Église Saint-Louis de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'église située dans le quartier du Finkwiller. Pour l'église de la Robertsau et l'ancienne église de la citadelle, voir église Saint-Louis de la Robertsau et église Saint-Louis de la citadelle.
Église Saint-Louis de Strasbourg
façade de l’église St Louis
Façade de l’église.
Présentation
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Strasbourg
Début de la construction 1825
Fin des travaux 1827
Style dominant baroque
Protection Logo monument historique Classé MH (1982, Orgue)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Ville Strasbourg
Coordonnées 48° 34′ 42″ N 7° 44′ 44″ E / 48.578333, 7.74555648° 34′ 42″ Nord 7° 44′ 44″ Est / 48.578333, 7.745556

Géolocalisation sur la carte : Strasbourg

(Voir situation sur carte : Strasbourg)
Église Saint-Louis de Strasbourg

L’église Saint-Louis de Strasbourg est située rue Saint-Louis, dans le quartier du Finkwiller. De style baroque, elle est dédiée au culte catholique.

Elle est parfois nommée église Saint-Louis en ville pour la différencier de l’église catholique de la Robertsau également dédiée à Saint-Louis.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’emplacement de l’église se dressait un couvent de carmes jusqu’à la réforme protestante. Sécularisé 1528, il devînt un bâtiment d’habitation comportant également un magasin à suif[1].

Une première église dédiée à Saint-Louis est construite en 1687[2] durant la période où le culte catholique reprit une place importante en Alsace, sous le règne de Louis XIV. L’appellation « Saint-Louis-des-Français », en l'honneur du Roi Soleil, apparait à la même époque. L’église était un pèlerinage à Notre-Dame des Douleurs[2].

L'église est vendue en 1790, au cours de la révolution française. À la suite d'un incendie en 1805, elle devient un magasin à tabac[1]. On reconstruit l’église entre 1825 et 1827, conservant une apparence très dépouillée. L’église est de style néobaroque et néoclassique, une partie de l’aménagement est également contemporaine de la construction du XIXe siècle.

Le retable présente trois statues de 1893 : Saint-Augustin, pour les chanoines du XVIIe siècle, Sainte-Thérèse d'Avila en mémoire des carmes, et Saint-Louis, patron de l’église. La nef comporte une chaire sculptée par Théophile Klem et récompensée par un diplôme d’honneur lors de l’exposition industrielle et artisanale de Strasbourg en 1895. L'église compte également des peintures à l’huile de Martin Feuerstein représentant des épisodes de la vie de Saint-Louis.

Dans les années 1930, les frères Ott réalisent des vitraux pour l'église.

Le chœur est rénové entre juin et octobre 2015.

Orgue[modifier | modifier le code]

Orgue de l’église

L’orgue de tribune datant 1896, dont le buffet est classé aux monuments historiques au titre objet[3],[4], ainsi que les peintures du chœur de Martin Feuerstein sont remarquables.

L’orgue est construit par Charles et Edgard Wetzel dans un buffet néobaroque réalisé par Paul Klein. Il remplace un instrument de Jean-Conrad Sauer. Il est basé sur un orgue Cavaillé-Coll et a 25 jeux avec Machine-Barker. L’instrument n'a été que très peu modifié au fil du temps. Plusieurs tuyaux de l’orgue ont été dérobés en 1973. Ils ont été remplacées en 1983[5].

Grand Orgue C–g3
1. Bourdon 16'
2. Montre 8'
3. Bourdon 8'
4. Flûte 8'
5. Prestant 4'
6. Cor de nuit 4'
7. Doublette 2'
8. Fourniture IV
9. Cymbale III
10. Trompette 8'
II Récit expressif C–g3
11. Bourdon 8'
12. Salicional 8'
13. Voix céleste 8'
14. Prestant 4'
15. Nasard 22/3'
16. Quarte de nasard 2'
17. Tierce 13/5'
18. Cymbale III
19. Basson/Hautbois 8'
Trémolo
Pédale C–f1
20. Contrebasse 16'
21. Soubasse 16'
22. Basse 8'
23. Prestant 4'
24. Bombarde 16'
25. Trompette 8'

Culte[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2012 l’église sert à la fois à la paroisse territoriale et à la paroisse de la Croix glorieuse. Cette dernière officie avec le rite tridentin, l’abbé Gouyaud étant en même temps curé de la paroisse Saint-Louis et curé de la Croix glorieuse[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b P. J. Fargès-Méricourt, Description de la ville de Strasbourg, Strasbourg, F. G. Levrault,‎ , 284 p. (lire en ligne), p. 76-77
  2. a et b M. Th. de Bussière, Cultes et pèlerinages de la Très-Sainte Vierge en Alsace, Paris, Henri Plon,‎ , 408 p. (lire en ligne), p. 151-152
  3. « orgue de tribune », base Palissy, ministère français de la Culture
  4. « orgue de tribune : buffet d'orgue », base Palissy, ministère français de la Culture
  5. « Informations sur l’orgue » (consulté le 15 décembre 2012)
  6. « Appel aux paroissiens de Saint-Louis et de la Croix glorieuse » (consulté le 16 décembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Braun, « L'église Saint-Louis », in Églises de Strasbourg (photographies de Jacques Hampé, préface de Victor Beyer), Oberlin, Strasbourg, 2002, p. 208-209 (ISBN 2-85369-237-X)
  • Roland Recht, Jean-Pierre Klein et Georges Foessel (dir.), « Place et rue Saint-Louis » in Connaître Strasbourg : cathédrales, musées, églises, monuments, palais et maisons, places et rues, Alsatia, Colmar ?, 1998 (nouvelle édition remaniée), p. 185 (ISBN 2-7032-0207-5)
  • Un chœur en or(s), article des DNA du 13 novembre 2015.
  • Saint-Louis-des-Français, article des DNA du 13 novembre 2015.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]