Gavage des oies et des canards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaver.

Le gavage des oies et des canards est une technique d'élevage qui consiste à alimenter abondamment et de force ces animaux afin de les engraisser. Pratiquée depuis l'Égypte ancienne, elle est encore utilisée de nos jours dans le but de produire du magret, du confit et du foie gras. Cette pratique est controversée, notamment par ceux qui dénoncent les effets du gavage sur le bien-être des volatiles, et elle est interdite dans plusieurs pays. Des tentatives sont faites pour produire du foie gras par des techniques alternatives qui n'impliquent pas de gavage, mais ces techniques restent coûteuses et peu communes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bas relief d'une nécropole égyptienne montrant le gavage des oies.

Son histoire remonte à l'Égypte ancienne (fresques de tombes vieilles de 4 500 ans à Saqqarah). Les Égyptiens gavaient plusieurs espèces d'oiseaux palmipèdes, dont des oies, à l'aide d'une pâte à pain bouillie. Ce gavage était destiné à obtenir des animaux bien gras, qui étaient ensuite rôtis sur un brasier de plein air. Les abats (cœur, gésier et foie) étaient selon les données connues replacés dans le corps des volatiles[1]. Plus tard la pratique s'étendit dans toute la région méditerranéenne. Le poète grec Cratinos l'évoque au Ve siècle av. J.-C.

La pratique s'est poursuivie sous l'Empire romain. Pline l'Ancien évoque le gavage d'oies à l'aide de figues séchées, alors que Caton l'Ancien décrit le gavage des poules et des oies avec des pâtons de fleurs de farine humidifiés[2]. Au IVe siècle, le De re coquinaria d’Apicius donne sa première recette de foie gras. Le foie produit s'appelait Jecur ficatum, que l'on traduit littéralement par « foie aux figues ». Les anciens ne conservèrent que le terme ficatum ou figue pour sa dénomination, ce qui donna la forme figido au VIIIe siècle, puis fedie, feie au XIIe et finalement « foie ». Cette racine se retrouve dans les langues romanes, comme le français, italien, portugais, espagnol et le roumain.

La pratique s'est perpétuée après la chute de l'Empire romain en Europe centrale, dans les communautés juives. Les juifs utilisaient fréquemment la graisse d'oie pour la cuisson, car le beurre avec la viande et le saindoux leur étaient interdits. De plus, les huiles d'olive et de sésame étaient difficiles à obtenir en Europe centrale et de l'ouest.

Le maïs étant originaire d'Amérique centrale, le gavage au maïs est arrivé tardivement. Le gavage aux figues n'est plus pratiqué.

Mécanisme biologique[modifier | modifier le code]

La technique du gavage tire parti d'un mécanisme naturel qui, avant la migration ou en prévision de disette alimentaire, pousse les oiseaux à accumuler le plus de graisse possible. Le foie sert ainsi de réserve énergétique sous forme de glycogène.

Cependant, selon quelques ornithologues spécialistes des oiseaux migrateurs comme M. Alain Tamisier (Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive, CNRS, Montpellier), une autre explication est possible : chez les migrateurs tels que le canard col-vert et l’oie sauvage, l'accumulation d’énergie sous forme de graisses, si elle est présente en faible quantité "autour" des viscères dont le foie, se fait essentiellement sous la peau, et principalement au niveau de la poitrine, assurant ainsi une protection contre le froid, une distribution équilibrée de la surcharge pondérale, et une utilisation rapide des réserves énergétiques par les muscles lors du vol.

Le canard d’élevage le plus fréquemment gavé est le « mulard », issu du croisement d'un canard de Barbarie (non migrateur) et d'une cane domestique. Il présente le caractère génétique non migratoire du mâle, et ne développerait donc pas d'accumulation de graisses en vue d'une migration. Mais comme tout animal a plus ou moins la faculté d'emmagasiner en vue d'un manque de nourriture prolongé, cette fonction reste bien présente pour cet oiseau et est encouragée par la sélection, mais surtout le mode d'élevage.

