Flux instinctif libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le flux instinctif libre[1] (free flow instinct) consiste à ne pas utiliser de protection hygiénique et à contrôler l'écoulement du sang menstruel pendant ses règles (menstruation) par la contraction du périnée[2], l'objectif étant de retenir le sang dans son corps pour le déverser dans des sanitaires au moment voulu, à la manière de l'urine. Cette méthode reste peu répandue[3]. On peut aussi parler de continence menstruelle[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette méthode est originaire des États-Unis[5],[6],[3]. Elle apparaît en France sur internet en 2015[7] via des blogs ou des chaînes YouTube[3]. Pour la journaliste Élise Thiébaut, le fait que le flux instinctif libre croisse en popularité est lié à une libération de la parole autour du sujet des règles[7].

Le nombre de personnes qui pratiquent cette méthode est inconnu[7].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le contrôle de l'écoulement du sang est opéré par la contraction volontaire du périnée[3], qui maintient le sang à l'intérieur des fornix vaginaux[3], pour ensuite le faire s'évacuer aux toilettes[8]. Toutes les femmes, même celles qui ont des règles abondantes, pourraient utiliser cette méthode[9].

Ce fonctionnement est souvent comparé par les personnes pratiquant le flux instinctif libre à l'apprentissage de la continence urinaire chez l'enfant[10],[8]. Cependant, la continence de l'utérus est impossible, celui-ci n'étant pas équipé d'un sphincter contrôlable[10].

Selon le gynécologue Teddy Linet, cette technique nécessiterait « que les muscles releveurs (en bas) soient suffisamment fermés » ce qui pourrait ne pas fonctionner « chez les patientes ayant une vulve plus évasée comme après un accouchement ». D'après lui, cette technique requiert un flux normal ou faible ainsi que de l'entraînement[6]. Une rééducation du périnée pour le muscler peut être nécessaire[3].

Selon la kinésithérapeute spécialisée en rééducation périnéale Mélissa Carlier, la pratique du flux libre instinctif repose sur trois mécanismes : psychomoteur, sensoriel et musculaire. Toutes les femmes seraient capables de pratiquer le flux libre instinctif en activant ces 3 mécanismes[11].

Apprentissage[modifier | modifier le code]

Cette technique s'apprendrait en quatre ou cinq cycles. Il est parfois nécessaire de se rendre aux toilettes toutes les dix minutes au début[5].

L'apprentissage est progressif et passe par plusieurs étapes : amélioration du ressenti, augmentation progressive de la quantité de sang libérée aux toilettes. Au début de la pratique, le contrôle du flux passe par une prise de conscience très importante pour devenir au fur et à mesure des cycles de plus en plus naturelle.[12]

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une méthode simple, économique et écologique par rapport à l'utilisation de protections classiques[3]. De plus, elle ne nécessite pas l'organisation qui est requise en cas d'utilisation de protections hygiéniques[10].

Il faut avoir une pleine conscience de son corps afin de réaliser les contractions du périnée au bon moment (quand on se lève, quand on se penche...)[3].

De faibles écoulements peuvent arriver, mais sont très faibles[3]. Il est nécessaire d'avoir à disposition des toilettes où évacuer le sang, et il ne s'agirait pas d'une technique très adaptée aux flux abondants[3],[8],[10], même si le contraire est avancé par les gens qui le pratiquent[3],[7],[9].

Les personnes pratiquant le flux instinctif libre l'évoquent parfois comme une « libération »[5],[10]. Pour Teddy Linet, il s'agit davantage d'un « exploit » que d'une technique adaptée à toutes les femmes[6]. Contrairement au point de vue d'autres professionnels comme Mélissa Carlier, qui parle d'un retour au bon sens[11].

Aspect sanitaire[modifier | modifier le code]

Certains déconseillent cette pratique avançant que le sang retenu pourrait entraîner une prolifération bactérienne[13], alors que d'autres pensent que le contrôle est équivalent à une coupe menstruelle et qu'il n'y a aucun risque[1].

Approche[modifier | modifier le code]

Sur internet, le flux instinctif libre est abordé par certains adeptes sous un angle presque spirituel, et qui serait issu d'un pouvoir inné des femmes à maîtriser leur corps[8]. Selon Élise Thiébaut, le flux instinctif est perçu par ses adeptes comme une volonté de réappropriation et de maîtrise de son corps[7]. Certaines personnes affirment par exemple mieux vivre la période de leur règles en pratiquant le flux instinctif[7].

Il existe des méthodes très simple qui permettent d'acquérir le flux libre instinctif, sous un angle purement physiologique grâce à des étapes logiques et progressives[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « le-flux-instinctif-libre-ou-l-art-de-se-passer-de-protection-hygienique »
  2. Camille Emmanuelle, Sang tabou. Essai intime, social et culturel sur les règles, Groupe CB, (ISBN 9782364907898, lire en ligne), section 5
  3. a b c d e f g h i j et k « Flux instinctif pendant les règles, comment ça marche ? », sur Bio à la une (consulté le 12 décembre 2018)
  4. « Home », sur Cyclo Intima (consulté le 2 mai 2019)
  5. a b et c Élise Thiébaut, Ceci est mon sang : Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font, La Découverte, , 248 p. (ISBN 978-2-7071-9292-9), p. 140-142.
  6. a b et c Cécile Thibert, « Contrôler son «flux», une alternative peu crédible aux protections hygiéniques », sur Le Figaro, (consulté le 8 janvier 2018).
  7. a b c d e et f r Ophélie Ostermann, « Elles ne portent aucune protection pendant leurs règles », sur Madame Figaro, .
  8. a b c et d Jack Parker, Le grand mystère des règles, Flammarion, , 250 p. (ISBN 978-2-0814-0864-7), p. 86-91.
  9. a et b Auriane Hamon, « Elles pratiquent le Flux Instinctif Libre ou zéro protection pendant les règles », sur marieclaire.fr, (consulté le 27 septembre 2018)
  10. a b c d et e Lucile Sourdès, « Le « flux instinctif libre », les règles sans serviettes ni tampons », .
  11. a et b Mélissa, « Le Flux Libre Instinctif : un retour au bon sens ? », sur Cyclo Intima, (consulté le 2 mai 2019)
  12. Mélissa, « Comment se mettre au flux libre instinctif ? », sur Cyclo Intima, (consulté le 2 mai 2019)
  13. « Ni tampons, ni serviettes : Que risquent les femmes à «retenir» leurs règles ? », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juin 2017)
  14. « L'ATELIER DU FLUX LIBRE INSTINCTIF », sur Cyclo Intima (consulté le 2 mai 2019)