Francisco Boix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boix.
Francisco Boix
Boix testigo.jpg

Dachau 1946, Boix témoigne au procès américain intenté contre 61 criminels nazis de Mauthausen.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 30 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
signature de Francisco Boix

signature

Francesc Boix i Campo (en catalan) ou Francisco Boix Campo (en espagnol), né le à Barcelone et mort le à Paris, est un photographe et un républicain espagnol exilé en France en 1939.

Biographie[modifier | modifier le code]

Engagé avec la Ve armée française dans les Vosges, Boix est fait prisonnier lors de son repli vers Belfort dans la nuit du au . Il est emprisonné avec plus de 7 000 autres Espagnols à Mulhouse. En fonction de leur passé républicain et de leur engagement contre le franquisme en Espagne, allié du Troisième Reich, ils sont alors considérés comme des prisonniers politiques.

Lors d'une visite du camp de Mauthausen en 1941, Kaltenbrunner (à gauche) et Himmler (au centre) s'entretiennent avec le commandant du camp, Franz Ziereis.

Francisco Boix et ses camarades sont déportés au camp de concentration de Mauthausen le  : deux tiers d’entre eux vont y laisser leur vie.

En tant que photographe de métier, Boix est affecté au service d'identification du camp.

Il témoigne le matin du au procès de Nuremberg[1] puis à celui de Mauthausen.

À Nuremberg, Boix est appelé par l'accusation française. Boix intervient juste après le témoin Marie-Claude Vaillant-Couturier et répond aux questions du procureur français Charles Dubost. Au cours de sa déclaration, quelques photos sont produites qui montrent la réalité de Mauthausen et l'implication de responsables nazis tels que Kaltenbrunner et Speer.

Après 1945, Boix travaille comme reporter dans la presse communiste française : Ce soir, L'Humanité, Regards.

Marina Rossell chantant au cimetière du Père-Lachaise

Il meurt prématurément à trente ans, sa santé ayant été fragilisée par la déportation. Il est enterré au cimetière parisien de Thiais[2]. Le 2017 ses restes ont été transférés au Père-Lachaise lors d'une cérémonie présidée par la maire Anne Hidalgo. Lors de la cérémonie, la chanteuse Marina Rossell ha chanté l'Emigrant et El Cant dels ocells.[3],[4]

Roman graphique[modifier | modifier le code]

Un roman graphique racontant l'histoire de Francisco Boix intitulé Le Photographe de Mauthausen est prévu d’être publié en 2016 par l'éditeur belge Le Lombard ; il a été écrit par Salva Rubio (es) et dessiné par Pedro J. Colombo[5],[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Déclaration de Boix à Nuremberg Nuremberg Trial Proceedings vol. 6 (sur le site de l'université Yale).
  2. La tombe de Boix au cimetière parisien de Thiais.
  3. (es) Cuartopoder, « París rinde homenaje a Boix, el fotógrafo español del infierno de Mauthausen », Cuartopoder,‎ (lire en ligne)
  4. (es) EL PERIÓDICO / PARÍS, « París honra al fotógrafo republicano Francesc Boix », El Periódico,‎ (lire en ligne)
  5. Le Photographe de Mauthausen sur le site de P.Colombo.
  6. Annonce de S.Rubio sur son site.