Le gavage[modifier | modifier le code]

Comment utiliser le bâton et l'entonnoir du gavoir pour embucquer l'oie
Gavage mécanique et artisanal d'une oie.
Embuc utilisé pour le gavage pneumatique industriel des canards

Les oiseaux ne mâchent pas leur nourriture et ont un gosier très élastique qui leur permet d'en stocker de grandes quantités dans l'œsophage, où ces aliments attendent d'être digérés dans l'estomac (un poisson entier, par exemple).

Les oies et canards destinés à la production de foie gras sont d'abord nourris d'herbe, qui durcit l'œsophage, puis d'un régime à base d'amidon qui amène le foie à la moitié de sa taille finale. Enfin vient la finition d'engraissement, lors de laquelle on enfonce la nourriture, du maïs essentiellement[3], à l'aide d'un tube de 25 cm dans la gorge de l'animal, à raison de 2 repas quotidiens pour les canards et de 3 pour les oies. La période de gave se déroule sur deux à quatre semaines, au cours desquels le grammage des prises augmente graduellement et le foie peut atteindre jusqu’à dix fois sa taille habituelle. Les animaux sont ensuite conduits à l’abattoir pour y être tués, pour la production de foies gras ou autres produits de gastronomie[4].

Jusque dans les années 1920-1930, on utilisait un gorgeoir constitué d'un simple entonnoir avec un tuyau assez long et une tige de bois dont la forme permettait de pousser les grains de maïs vers l'estomac. Le corps de l'animal étant tenu entre les jambes de l'éleveur pour éviter qu'il ne gigote. On ajoutait au maïs, de temps en temps, de l'eau pour en faciliter la digestion.

Après 1930, les gavoirs à manivelle et vis sans fin, plus efficaces, plus rapides, plus pratiques ont majoritairement éliminé l'entonnoir simple.

De nos jours, les gaveuses sont munies d'un mécanisme électrique, ce qui rend le gavage beaucoup plus facile ; en effet, les préposés au gavage devaient posséder un tour de main pour apprivoiser l'animal, l'amadouer, obtenir une forme de coopération passive sans laquelle l'agitation et le stress auraient conduit à des blessures de l’œsophage, à un rendement amoindri et à une absence de résultat satisfaisant.

Les alternatives au gavage[modifier | modifier le code]

L'article 24 des recommandations concernant les hybrides de canards de Barbarie du Comité Permanent de la Convention européenne sur la protection des animaux dans les élevages, précise que « Les pays autorisant la production de foie gras doivent encourager les études portant sur les aspects de bien-être et la recherche de méthodes alternatives n'impliquant pas la prise forcée d'aliments. »[5].

Des éleveurs, comme en France, en Espagne[6],[7], au Québec[8], et aux États-Unis[9],[10], tout en pratiquant un élevage en semi-liberté, ont mis au point des techniques alternatives élaborées qui leur permettent de produire et de commercialiser un foie plus gras que le foie naturel, obtenu sans gavage, par un système d'engraissement libre[11]. Ces techniques, considérées comme "éthiques"[6],[7], tirent parti de la « gourmandise » et du réflexe atavique des oies qui se gavent naturellement en prévision de la migration d'hiver. Une de ces techniques consiste à les nourrir avec du grain à volonté dès la naissance, et de bouillie de maïs roulée dans la mélasse un à deux mois avant l'abattage. Cette nourriture, dont ces animaux « raffolent », est servie en petites quantités à la fois, ce qui déclenche chez eux une certaine peur de manquer et les incite à s’alimenter davantage[8].

En France, l'entreprise Aviwell, créée en 2015 par des chercheurs toulousains spécialistes du microbiote intestinal, réussit à mettre au point un procédé pour produire des foies de 350 grammes en moyenne, sans gaver l'animal[12].

