Florent-Guiot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guiot.

Florent-Guiot
Fonctions
Député du bailliage de Semur-en-Auxois

(2 ans, 6 mois et 1 jour)
Gouvernement Assemblée constituante de 1789
Groupe politique Tiers état
Député de la Côte-d'Or

(3 ans, 1 mois et 21 jours)
Gouvernement Convention nationale
Député au Conseil des anciens

(2 ans, 6 mois et 2 jours)
Député au Conseil des Cinq-Cents

(1 an, 8 mois et 10 jours)
Député au Corps législatif

(14 ans, 5 mois et 10 jours)
Biographie
Nom de naissance Guiot de Saint-Florent
Date de naissance
Lieu de naissance Semur-en-Auxois (Côte-d'Or)
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Avallon (Yonne)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Montagne
Bonapartiste
Profession Avocat
Magistrat
députés de la Côte-d'Or

Guiot de Saint-Florent, dit Florent-Guiot (souvent orthographié Florent-Guyot), né à Semur-en-Auxois (Côte-d'Or) le et mort à Avallon (Yonne) le est un révolutionnaire français, élu député dans le département de la Côte-d'Or.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guiot est élu député du tiers état par le bailliage de Semur aux États généraux de 1789 et prend alors le surnom de Florent-Guiot pour se démarquer de son collègue Antoine Guiot, lui aussi député de Semur. Il retourne à Semur en 1791 puis est élu député à la Convention nationale en septembre 1792. Il est nommé à de nombreuses reprises représentant en mission dans le département du Nord où il se fait remarquer et apprécier par son attitude modérée. Relégué en Flandre française, il accueille avec joie la chute de Robespierre et est l'un des rares représentants montagnards à repartir en mission après le 9 thermidor.

Il est réélu député de la Côte-d'Or au Conseil des Cinq-Cents avant de devenir ministre plénipotentiaire de la République en République des Grisons puis en République batave (juillet-novembre 1799). Il retrouve son siège de député sous le Consulat. Sous l'Empire, il devient procureur au conseil des prises et est mêlé aux deux conspirations Malet en 1808 et 1812 mais il n'est pas inquiété.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]