Georg Brandes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant danois
Cet article est une ébauche concernant un écrivain danois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Georg Brandes
Georg Brandes by Szacinski.jpg

Georg Brandes (photographie, 1886)

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
CopenhagueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieux de travail
Formation
Activités
Frères
Edvard Brandes
Ernst Immanuel Cohen Brandes (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Influencé par
Georg Brandes, esquisse d'un tableau, par Peder Severin Krøyer (1900)

Georg Brandes (Morris Cohen, dit) (Copenhague, 1842 - Copenhague, 1927), également orthographié Georges Brandès dans les anciennes traductions en français, est un écrivain et critique littéraire danois. Il fut le véritable responsable de ce que l'on a convenu d'appeler la « percée moderne » des lettres scandinaves, c'est-à-dire leur irruption au premier plan des lettres européennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de riches marchands juifs de Copenhague, très ouverts, il fait des études de droit, de littérature et de philosophie. Athée, il revendique les droits de la libre-pensée (il publiera d'ailleurs en 1925, La légende de Jésus, dans le seul but de démontrer que Jésus n’a jamais existé). Fervent admirateur de Friedrich Nietzsche, il donne en 1888 des conférences sur la philosophie de Nietzsche qui contribuent à faire connaître ce philosophe. Il est réputé pour avoir ouvert son pays à la modernité intellectuelle.

Il fréquentait à Paris le salon littéraire très en vue de Madame Arman de Caillavet. Il meurt à l'âge de 85 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (da) Samlede Skrifter, 1889
  • L'École romantique en France, collection « Les grands courants littéraires au XIXe siècle », ouvrage traduit de la 8e édition allemande par A. Topin, professeur au collège de Blois, précédé d'une introduction de Victor Basch, professeur à l'université de Rennes ; Berlin, H. Barsdorf et Paris, A. Michalon, 1902.
  • Nietzsche. Essai sur le radicalisme philosophique. Traduit de l'allemand par Marie-Pierre Harder. Postface de Claudine Delphis. Paris, L'Arche, 2006. (ISBN 2851816314)
  • Ernest Renan, Elan, 2008, (ISBN 2909027759)
  • avec Edvard Beyer : Henrik Ibsen essais, accompagnés des Souvenirs d'enfance d'Ibsen, Éd. L'Élan, 1991, (ISBN 2909027066)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]