Récompenses et médiatisation[modifier | modifier le code]

Eduardo Sousa (en), éleveur dans l'Estrémadure (sud-ouest de l'Espagne), adepte de l'élevage en semi-liberté et de l'engraissement naturel, s'est vu décerner le prix « Coups de Cœur » 2006 du Salon international de l'alimentation de Paris[13] pour son foie gras « éthique »[14],[15]. En 2008, il a fait l'objet d'une Conférence TED élogieuse, par le chef américain Dan Barber[15].

Controverses et interdictions[modifier | modifier le code]

Opposants à cette pratique[modifier | modifier le code]

Les opposants au gavage sont en général des défenseurs du bien-être animal tels que, en Belgique l'association de défense des animaux Gaia[16], et en France, l'association « L214 Éthique & Animaux »[17] à l'origine de la campagne de sensibilisation « Stop Gavage »[18]. Les opposants au gavage peuvent tirer argument d'une législation existante (telle que des directives européennes sur le bien être animal) ou de lois traditionnelles (telle que la loi juive qui interdit cette pratique pour cause de douleur faite à un animal). En 2003, la Cour suprême israélienne a interdit le gavage des oies.

Effets dénoncés[modifier | modifier le code]

Le gavage et l'élevage en batterie, tel que le documente le groupe de défense des animaux Gaia.

Selon des experts de la Commission européenne (le Comité scientifique sur la santé animale et le bien-être des animaux)[19],[20], les volatiles soumis au gavage peuvent souffrir de divers maux dus à la compression des organes jouxtant le foie, ainsi que des problèmes de régulation thermique, de halètement, de fatigue, ou de dysenterie. D'autres pathologies pourraient se développer, comme des maladies dues à l’engorgement du foie ou la déminéralisation des os, auxquelles peuvent s’ajouter des blessures dues au passage de l’embuc. La mortalité des animaux soumis au gavage est ainsi six fois plus élevée que durant la période d’élevage[19],[20].

La Directive européenne du 20 juillet 1998[21] dispose en effet qu'« aucun animal n'est alimenté ou abreuvé de telle sorte qu'il en résulte des souffrances ou des dommages inutiles » ; alors que selon le rapport du Comité scientifique de la Commission Européenne de la santé et du bien-être des animaux (16 décembre 1998)[20], constatant que le taux de mortalité en cours de gavage serait multiplié par dix ou vingt, que le « niveau de stéatose (obtenu) pourrait être considéré pathologique » et que la « quantité importante d'aliments intubés rapidement au cours du procédé de gavage provoquerait une distension de l'œsophage, une augmentation de la production thermique et du halètement, et l'excrétion de matières fécales semi-liquides », conclut que « le gavage, comme il est pratiqué aujourd'hui, est préjudiciable au bien-être des oiseaux ».

Les associations qui s'opposent au gavage des volatiles affirment que le foie gras est l'organe malade d'une oie ou d'un canard et entendent dénoncer la stratégie de la filière : entourer le foie gras d'une aura de luxe et de magie, éviter méticuleusement toute référence au gavage et aux souffrances qui y seraient liées. Selon un sondage « CSA / SNDA (Société nationale pour la défense des animaux) et Stop gavage (L214) » des 9 et 10 novembre 2009[22], 44 % des Français sont contre le gavage des oies et des canards et 63,2 % pensent que cette pratique est cause de souffrance pour ces animaux[23].

Position des éleveurs et producteurs[modifier | modifier le code]

En France, les éleveurs-producteurs et industriels du foie gras réunis en comité, le CIFOG, et soutenus par des études qu'ils financent en partie (de l'INRA notamment[24]), affirment que le gavage repose sur un principe d'engraissement naturel des oiseaux migrateurs et que la stéatose hépatique qui en résulte n'est donc pas de nature pathologique, et est même réversible (diminution du foie si arrêt du gavage)[25]. Ces affirmations sont débattues par les opposants au gavage puisque les canards élevés sont issus d'espèces non-migratoires (canard de Barbarie et cane de Pékin), pour eux, la graisse est censée se répartir naturellement sous la peau et non rester dans le foie, or la répartition dépend directement des souches de canards utilisées. Le foie des oiseaux synthétise les lipides pour en transporter ensuite une partie jusqu'au tissu adipeux, mais l'alimentation de gavage est déséquilibrée en protéines dans le but de garder une plus grande partie des lipides dans le foie[26],[27].

