Gérard Grandval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gérard Grandval, né le à Paris (16e arrondissement), est un architecte français, Prix de Rome et Chevalier des Arts et des Lettres de renommée internationale. Il est notamment l'architecte des Choux de Créteil. Il est également peintre et designer.

Formation[modifier | modifier le code]

Gérard Grandval étudie au lycée Janson-de-Sailly de Paris, puis à l'École nationale supérieure des beaux-arts (ateliers Pontremoli et Leconte)[1]. Il y remporte de nombreux prix, dont deux prix Rougevin en 1957 et 1958, et le prix Edmond-Labarre en 1958[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Architecte depuis 1959, il commence sa carrière en tant que stagiaire à l'Institut d'urbanisme de Philadelphie (États-Unis) en 1960. Il est également devenu chargé de mission à la direction de l'architecture au ministère des Affaires culturelles (1967-1972) et responsable de l'Atelier d'urbanisme de Niort (1966-1970)[3]. Il travaille longtemps en Algérie, où il est responsable des études d'urbanisme d'Alger-Est (1975-1980). Il est aussi membre de la Commission régionale des affaires immobilières et d'architecture de Paris et de la région parisienne (1985-1989)[1].

Gérard Grandval est un membre titulaire (depuis 1994), et ancien vice-président (1999-2001), de l'Académie d'architecture[4],[5],[6]. Il est également Président du jury du prix du Livre d'architecture de l'Académie[7],[8],[9].

Projets[modifier | modifier le code]

Les Choux de Créteil

Gérard Grandval construit de grands ensembles depuis le début des années 1960, dont voici une liste non exhaustive[1] :

  • Complexe sportif de Cannes ;
  • Laboratoire d'électronique intertechnique à Plaisir (1962)[3] ;
  • Établissement Carrier au Mans (1964) ;
  • Club des jeunes de Franconville et école de ski Arete dans les Hautes-Pyrénées (1966)[10],[3],[11];
  • Chalets "coquilles" à La Plagne (1968) [11];
  • Siège administratif et show-room à Paris, chaîne de magasins en province et à l'étranger du groupe Cacharel (1970-1980)[12],[3];
  • Écoles à Créteil (1972)[3] ;
  • Ensembles d'habitations des Choux dans le quartier du Palais à Créteil (1974) [13],[14];
  • Les Tilleuls à Niort (1978) et les Tonnelles (maisons solaires) à Frontenay-Rohan-Rohan (1980)[3];
  • Groupe scolaire et logements collectifs dans le quartier de la Ferme du Buisson à Noisiel [6],[15];
  • Habitations lacustres à Saint-Cyprien (1974) ;
  • Maisons individuelles à Bondoufle (1974) ;
  • Collèges d'enseignement secondaire Brun Pain à Tourcoing et Trignac (1976) ;
  • Plan d'urbanisme de la station Peyresourde ;
  • Schéma directeur de l'aéroport d'Alger et centre informatique à Caveirac (1978) ;
  • Programme 1 000 jardins d'enfants pour la Sonacotra à Alger (1980) ;
  • Siège de la société Bob Ore international à Montréal et de la Société de transports aéronautiques à Alger (1982) ;
  • Restructuration de logements anciens sur la place de Chanzy à Niort (1984) ;
  • Centre d'exposition de la mode au Louvre à Paris (1993)[16],[17],[18];
  • Hôtel de la Neva et centre culturel et commercial à Saint-Pétersbourg (1995) ;
  • Ensemble de logement Gobert - Lenoir à Paris (2002)[3] ;
  • Programme « Neo » (New Ecological Offices) à Nice (2018)[19],[20].

Design[modifier | modifier le code]

Gérard Grandval a dessiné de nombreux meubles et objets de design. Il a notamment créé des meubles en mousse dont la forme et les couleurs reproduisent l'harmonie de l'arc-en-ciel (1972), exposés dans la galerie de la revue l'œil à Paris et dans son hôtel particulier rue Alfred-de-Vigny[21],[22].

Il a dessiné une collection de meubles pour Prisunic en 1972[23].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il remporte de très nombreux prix lors de ses études aux beaux-arts dont le Premier Prix Redon en février 1954, le Premier Prix Rougevin au Concours Rougevin et Eustache le 29 janvier 1957, la Première Médaille et le Prix Rougevin à titre honorifique au Concours Rougevin et Eustache le 4 février 1958, et le Prix Edmond-Labarre à titre honorifique au Concours Paulin et Labarre le 13 janvier 1959[2].

Gérard Grandval remporte le prix de Rome en 1961, sur le thème « Un Monastère »[24]. Il est Chevalier des Arts et des Lettres[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Gérard Grandval - Who's Who », sur whoswho.fr (consulté le 4 juin 2018)
  2. a et b « AGORHA : bases de données de l'Institut national d'histoire de l'art (INHA) », sur agorha.inha.fr (consulté le 5 juin 2018)
  3. a b c d e f et g Raphaëlle Saint-Pierre, « Gérard Grandval LES CHOUX DE CRÉTEIL », AMC,‎
  4. « Académiciens ⋆ Académie d'Architecture », sur academie-architecture.fr (consulté le 4 juin 2018)
  5. « ACADEMIE D’ARCHITECTURE Nouveau bureau », Le Moniteur,‎ (lire en ligne)
  6. a et b Gérard Grandval, « La ville introuvable », Le Moniteur,‎ (lire en ligne)
  7. « Prix du livre de l’académie d’architecture 2015 », Le Moniteur,‎
  8. « Le prix du livre d’architecture distingue deux lauréats », Le Moniteur,‎
  9. « Le Prix du Livre de l’académie d’architecture récompense Jean-Louis Cohen », Le Moniteur,‎
  10. (en) Tom Avermaete, « A thousand youth clubs: architecture, mass leisure and the rejuvenation of post-war France », The Journal of Architecture, vol. 18, no 5,‎ , p. 632-646 (ISSN 1360-2365 et 1466-4410, DOI 10.1080/13602365.2013.840009, lire en ligne)
  11. a et b (en) « SHIPSHAPE CHALET FOR SKIERS », LIFE,‎ (lire en ligne)
  12. Frédéric Martin-Bernard, « Cacharel, un éternel féminin pluriel », Le Figaro Madame,‎
  13. « « Ces tours ont marqué les esprits » », leparisien.fr,‎ 2009-08-03cest07:00:00+02:00 (lire en ligne, consulté le 6 juin 2018)
  14. « A Créteil, les Choux tiennent le coup - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 6 juin 2018)
  15. Anne Bony, Les années 70s, LEs éditions du regard, , p. 416
  16. « La ville introuvable - Événement », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2018)
  17. « Au pied du Louvre, le futur « temple » de la mode se prépare », sur lesechos.fr (consulté le 5 juin 2018)
  18. « Les défilés déménagent », sur Le Monde.fr (consulté le 6 juin 2018)
  19. « Nice, Keys Asset Management acquiert une opération mixte de 14 000 m2 auprès de Linkcity », sur next-finance.net (consulté le 5 juin 2018)
  20. Rémy Mario, « Linkcity a lancé les travaux de « Neo » dans l'Eco-Vallée », TPBM,‎
  21. « EXPOSITIONS Un mobilier " arc-en-ciel " », sur Le Monde.fr (consulté le 6 juin 2018)
  22. « L'Oeil, revue d'art, Numéros 205 à 216 », L'Oeil,‎ , p. 35
  23. Anne Bony, Prisunic et le design, Alternatives, , p111-112
  24. « Grands Prix Rome Concours Architecture 1864-1967 », sur grandemasse.org (consulté le 4 juin 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]