Téoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Téoz
logo de Téoz

Création
Disparition
Forme juridique Marque commerciale
Slogan Téoz, il suffit d'une fois
Actionnaires Société nationale des chemins de fer françaisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Chemin de fer
Société mère SNCF
Effectif 430 voitures
Site web Site officiel

Corail Téoz, puis Téoz, était un service voyageurs de la SNCF, entre 2003 et 2012, utilisant des rames Corail aptes à 200 km/h redécorées, réaménagées et modernisées, sur les grandes lignes commerciales du réseau intérieur français non desservies par TGV. Ce nom désignait aussi la société filiale de la SNCF gérant le service.

Ces trains faisaient partie des Trains d’Équilibre du Territoire depuis la signature le d’une convention entre l’État et la SNCF.

Le , la SNCF annonce la disparition de la marque Téoz et le regroupement des trains Téoz, Lunéa, Corail et Intercités sous l’appellation unique « Intercités »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Passage d'un Corail Téoz près de Thomery (2008)

Le programme de rénovation, qui s’est déroulé de 2003 à 2006, a concerné au total 430 voitures pour un coût de 140 millions d’euros. La transformation des voitures Corail quasi complète, à partir des chaudrons complètement déshabillés, a été assurée par les ateliers SNCF de :

Les études de design de rénovation des voitures Corail dessinées à l’origine par Roger Tallon en 1975, ont été confiées après concours à l'agence MBD Design. Les nouveaux Corail affirmaient le nouveau souffle de modernité que la SNCF voulait donner à ses trains. Le projet de MBD Design redonnait une part d'intimité contemporaine à l'environnement voyageur. L'organisation, les services, les fonctions, pensées en terme d'attention et de prévenance améliorent la qualité de l'environnement. Les harmonies couleurs sont construites autour de deux camaïeux de tons naturels, quant aux matériaux, le naturel prévaut : jersey de coton, laine, cuir, bois, verre.

Les études techniques ont été totalement réalisées par une société privée espagnole TEMOINSA, ainsi que la confection des pièces constitutives des dossiers.

Les voitures Téoz ont été présentées pour la première fois au grand public en mai- à l’occasion de la manifestation « Train capitale » qui s'est tenue sur les Champs-Élysées à Paris. Elles ont même circulé sur une voie ferrée posée « sur les Champs » dans la journée du .

La première mise en service commerciale des rames Téoz a débuté le , sur la relation Paris - Nevers - Clermont-Ferrand. Elles ont ensuite circulé sur les lignes Paris - Nancy - Strasbourg, Paris - Limoges - Toulouse (le ), avec un service quotidien Paris - Toulouse - Cerbère, et Bordeaux - Toulouse - Marseille - Nice (le ). Depuis , cette dernière est assurée à 100 % par Téoz.

En , les rames Téoz ont quitté la ligne commerciale Paris - Nancy - Strasbourg, en raison de la mise en service commerciale du TGV Est. Ces rames seront alors utilisées sur les lignes commerciales Paris - Nevers - Clermont-Ferrand et Paris - Limoges - Toulouse. Depuis , les lignes Paris - Limoges - Toulouse et Paris - Nevers - Clermont-Ferrand sont assurées à 100 % par Téoz, ce qui a pour conséquence la suppression d'arrêts jugés peu fréquentés et la mise en correspondance des trains Corail au sud de Clermont-Ferrand : le Cévenol et l’Aubrac.

Le , a été créée la marque Téoz Éco.

Le , la marque Téoz a été remplacée par Intercités[2].

Matériel[modifier | modifier le code]

Une rame Téoz forme un ensemble indissociable de sept voitures :

  • 2 voitures de première classe, l'une est de type à couloir central (A8tu), l'autre mixte compartiments/couloir central avec petit salon (A5t2u). Les fauteuils sont revêtus de cuir et dotés d'appuie-tête réglables.
  • 1 voiture Services B3Su placée au centre de la rame, dotée de compartiments.
  • 4 voitures de seconde classe à couloir central (trois B9tu et une B7tu) (en 2017, les rames Intercités anciennement Téoz de la ligne Paris – Clermont-Ferrand sont composés de 4 voitures B9tu et non de trois B9tu et une B7tu). Les sièges de deuxième classe sont revêtus de tissu bleu.

Elle offre une capacité de 401 places assises (plus 4 strapontins) et peut être jumelée si nécessaire pour former des trains de 14 voitures proposant 802 places. Dotées d’un espace famille, d’un espace vélo et d’un service de restauration ambulante d’un nouveau type (coffrets-gourmets proposés à la place), les rames Téoz offrent un confort plus raffiné que les voitures Corail. Ce matériel est homologué pour une circulation à des vitesses allant jusqu’à 200 km/h.

Décoration d'une voiture de Rame Téoz en gare de Clermont-Ferrand.

Réseau et gares desservies[modifier | modifier le code]

Le service Téoz desservait quarante gares via trois grandes lignes commerciales :

Carte du réseau Téoz en 2011
Carte des liaisons

Téoz Éco[modifier | modifier le code]

Les Téoz Éco (depuis début 2012 sous le nom de Intercités Éco) sont les trains de nuit du réseau français SNCF qui circulent le jour (1 aller-retour entre Paris-Austerlitz et Toulouse-Matabiau).

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « SNCF : il n'y aura plus que des Intercités », sur mobilicites.com, (consulté le 4 janvier 2012).
  2. Un article de presse, dans le magazine Rail Passion no 201, retrace cette disparition.
  3. a b et c La carte du réseau Téoz sur le site officiel Téoz.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Chanier, « Des Grand Sud oscillant entre Téoz et Corail », LOC MAG, N.M. La Vie du Rail, no 7,‎ , p. 92-93
  • Julien Chanier, « Téoz : Carmillon m'a tuer », RAIL PASSION, La Vie du Rail, no 201,‎ , p. 42-43

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]