D'autres travaux ont également conclu que le gavage ne provoquait pas de stress sur les canards puisque la corticostérone (hormone de stress) dans le sang n'augmentait pas[28],[29]. La méthodologie de ces travaux a été contestée, notamment sur le fait que la mortalité durant le gavage n'avait pas été prise en compte[30].

Le CIFOG milite pour que le gavage soit protégé au titre de l'exception culturelle[31] et fait preuve de plus de transparence auprès des consommateurs[32]. Face aux réclamations de défenseurs des animaux et à d'autres attentes du public, certains éleveurs-producteurs de foie gras ont décidé la mise en place de labels[33] assurant une origine géographique (par exemple pour un foie gras IGP du Sud Ouest, l'animal doit être gavé avec du maïs récolté dans le Sud Ouest)[34] et, pour certains, une interdiction d'avoir gardé l'animal dans une cage individuelle. Les cages individuelles sont interdites en Europe en 1999, laissant aux éleveurs jusqu'à fin 2010 pour se mettre en conformité[35]. La demande de report formulée par la France les autorise jusqu'à fin 2015 : 85 % éleveurs continuaient fin 2011 à les utiliser[36], 60 % fin 2013[35].

Interdiction du gavage dans le monde[modifier | modifier le code]

Contrairement à l'engraissement naturel qui est autorisé partout dans le monde, le gavage[37] lui est interdit dans plusieurs pays[11], soit en vertu des lois générales de protection animale, soit du fait d'interdictions spécifiques. Il est notamment interdit en Argentine[38], Californie (États-Unis)[39], Israël[40], Norvège[41], Suisse[42], Turquie[43], ainsi que dans la plupart des pays de l'Union européenne[37], où il n'est plus pratiqué que dans cinq pays (France, Hongrie, Bulgarie, Espagne et Belgique).

Aux États-Unis, où les importations de foie gras en 2011 ont été « quasi nulles »[44], la situation est mitigée mais peu ambiguë, il existe d'ailleurs une production de foie gras sans gavage[9],[10]. Le , sous la pression d’associations de défense des animaux[45], le Parlement de Californie a voté une loi d'interdiction de production et de commercialisation du foie gras obtenu par gavage[46],[47] des oies et des canards avec effet au 1er juillet 2012[46]. Cette loi, signée par l'ancien gouverneur Arnold Schwarzenegger, qui invoque « le traitement « inhumain » réservé aux canards et aux oies durant la période de gavage »[48], laissait sept ans aux producteurs pour trouver une alternative au gavage[49]. Le foie gras français est ré-autorisé en 2015, puis à nouveau interdit en septembre 2017 par une cour d’appel fédérale située près de Los Angeles, car « jugé cruel pour les animaux »[50].

