizzoli.Aprile 2010.
  • La mia mano destra , par Donato Salvia.Bonfirraro Editore.Barrafranca-Enna.Maggio 2011.
  • La grande festa, par Dacia Maraini, Rizzoli - Novembre 2011 - (ISBN 978-88-17-05548-2)
  • L'inganno psichiatrico , par Roberto Cestari.Libres s.r.L.Maison Editrice.Milano.Maggio 2012.
  • Che cos'è l'Antipsichiatria? - Storia della nascita del movimento di critica alla psichiatria, par Francesco Codato Ed. Psiconline, Ottobre 2013,
  • La Repubblica dei matti, par John Foot, Ed.feltrinelli, Novembre 2014.
  • Fra diagnosi e peccato. La discriminazione secolare nella psichiatria e nella religione, par Chiara Gazzola.Ed. Mimesis (collana Eterotopie) Milano - Udine - Gennaio 2015.
  • Encyclopedia of Theory and Practice in Psychotherapy and Counseling, José A. Fadul, Lulu Press Inc., London, (ISBN 978-1-312-07836-9)
  • The Man Who Closed the Asylums: Franco Basaglia and the Revolution in Mental Health Care, par John Foot, Verso Books, New York, (ISBN 9781781689264)

Liens externes[modifier | modifier le code]