Géographie de la Côte d'Ivoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Géographie de la Côte d'Ivoire
carte : Géographie de la Côte d'Ivoire
Continent Afrique
Région Afrique de l'Ouest
Coordonnées 08°N 05°O
Superficie
Côtes 520[1] km
Frontières Total : 3 110 km Liberia 716 km, Ghana 668 km, Guinée 610 km, Burkina Faso 584 km, Mali 532 km
Altitude maximale Mont Nimba 1 752 m
Altitude minimale Océan Atlantique (0m)
Plus long cours d’eau Comoé
Plus importante étendue d’eau Barrage de Kossou

La Géographie de la Côte d’Ivoire consiste en l’étude du territoire de la République de Côte d’Ivoire , pays côtier de l’Afrique de l’Ouest situé dans l’hémisphère nord entre le tropique du cancer et l’Equateur[2]. Le pays s'étend sur 322 462 km2 pour une population de 25 823 071 habitants[3]. Il est limité à l’Ouest par le Liberia et la Guinée, au Nord par le Mali et le Burkina Faso, à l’Est par le Ghana, et est ouvert au Sud sur le Golfe de Guinée (océan Atlantique )[4]. Yamoussoukro, ville située au centre du pays, a été choisie par le premier Président Félix Houphouet Boigny comme capitale de la Côte d'Ivoire depuis 1983[5]. Cependant la capitale économique Abidjan demeure la principale ville du pays. La langue officielle est le français et la monnaie le Franc CFA Ouest Africain (XOF). Le fuseau horaire du pays est GMT + 0 .

Situation[modifier | modifier le code]

Entre 4° et 10° de latitude Nord, le territoire est distant de l'Équateur d'environ 400 km sur ses marges méridionales, et du Tropique du Cancer d'environ 1400 km sur ses frontières septentrionales.

Limites[modifier | modifier le code]

Limites terrestres[modifier | modifier le code]

Le pays partage au total 3110 km de frontières communes avec 5 pays[2]:

- le Liberia : 716 km

- la Guinée : 610 km

- Le Mali : 532 km

- le Burkina Faso : 584 km

- le Ghana : 668 km

Le golfe de Guinée[modifier | modifier le code]

Littoral long de 515 km [6]

4 460 km2 de mers [2]

Altitude[modifier | modifier le code]

Le Mont Nimba culmine à 1752 m d'altitude.

Topographie / Relief[modifier | modifier le code]

La cote d'Ivoire présente globalement un relief relativement plat et peu accidenté, constitué de plaines et de plateaux , à l'exception de la région Ouest du pays, qui présente un relief montagneux.

Au sud , le long du golfe de Guinée, le littoral est constitué d'une bande de sable et de lagunes dans sa partie Est , et de Falaises dans sa partie Ouest.

Dans la partie supérieure de la côte, on trouve une vaste plaine suivie d'une région de bas plateaux (altitudes inférieures à 350 m).

Au centre on rencontre les moyens plateaux puis les hauts plateaux (altitudes pouvant atteindre 900 m ) et les montagnes au centre Ouest. Le centre-Ouest(de Man à Daloa ) abrite la principale chaîne montagneuse du pays, le massif de Man, et son point culminant le Mont Nimba (1752 m)[7].
Au Nord-Ouest (région d'Odienné... ) le relief est dominé par de petites collines ne dépassant pas 400 m[6].

Végétation[modifier | modifier le code]

Le pays est séparé en deux zones de végétation. Du Nord au Sud, on passe de la savane arborée à une forêt équatoriale de plus en plus dense au sud.

La limite qui sépare ces deux zones est constituée d'une ligne qui part de Man à l'Ouest, redescend dans la région de Yamoussoukro et remonte à l'Est aux environs de Bondoukou.

La partie Nord est couverte de savanes composées de grands espaces d'herbage et d'arbres clairsemés[7]. Seules les zones en périphéries de cours d'eau présentent une végétation plus riche. On y retrouve de vastes étendus de Tecks et de manguiers mais aussi d'arbres à karité et de fromagers. Les principales plantations sont les champs de Mil, de Sorgho , de millet , de riz ,de coton ainsi que des maraîchers de tomates et de légumes [6].