Une législation du même type est à l'étude dans l'État de New York. Pendant deux ans, à compter du , la vente du foie gras a été illégale à Chicago[51]. Toutefois, l'interdiction a été levée le [52]. Depuis 2009, une taxe de 100 % est instaurée sur le foie gras français en représailles contre l'embargo européen sur la viande de bœuf américaine élevée aux hormones de croissance[53].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Lejeune, « SALLE 5 - VITRINE 4 ² : LES PEINTURES DU MASTABA DE METCHETCHI - 35. DE LA SURALIMENTATION FORCÉE ... », sur egyptomusée.OverBlog, (consulté le 8 juin 2013)
  2. "de l'agriculture" page 67, édition les Belles Lettres, 1975
  3. Maïs distribué aux animaux sous 2 formes, entier (grains cuits mélangés à de la graisse animale (d’oie ou saindoux), pour les lubrifier et qu'ils passent mieux dans le jabot, et à du sel pour facilité la digestion) ou broyé (pâte de maïs composée de 47 % de farine de maïs, 43 % d’eau auxquels on rajoute du maïs en grains) plus rapidement assimilable. Le gavage peut également être réalisé à l’aliment complet (généralement 80 % de mais, 17 % de tourteaux et 3 % de vitamines et minéraux divers) ou mixte féverole-maïs (20 % de féverole).
  4. Alain Ducasse, Foie gras facile, Lec Communication, , p. 6
  5. Conseil Européen, « Comité Permanent de la Convention Européenne pour la protection des animaux dans les élevages », sur https://wcd.coe.int, (consulté le 8 juin 2013)
  6. a et b Le jardin comestible, « Un foie gras éthique, c’est possible », sur http://jardincomestible.fr, (consulté le 26 mai 2013)
  7. a et b Europe 1, « Le foie gras "éthique" est à la mode », sur http://www.europe1.fr, (consulté le 26 mai 2013)
  8. a et b Claudette Samson, « Du foie gras sans gavage forcé à l'île d'Orléans », sur http://www.lapresse.ca, (consulté le 26 mai 2013)
  9. a et b FoieBlog, « Interview with Jim Schiltz, developer of "Natural Fatty Goose Liver" », sur http://foieblog.blogspot.fr, (consulté le 12 juin 2013)
  10. a et b (en)New York Times, « Foie Gras Makers Struggle to Please Critics and Chefs », sur https://www.nytimes.com, (consulté le 16 juin 2013)
  11. a et b Laetitia Clavreul, Le Monde, « Du foie gras par "libre consentement" des oies », sur https://www.lemonde.fr, (consulté le 26 mai 2013)
  12. « Du labo à l'assiette : des chercheurs se lancent dans le foie gras d'oie sans gavage », sur ladepeche.fr, (consulté le 5 novembre 2018)
  13. (gl)Comercio Extremadura, « El salon internacional de la alimentacion de Paris, SIAL 2006, reconoce a la empresa extremena "La Pateria de Sousa" », sur http://www.comercioextremadura.org, (consulté le 31 mai 2013)
  14. (en)By Claire Heald and Diarmuid Mitchell, BBC News Magazine, « The Holy Grail of foie gras? », sur http://news.bbc.co.uk, (consulté le 31 mai 2013)
  15. a et b Dan Barber, Conférence TED, « Dan Barber : L'étonnant récit allégorique du foie gras », sur http://www.ted.com, (consulté le 31 mai 2013)
  16. Gaia, « Foie gras : la souffrance n'est pas un luxe », sur http://www.gaia.be, (consulté le 18 février 2013)
  17. Dominique Delpiroux, « Foie gras : ce gavage qui dérange », sur https://www.ladepeche.fr, (consulté le 18 février 2013)
  18. Éthique et animaux L 214, « Stop Gavage - La vérité sur le gavage », sur http://www.stopgavage.com (consulté le 18 février 2013)
  19. a et b Animauzine Seb, « Foie gras : la cruauté made in France », sur http://animauzine.net, (consulté le 16 février 2013)
  20. a b et c (en)[PDF]Union Européenne, « Report of the Scientific Committee on Animal Health and Animal Welfare : Welfare Aspects of the Production of Foie Gras in Ducks and Geese », sur http://ec.europa.eu, (consulté le 18 février 2013)
  21. Conseil de l'Union Européenne, « Directive 98/58/CE du Conseil du 20 juillet 1998 concernant la protection des animaux dans les élevages », sur http://eur-lex.europa.eu, (consulté le 16 février 2013)
