Gertrude de Babenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gertrude d'Autriche
Gertrud Erbtochter von Babenberg.PNG
Gertrude de Babenberg, extrait du pedigree des Babenberg (vers 1492), abbaye de Klosterneuburg.
Fonction
Abbesse
Titres de noblesse
Margravine
Duchesse (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Seußlitz (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Henri d'Autriche (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Agnès de Thuringe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Jutta de Saxe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Enfants
Frédéric Ier de Bade-Bade
Agnès de Bade (en)
Freidrich I Markgraf von Baden (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Ordre religieux

Gertrude de Babenberg, également appelée Gertrude d'Autriche, née en 1226 et morte le [1] à Seusslitz, est princesse de la maison de Babenberg, nièce du duc Frédéric II d'Autriche. Après la mort de Frédéric sans enfant, Gertrude et sa tante Marguerite sont héritières.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gertrude est la seule fille de Henri de Babenberg (1208-1228) et de son épouse Agnès (1205-1247), une fille du landgrave Hermann Ier de Thuringe. Henri, fils aîné du duc Léopold VI d'Autriche, se révolta contre son père ; peu après, il meurt et son frère cadet Frédéric a succédé dans le duché d'Autriche en 1230. La fille aînée de Léopold, Marguerite, épousa le roi Henri VII de Hohenstaufen, fils de l'empereur Frédéric II, en 1225.

Le duc Frédéric d'Autriche, dit « le Querelleur », était constamment en conflit avec ses voisins en Bohême, en Bavière et en Hongrie. Afin de cesser les hostilités, sa nièce Gertrude est fiancée à Vladislav, fils ainé du roi Venceslas Ier de Bohême, en 1237. Deux ans plus tard, toutefois, Frédéric est parvenu à réaliser une étroite relation avec la maison impériale des Hohenstaufen et il croit pouvoir abandonner l'accord avec le souverain bohémien. À la place, le duc commença à négociér les fiançailles de sa nièce avec l'empereur Frédéric II. Suite au changement politique de son oncle, Gertrude était confrontée à une union conjugale avec le monarque presque quinquagénaire qui avait été excommunié par le pape. La jeune femme n'avait pas l'intention de renoncer à son mariage avec Vladislav ; par conséquent, elle a refusé de comparaître devant la diète de Vérone en 1245, où l'alliance aurait été scellée.

L'année suivante, le duc Frédéric d'Autriche meurt dans le combat contre les forces du roi Béla IV de Hongrie sur les rives de la Leitha. Gertrude se trouve être l'héritière de son oncle qui demeure sans descendance. En peu de temps, son mariage avec Vladislav a lieu ; ce dernier est nommé margrave de Moravie par son père. Ce lien avec les Babenberg offrait aux Přemyslides la perspective d'ajouter le duché d'Autriche à leurs droits sur la couronne de Bohême, mais leurs espoirs ont été déçus lorsque le jeune marié meurt le .

Veuve, Gertrude, désormais âgée 22 ans, épouse en 1248 le margrave Hermann VI de Bade-Bade. Le couple a deux enfants, Frédéric, né en 1249 au manoir d'Alland au sud-ouest de Vienne, et Agnès. Le mari de Gertrude contrôle partiellement une partie de l'Autriche et de la Styrie pour le compte de l'empereur Frédéric II ; néanmoins, il a eu beaucoup de difficulté à s'imposer contre la résistance des nobles locales. En ce temps-là, Gertrude et ses enfants étaient temporairement déplacés à la cour du margrave Conrad de Misnie. Hermann de Bade était subitement décédé le , des rumeurs d'un empoisennement ont couru.

Deux fois veuve, Gertrude, duchesse d'Autriche et de Styrie, résidait au château de Kahlenberg au nord de Vienne. Ayant refusé de repondre à la demande du pape Innocent IV d'épouser Floris de Hollande, fils cadet de l'antiroi Guillaume, elle perdra ensuite le soutien de la curie romaine. De plus, les forces d'Ottokar II de Bohême, second fils du roi Venceslas Ier et frère de son défunt premier mari, envahirent l'Autriche. À la suite de négociations avec les États Ottokar épouse à son tour le , Marguerite de Babenberg, la propre tante de Gertrude, qui est l'aînée de son jeune époux de 18 ans. Tellement affaiblie, Gertrude se voit dépossédée de ses droits sur son patrimoine. Elle a conclu un pacte avec Béla IV de Hongrie et épousa en troisièmes noces un parent du roi, le prince Roman Danilovitch, fils du prince Daniel de Galicie, en été 1252.

Toutefois, sans perspective de gouverner, Gertrude est répudiée par son 3e époux l'année suivante. Le , un contrat a été conclu à Buda selon lequel le duché d'Autriche passa à Ottokar II. Gertrude se retira aux domaines de Voitsberg et de Judenburg en Styrie. Puisque la duchesse n'était pas prête à renoncer à ses droits, Ottokar l'obligea à s'établir à Slovenska Bistrica (Windisch-Feistritz). Après la mort de son fils Frédéric, executé avec Conradin de Hohenstaufen à Naples en 1268, elle fut bannie du pays.

Gertrude meurt le (ou 1299) comme abbesse du couvent des Clarisses à Seusslitz dans le margraviat de Misnie.

Postérité[modifier | modifier le code]

De son union avec Hermann VI de Bade elle laisse :

De son troisième mariage en 1252 avec Roman (né vers 1230 – mort vers 1261), Prince de Ruthénie noire (Navahroudak) (vers 12551260) et de Slonim qui la répudie en 1253, elle laisse également une fille :

  • Maria (née en 1253), ∞ Joachim de Guthkeled, fils du ban Étienne de Slavonie, gouverneur hongrois en Styrie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ou le 24 avril 1299 selon (de) Europäische Stammtafeln Vittorio Klostermann, Gmbh, Francfort-sur-le-Main, 2004 (ISBN 3465032926) , Die Könige von Böhmen Volume III Tafel 56,

Liens externes[modifier | modifier le code]