Culotte menstruelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une culotte menstruelle.

Une culotte menstruelle, culotte périodique, ou culotte de règles, est une protection périodique externe et lavable destinée à absorber le flux sanguin des règles, les retours de règles, et les pertes blanches.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première à être créée, en 2014 est sous la marque Thinx, aux États-Unis[1]. Thinx est une société new yorkaise créée quelques années auparavant, en 2011[2] et initialement spécialisée dans les tampons[1]. D'autres sociétés suivent ensuite comme la société canadienne Aisle Underwear. En France, en 2017 est créée la marque Fempo, suivi en juin 2018 de Marguette puis de Réjeanne. De nombreuses marques, dont des marques déjà implantées de façon significative sur le marché des sous-vêtements ou de l'hygiène, comme Etam, Dim, ou Nana, ont mises au point et vendent aussi ces types de protections, depuis les années 2020[1],[3],[4],[5], principalement en ligne.

Description[modifier | modifier le code]

La culotte menstruelle est une protection périodique lavable utilisée par les femmes pendant leurs règles. Elle ressemble aux sous-vêtements féminins classiques, comme les culottes, shortys et les strings[6]. Elle est pour cela déclinée en plusieurs variantes, avec plusieurs coupes[7],[8] y compris pour les jeunes[3]. Une culotte menstruelle est composée de plusieurs couches de tissu : une couche imperméable, un couche absorbante et une couche de coton[9].

Certains modèles sont conçus pour être portés avec une autre protection périodique, en complément de cette dernière[7].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Une culotte menstruelle peut être portée toute une journée[10], seule ou en complément d'une autre protection[6]. Après utilisation, elle doit être rincée à l'eau froide, puis lavée à basse température dans un lave-linge, sans détergent ni assouplissant[10],[6], et enfin mise à sécher. Les fabricants de culottes menstruelles recommandent de faire sécher la culotte de règles à l'air libre uniquement, car la chaleur du sèche-linge peut endommager la membrane imperméable[11].

Avant votre première utilisation, et pour développer la capacité d'absorption du tissu absorbant, il est nécessaire de laver plusieurs fois la culotte menstruelle[12]. Pour ne pas encrasser la zone absorbante, attention également de ne pas utiliser n'importe quelle lessive à l'instar des couches lavables.

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

Cette protection est conçue pour être aussi discrète et confortable qu'un sous-vêtement classique[6], ne bougeant pas pendant les mouvements[3], et dispose de plusieurs variantes de coupes[7],[8]. Utilisée seule, elle ne perturbe pas la flore vaginale et ne risque pas de provoquer d'infection[7]. Conçue pour absorber l'équivalent de deux tampons de sang suivant les modèles[6], elle s'avère davantage adaptée aux flux de sang légers[7] qu'aux flux importants durant lesquels des fuites de sang sur les vêtements peuvent avoir lieu. La culotte menstruelle est ainsi souvent utilisée en complément d'une autre protection hygiénique interne[6].

Principalement commercialisées par des sites anglophones, les culottes menstruelles sont plutôt difficiles à trouver dans le commerce[7]. Leur prix à l'achat est élevé (entre 20 et 30 euros) et se cumule au fait qu'il faut plusieurs culottes menstruelles pour couvrir l'ensemble de la période des règles, ce qui peut nécessiter un investissement important au départ[7],[3]. Les culottes menstruelles nécessitent un entretien particulier et doivent de préférence être lavées à la main, comme les serviettes hygiéniques lavables, ou lors d'un cycle à froid et doux en lave-linge. Une culotte menstruelle peut également s'avérer difficile à changer à l'extérieur[7]. Son utilisation se heurte à diverses barrières sociales, psychologiques et culturelles ; ainsi le fait de devoir les rincer oblige à voir le sang s'écouler, et les utiliser rend visible le fait d'avoir ses règles au sein du foyer, ce qui peut s'avérer gênant en raison du tabou lié aux règles[3]. Le traitement du revêtement absorbant avec des nanoparticules d'argent chez certaines marques pose également question du point de vue environnemental et sanitaire[6].

Commercialisation[modifier | modifier le code]

De nombreuses marques commercialisent ce type de protection. L'association française 60 Millions de consommateurs met en garde en 2020 contre les produits de mauvaise qualité vendus comme culottes menstruelles, notamment à travers les réseaux sociaux. Elle conseille d'acheter des marques françaises ou bien de confectionner soi-même ses propres culottes menstruelles[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Katia Dansoko Touré, « Cycle. Règles : et la culotte flux », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « How The Team Behind THINX Created One Of The Sexiest Ways To Give Back », Fast Company,‎ (lire en ligne)
  3. a b c d et e Dorothée Duchemin, « Culotte menstruelle: laisse couler ton sang », sur Slate.fr, (consulté le )
  4. Charlotte de Saintignon, « Fempo casse les codes depuis 2017 avec ses culottes menstruelles », sur capital.fr, (consulté le )
  5. « Dans Ma Culotte, aux côtés des femmes à chaque étape de leur cycle menstruel », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  6. a b c d e f et g Sabrina Debusquat, « La culotte menstruelle: une vraie révolution? », sur cheekmagazine.fr, .
  7. a b c d e f g et h Jack Parker, Le grand mystère des règles : pour en finir avec un tabou vieux comme le monde, Paris, Flammarion, , 250 p. (ISBN 978-2-08-140864-7), p. 84-86.
  8. a et b « Thinx, la marque de culottes qui veut révolutionner notre rapport aux règles », sur rtl.fr, .
  9. « La culotte menstruelle pour vivre normalement pendant les règles », sur Be, (consulté le )
  10. a et b Laetitia Reboulleau et Manuela Estel, « La culotte périodique va-t-elle remplacer nos protections hygiéniques ? », sur cosmopolitan.fr, .
  11. « Comment laver la culotte menstruelle et l'entretenir », sur Mes Menstruelles (consulté le )
  12. « Comment Laver sa Culotte Menstruelle ? », sur Oduho (consulté le )
  13. 60 Millions de Consommateurs, « Culottes menstruelles : halte aux arnaques ! », sur 60 Millions de Consommateurs (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]