  22. [PDF]Institut CSA, « Les Français et le gavage des oies et des canards », sur http://www.csa.eu, (consulté le 18 février 2013)
  23. Emmanuèle Peyret (Libération), « Gavage : le sondage qui jette un froid de canard », sur http://www.liberation.fr, (consulté le 18 février 2013)
  24. Le Figaro, « Foie gras : débat sur la souffrance des canards », (consulté le 25 mai 2015)
  25. Eva Souto, « Peut-on concilier le foie gras et le bien-être animal ? - Page 2 sur 3 » (consulté le 25 mai 2015)
  26. Antoine Comiti, « Le gavage exploite une faculté naturelle ? », Les Cahiers antispécismes, no 27,‎ (lire en ligne)
  27. Pierre Sigler, « Le foie gras : une torture haut de gamme », (consulté le 25 mai 2015)
  28. CIFOG, « Bien-être des Oies & Canards - FAQ sur l'Elevage & le Gavage » (consulté le 25 mai 2015)
  29. Daniel Guémené, Gérard Guy et Jacques Servière, « Le gavage est-il indolore ? », Cerveau&Psycho, no 10,‎ (lire en ligne)
  30. Médiapart, « Foie gras, mensonges et vidéo », (consulté le 25 mai 2015)
  31. Les Marchés, « 23/12/2004 Foie gras : les anti-gavage attaquent, le Cifog recrute », (consulté le 25 mai 2015)
  32. AFP, « Foie gras : difficile amélioration des conditions de gavage malgré le mea culpa des éleveurs - Libération », (consulté le 25 mai 2015)
  33. Ministère de l'Agriculture, « Indication géographique protégée (IGP) - Portail public de l'alimentation », (consulté le 25 mai 2015)
  34. Florence Humbert, « Foie gras - Guide d'achat - UFC Que Choisir » (consulté le 25 mai 2015)
  35. a et b L214, « Cages de gavage individuelles (épinettes) » (consulté le 25 mai 2015)
  36. Christophe Magdelaine, « 85 % de la production française de foie gras ne respecte pas la loi - notre-planete.info », (consulté le 25 mai 2015)
  37. a et b (en) Stop Force Feeding.com, « International Outcry », sur http://www.lematin.ch (consulté le 12 juin 2013)
  38. Texte de la résolution 413/2003
  39. pierre sabathié, « Californie sans foie », sur http://www.sudouest.fr, (consulté le 18 février 2013)
  40. Yann Kerveno, « Israël interdit le gavage », sur http://www.lequotidienlesmarches.fr, (consulté le 18 février 2013)
  41. Loi norvégienne sur le bien-être animal
  42. Loi suisse sur le bien-être animal
  43. (en) Turkish grand national assembly environmental commission, « Aimal protection bill law no 5199 », sur http://www.haytap.org/, (consulté le 29 mai 2013)
  44. Adeline Raynal, Le Figaro, « Le foie gras banni des assiettes californiennes », sur http://www.lefigaro.fr (consulté le 13 juin 2013)
  45. Philippe Berry, 20 minutes, « La Californie se prépare à la «prohibition» du foie gras », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 16 février 2013)
  46. a et b Le Bulletin des Agriculteurs, « Arnold Schwarzenegger signe la loi d’interdiction du gavage forcé des oies et des canards », sur http://www.lebulletin.com, (consulté le 12 juin 2013)
  47. Libération, « Californie, foie gras non grata », sur http://www.liberation.fr, (consulté le 12 juin 2013)
  48. Fabrice Rousselot, Libération, « Californie, foie gras non grata », sur http://www.liberation.fr, (consulté le 28 mai 2013)
  49. Le Monde.fr avec Reuters, « Le foie gras français interdit en Californie », lemonde.fr, (consulté le 8 janvier 2013)
  50. « La Californie interdit à nouveau le foie gras », sur lemonde.fr, (consulté le 5 novembre 2018)
  51. Gretchen Ruethling, The New-York Times, « Chicago Prohibits Foie Gras », sur https://www.nytimes.com, (consulté le 16 février 2013)
  52. (en)Associated Press, « Chicago City Council Overturns Foie Gras Ban », sur http://www.foxnews.com, (consulté le 16 février 2013)
  53. « 25/10/2010 Les exportations de foie gras reprennent », (consulté le 11 juin 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]