Fric-Frac (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fric-Frac.
Fric-Frac
Description de cette image, également commentée ci-après
Arletty

Titre original Fric-Frac
Réalisation Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara[1]
Scénario Michel Duran
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Productions Maurice Lehmann
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie
Durée 105 minutes
Sortie 1939

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Fric-Frac est un film français réalisé par Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara[1], sorti en 1939.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Paris, Marcel, un brave garçon, est l'un des employés de la bijouterie Mercandieu située dans un appartement parisien de la rue de Turbigo. Renée, la fille du patron, rêve d'en faire son fiancé sans que Marcel réponde à ses attentes, à la grande exaspération de la jeune femme.

Un dimanche après-midi, lors d'une course cycliste au stade Buffalo de Montrouge, Marcel fait la connaissance d'un couple exubérant aux allures plutôt canailles : Jo, un délinquant à la petite semaine, habitué des arnaques et des «  cassements », et son associée, l'aguichante Loulou dont il tombe immédiatement sous le charme ravageur. Renée se rend compte que Marcel semble subjugué par ses nouveaux amis et décide, à son tour de faire leur connaissance.

Une idylle semble effectivement vouloir prendre forme mais Marcel se méprend totalement sur les intentions de Loulou car celle-ci a déjà un compagnon. En effet, celle-ci, qui connait la profession de Marcel, est la « régulière » d'un dénommé Tintin qui, suite à un cambriolage, effectue un séjour en prison. l'homme a besoin d'argent pour améliorer l'ordinaire de sa détention. La jeune femme décide alors de se lancer dans un « fric-frac » chez le bijoutier Mercandieu avec l'aide de Jo et utilise ses appas pour extorquer des informations au naïf Marcel qui se retrouve piégé par les deux complices.

Rentrant plus tôt que prévu dans l'appartement de son père, Renée surprend les cambrioleurs. Marcel, qui les a rejoint après avoir réussi à se libérer, se voit contraint de demander la main de Renée à M. Mercandieu, pour éviter qu'elle dénonce ses « amis »[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Dialogue[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Exemple de répliques :

— Loulou : hé Jo, entends ça !
— Loulou à Marcel : allez-y !
— Marcel répète sa fameuse phrase : j'eusse préféré que vous vinssiez seule.
— Loulou à Jo : tu t'rends compte !
— Marcel : mais c'est français !
— Loulou : à qui qu'vous voulez faire croire ça ! Vous nous prenez pour des caves[5] !

Tournage[modifier | modifier le code]

Selon Arletty : « C'est incontestablement Autant-Lara qui faisait tout dans la mise en scène ; il en avait l'entière responsabilité. Maurice Lehmann était surtout le producteur. […] C'est d'autant plus fort pour Fernandel d'interpréter un parigot, lui le méridional. Il avait du mérite »[1]. « Dans le film, il y avait Michel Simon dont c'était les grands débuts. […] Fric-Frac fut la rencontre de ces deux « gueules », mais ça n'a pas gazé. Fernandel n'a plus jamais voulu tourner une seule fois avec Simon. Vous imaginez des acteurs comme ça qui ne se retrouvent pas, c'est grave malgré tout »[7].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Durant le tournage Michel Simon (qui aimait improviser) et Fernandel sont entrés en rivalité et ne s'entendaient pas malgré les tentatives d'Arletty de les réconcilier. Les deux acteurs n'ont plus jamais joué ensemble dans un film[8].

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Page 72 d'Arletty ou la liberté d'être de Christian Gilles, Librairie Séguier, 1988 (ISBN 2-906284-86-6).
  2. Site cineclap.free.fr, page sur le film Fric-Frac, consulté le 7 novembre 2019.
  3. Arletty : « C'est devenu un mot comme Tartuffe ou Topaze. » Citation à la page 53 de la lettre F de l'abécédaire Les Mots d'Arletty de Claudine Brécourt-Villars, Éditions de Fanval, 1988 (ISBN 2-86928-202-8).
  4. Patronyme orthographié avec un « é » au générique.
  5. Argot : individu qui, ignorant les règles du milieu, constitue un dupe en puissance. Source : Dictionnaire de l'argot français et de ses origines, Larousse-Bordas pour l'édition 1999 (ISBN 2-03-534919-2).
  6. Indéterminée dans le film bien que située en direction de Poissy, c'est la forêt de Marly qui est spécifiée dans la pièce de théâtre.
  7. Page 53, à la lettre F de l'abécédaire Les Mots d'Arletty de Claudine Brécourt-Villars.
  8. Site allocine.fr, page sur le film Fric-Frac, consulté le 7 novembre 2019.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]