Dans le centre, on retrouve la forêt claire ou savane boisée, mais celle-ci tend à laisser la place à de vastes plantations de café et de cacao.

Dans la partie Sud, la végétation de base est constituée de forêts denses, subdivisées en forêts mésophiles et hygrophiles qui occupent à l'origine un tier du territoire du Sud à l'Ouest. Depuis l’époque coloniale, les forêts denses ont connu une importante réduction du fait de l'activité humaine( exploitation forestière excessive, plantations arbustives ...) . En dehors de certaines zones protégées telles que les parc nationaux (parc national du Banco), la forêt primaire a pratiquement disparu. En 2007, la patrimoine forestier ivoirien est estimé à 3 401 146 hectares en 2015 contre plus du double en 1986 [8].

Le littoral est bordé de cocotiers et de rôniers[6]. on y retrouve aussi de petites mangroves. Les cultures prépondérantes dans le sud des celles d'ananas, de bananes, d'hévéas, de cacao et de café, ainsi que des cocotiers. [7]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bassins versants et cours d'eau[modifier | modifier le code]

Bilan hydrique du pays[modifier | modifier le code]

D'après Aquastat[9], la hauteur d'eau annuelle moyenne des précipitations en Côte d'Ivoire est de 1 348 mm, soit pour une superficie de 322 460 kilomètres carrés, un volume de précipitations annuelles de 434,68 kilomètres cubes que l'on peut arrondir à 434,7 (France métropolitaine 477,98 km3 pour une superficie supérieure de 75 %).

De ce volume précipité, l'évapo-transpiration et les infiltrations consomment quelque 360,7 km3. Restent 74 kilomètres cubes de ressources d'eau superficielle produites sur le territoire du pays (en interne). De plus une quantité renouvelable de 2,84 kilomètres cubes d'eau souterraine est produite chaque année, en interne également.

À ces ressources de 76,84 km3 produites en interne, il faut ajouter 4,3 kilomètres cubes d'eau produits à l'étranger et qui font partie des ressources utilisables du pays, une fois la frontière franchie. Il s'agit d'une part des débits apportés de Guinée, du Ghana et du Burkina Faso par une série de cours d'eau mineurs (à raison de 1,3 km3), et d'autre part de la moitié du débit de la Volta Noire, grosse rivière faisant partiellement frontière avec le Ghana[10], et ce à raison de 3 kilomètres cubes environ.

Compte tenu de ces apports, les ressources totales en eau du pays se montent annuellement à quelque 81,14 kilomètres cubes (81,14 milliards de m3), soit pour une population estimée à 20,1 millions d'habitants en juillet 2007, plus de 4 000 m3 d'eau par habitant, ce qui est satisfaisant. À titre de comparaison, l'Allemagne ne dispose que d'un peu plus de 1 850 m3 d'eau par habitant, et la France métropolitaine de plus ou moins 3 300 m3 annuellement.

Il faut ajouter qu'une quantité d'eau de 12,2 km3 quitte annuellement le territoire de la Côte d'Ivoire, à destination de ses voisins : vers le Ghana (il s'agit du bassin de la Volta Noire) et vers le Mali (bassins du Bani et du Bagoé).

Climat[modifier | modifier le code]

La Côte d'Ivoire est la zone de transition entre le climat équatorial humide et le climat tropical semi-aride. Ainsi, le pays peut être divisé en deux zones principales: le nord et le sud. On distingue quatre types de climats en Côte d'ivoire selon les pluviométries qui sont :

  • le climat attiéen:au sud
  • le climat baouléen: au centre
  • le climat sud-soudanien: au nord
  • le climat de montagne: à l'ouest

Le sud est très humide car toute l'année il est frappé par les brises de mer chaudes et humides, il connait alors 4 grandes saisons qui sont :

  • D'avril à mi-juillet, des vents humides proviennent de l'océan, frappent sur le sud et provoquent une grande saison des pluies.
  • De mi-juillet à novembre, on constate un ciel ouvert et un beau temps avec une petite saison sèche ponctuée de quelques petites précipitations.
  • De décembre à mars vient le temps de l'harmattan, porteur d'une grande saison sèche.

Tandis que le nord est plus sec avec un manque de pluie surtout d'octobre à mai, mais certaines années se produisent de grandes saisons de pluies de juin à septembre[11][réf. non conforme].

