Gaspare de Padoue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gaspare de Padoue
Période d'activité
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata-Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Maître
Partenaire
Lieu de travail
Mécènes

Gaspare de Padoue (appelé aussi Gasparo Romano da Padova) est un enlumineur actif à Rome entre 1466 et 1487.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'Iliade en Grec et Latin, BAV, f.1v-2r.

Originaire de Padoue, il est vraissemblablement formé dans l'atelier ou l'entourage d'Andrea Mantegna. C'est aussi probablement ce dernier qui l'introduit à la cour de la Maison de Gonzague. Il entre en 1466 au service du cardinal Francesco Gonzague pour qui il travaille jusqu'à la mort de ce dernier en 1483. Il est alors logé cgez son mécène dans son palais romain. Il dirige sur place un atelier de fabrication de livre à l'antique en collaboration avec le copiste Bartolomeo Sanvito. Parmi les plus célèbres, se trouve le manuscrit de l'Iliade, en grec et latin, réalisé entre 1477 et 1483. Plusieurs manuscrits sont donnés à de grands humanistes de son époque comme Laurent le magnifique, son frère Julien, Bernardo Bembo (it). À la demande du préfet de la bibliothèque vaticane Platina, il travaille à la décoration d'ouvrages pour le pape Sixte IV. À la mort du cardinal de Gonzague en 1483, l'enlumineur entre au service du nouveau propriétaire, le cardinal napolitain et fils du roi de Naples Jean d'Aragon, jusqu'à sa mort en 1485. Il ne quitte probablement pas la maison de son premier mécène et entre au service d'un nouveau cardinal, Raffaele Sansoni Riario, qui a acquis le palais du cardinal mantouan en 1484[1].

En 1507-1508, Bartolomeo Sanvito signale dans son journal qu'il prête plusieurs ouvrages qui ont été enluminé par Gaspare[2]. Pietro Summonte, dans une lettre adressée le 20 mars 1524 à Marcantonio Michiel, lui signale un certain Gasparo Romano, identifiable à Gaspare de Padoue, comme un enlumineur à l'antique. Il indique aussi que son style a été copié par Giovanni Todeschino et qu'il a été aussi actif comme architecte. Il est aussi parfois identifié au Maître du Saint Jérôme de Berlin (d'après le manuscrit du Kupferstichkabinett, MS. 78 D. 13), même si cette attribution est aussi contestée, ou au Maître de l'Homère du Vatican, d'après son manuscrit le plus célèbre [3].

Manuscrits enluminés[modifier | modifier le code]

Frontispice de la Vie des douze césars de Suétone, BNF.

Aucun manuscrit ne lui est attribué par les archives mais uniquement sur le style.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) A. Putaturo Murano: « Ipotesi per Gasparo Romano miniatore degli Aragonesi », Archv. Stor. Prov. Napoletane, 14 (1975–6), pp. 95–100
  • François Avril, Nicole Reynaud et Dominique Cordellier (dir.), Les Enluminures du Louvre, Moyen Âge et Renaissance, Hazan - Louvre éditions, , 384 p. (ISBN 978-2-75410-569-9), p. 99 (Notice de Gennaro Toscano)
  • (it) Antonio Iacobini et Gennaro Toscano, « More graeco, more latino. Gaspare da Padova e la miniatura all'antica », dans Mantegna e Roma. L'artista davanti all antico, Bulzoni editore, , p. 125-190

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Avril, Reynaud et Cordellier 2011, p. 99
  2. Iacobini et Toscano 2010, p. 126
  3. Notice du Grove Art
  4. Reproduction sur le site de la BAV