Choux (Créteil)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chou.
image illustrant l’architecture ou l’urbanisme image illustrant l'Île-de-France
Cet article est une ébauche concernant l’architecture ou l’urbanisme et l'Île-de-France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les « choux »
Les « choux », avec le palais de justice en arrière-plan

Les Choux de Créteil sont un grand ensemble signé par Gérard Grandval[1] à Créteil, dans le Val-de-Marne, de 1969 à 1974. Il a reçu le label « Patrimoine du XXe siècle » du ministère de la Culture le 16 décembre 2008[2]. Ce programme était considéré à l'époque comme un des symboles de l'architecture française des années 1970.

Dix tours rondes de 15 étages constituent l'élément essentiel de ce grand ensemble. Leur forme, semblable à un chou-fleur en raison des balcons[3], donne son nom, ou plutôt son surnom, à ce quartier. Ces balcons, dans l'idée de l'architecte, étaient destinés à être végétalisés, ce qui aurait modifié l'aspect extérieur des immeubles support de jardins, au gré des saisons[4].

Lorsque le projet est mis en place en 1966, la zone constructible se situe sur une plaine maraichère (plaine Pompadour) qui fut dès 1860 l'un des principaux centres de production légumier de Paris : la Choucrouterie Benoist, la plus grande usine de choucroute de la région parisienne s'y installa[5]. Grandval n'ignorait sans doute pas le passé de cette partie de la ville lorsqu'il proposa son projet.

En 1998, la municipalité décide de réhabiliter le quartier. Le chou central, composé de logements sociaux occupés par des familles en situation de précarité, est restructuré. Pour favoriser la mixité sociale, la ville attribue un quart des appartements à des étudiants[6].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Les Choux de Créteil constituent un sujet récurrent, voire un personnage à part entière, dans le film Tellement proches sorti en juin 2009.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « « Ces tours ont marqué les esprits » : Gérard Granval, 79 ans, architecte des Choux », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  2. « Notice no EA94000002 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. Isabelle Rey, « À Créteil, les Choux tiennent le coup », Les Échos, no 17768,‎ , p. 54 (lire en ligne).
  4. Gérard Grandval, invité, évoque les « Choux » et le refus des jardinières par le promoteur dans « Rencontre avec l'architecte Gérard Grandval », Métropolitains, 18 février 2010, présenté par François Chaslin, sur France Culture.
  5. Madeleine Jurgens, Images de Créteil : Aperçu historique, Créteil, Les amis de Créteil, , p. 111.
  6. « Il y a 40 ans naissaient les choux », Le Parisien,‎ (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexis Vibert-Guigue, Au temps des chemins de grue : Chronique des années de béton, 1953-1993, Paris, éd. des Alpes, , 344 p., « Un pavé dans la marre : Les choux de Créteil », p. 147–156