Les températures oscillent autour de 28° en moyenne.

Territoires[modifier | modifier le code]

Le nord[modifier | modifier le code]

Le nord de la Côte d'Ivoire, frontalier du Mali et du Burkina Faso, est principalement constitué de vastes savanes et son climat est de type climat soudanais. Ses villes principales sont Korhogo, Ferkessédougou, Boundiali, Odienné et Tingréla.

Le sud[modifier | modifier le code]

La région du Bas-Sassandra se situe dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. Sa préfecture est San-Pédro ; l'autre ville importante est Sassandra. Cette région abrite les plus belles plages du pays. Contrairement à l'est du pays et à Abidjan, la « barre » n'existe pas, fait unique dans le golfe de Guinée, ce qui autorise la baignade sans danger.

La région du Haut-Sassandra se situe plus au nord et s'articule autour des villes de Gagnoa, Daloa et Issia. Elle constitue ce qu'on a coutume d'appeler la boucle du cacao.

L'est[modifier | modifier le code]

L'est de la Côte d'Ivoire, frontalier du Ghana, comporte en particulier le Parc national de la Comoé où se sont réfugiés les troupeaux d'éléphants.

L'ouest[modifier | modifier le code]

L'ouest de la Côte d'Ivoire, frontalier du Liberia et de la Guinée, comporte les plus hauts massifs montagneux du pays, notamment le Mont Tonkpi et le Mont Nimba.

Urbanisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes de Côte d'Ivoire.
Vue aérienne d'Abidjan.

Abidjan, Bouaké, Daloa, Man, Danané, Korhogo, Gagnoa, San-Pédro...

Ruralité[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport en Côte d'Ivoire.

Aéroports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Ports[modifier | modifier le code]

Abidjan, San-Pédro[modifier | modifier le code]

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

La voie ferrée unique est la ligne d'Abidjan à Ouagadougou, en cours de réhabilitation[12]. Elle est concédée à Sitarail.

Énergie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : électricité en Afrique.

Protection de la nature[modifier | modifier le code]

Parcs naturels en Côte d'Ivoire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géographie de la Côte d'Ivoire
  2. a b et c « Géographie de la Côte d'Ivoire », sur cotedivoiretourisme.ci (consulté le 17 novembre 2019)
  3. « Côte d'Ivoire • Fiche pays • PopulationData.net », sur PopulationData.net (consulté le 8 octobre 2019)
  4. « Côte d'Ivoire, les cartes et informations sur le pays », sur Atlas Monde : Toutes les cartes des pays (consulté le 8 octobre 2019)
  5. « Capitale et villes principales de la Côte d'Ivoire », sur www.diakadi.com (consulté le 8 octobre 2019)
  6. a b c et d « Relief et végétation de la Côte d'Ivoire », sur www.diakadi.com (consulté le 9 octobre 2019)
  7. a b et c « Géographie de la Côte d'Ivoire », sur www.agi-ivoiriens.com (consulté le 9 octobre 2019)
  8. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture et Le Secrétariat Exécutif Permanent REDD+, « DONNÉES FORESTIÈRES DE BASE POUR LA REDD+ EN CÔTE D’IVOIRE CARTOGRAPHIE DE LA DYNAMIQUE FORESTIÈRE DE 1986 À 2015 », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ , p13. L’analyse de ces cartes donne les estimations du couvert forestier suivantes (voir cartes 1 à 4, tableau 3 et figure 4) : • 7 850 864 hectares de forêts en 1986, soit une couverture forestière de 24,36% du territoire; • 5 094 452 hectares de forêts en 2000, correspondant à une couverture forestière de 15,81% du territoire; • et 3 401 146 hectares de forêts en 2015, représentant une occupation spatiale de 10,56% du territoire. (ISBN 978-92-5-209999-4, lire en ligne)
  9. Aquastat - Ressources en eau de la Côte d'Ivoire [xls]
  10. Pour les cours d'eau frontaliers, seule la moitié de leur débit est pris en compte, l'autre moitié faisant partie des ressources du pays voisin.
  11. BABINEWS.COM
  12. Le Figaro.fr avec AFP, « Début des travaux du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :