Karin Dreijer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fever Ray)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’album, voir Fever Ray (album).
Karin Dreijer
Description de cette image, également commentée ci-après

Karin Dreijer lors d'un concert de Fever Ray en octobre 2009

Informations générales
Surnom Fever Ray
Nom de naissance Karin Elisabeth Dreijer
Naissance (41 ans)
Nacka
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Electropop, electronica, trip hop
Années actives Depuis 1994
Labels Rabid, Brille, Mute
Influences Aphex Twin
Björk
Jan Hammer[1]
Site officiel « Site officiel de Fever Ray » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2015-02-25

Karin Elisabeth Dreijer[2] (précédemment connue comme Karin Dreijer Andersson), née le à Nacka, est une auteur-compositeur-interprète suédoise.

Elle est principalement connue en tant que chanteuse du duo de musique électronique The Knife, formé avec son frère Olof Dreijer. Sous le pseudonyme de Fever Ray, elle sort également en 2009, un album solo éponyme. Son style vocal est à la fois perçant et grave, caractérisé par son accent et l'utilisation de correcteur de pitch. Sur scène, elle est connue pour porter des masques et son utilisation de rayons laser[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Honey Is Cool (1994-2000)[modifier | modifier le code]

De 1994 à 2000, Karin Dreijer est la chanteuse du groupe de Rock alternatif Honey Is Cool (en).

The Knife (1999-2014)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Knife.

Elle fonde avec son frère Olof, le groupe The Knife en 1999.

Fever Ray (2009-2012)[modifier | modifier le code]

En 2005, Karin participe au titre What Else Is There? de Röyksopp, sorti sur l'album The Understanding. En 2008, elle donne sa voix pour le titre Slow du groupe dEUS de l'album Vantage Point. En 2009, elle prête de nouveau sa voix à Röyksopp pour les titres This Must Be It et Tricky Tricky de l'album Junior.

Alors que The Knife se sépare le temps d'une pause, Karin sort son premier album solo sous le nom de Fever Ray en mars 2009 sous le label Rabid Records en Europe et en janvier 2009 sous le label Mute Records en Amérique du Nord. If I Had a Heart, le premier single de l'album, est sorti numériquement le 15 décembre 2008. L'album intitulé Fever Ray est sorti en version numérique le [4]. Il a été acclamé par la critique, et Dummymag.com en a fait son artiste préférée de l'année 2009[5].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2008 : If I Had a Heart
  • 2009 : When I Grow Up
  • 2009 : Triangle Walks
  • 2009 : Seven
  • 2009 : Stranger Than Kindness
  • 2009 : Keep the Streets Empty for Me
  • 2010 : Mercy Street

Collaborations[modifier | modifier le code]

Titre Année Artiste Album
Cat 1996 Mazarine Street The Beast of Mazarine Street[6]
Volksblues 1998 The Bear Quartet Personality Crisis[7]
Wasted 2000 Robot Fake or Real?[8]
Be a Stranger 2001 The Bear Quartet Gay Icon[9]
Axe Man Silverbullit Citizen Bird[10]
Lost in the City Nights Yvonne Hit That City[11]
What Else Is There? 2005 Röyksopp The Understanding[12]
Slow 2008 dEUS Vantage Point[13]
This Must Be It 2009 Röyksopp Junior[14]
Tricky Tricky
Discourse My New Romance 2014 Shinedoe Illogical Directions[15]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Discover who influenced Fever Ray », sur inflooenz.com (consulté le 17 décembre 2015)
  2. (sv) « Karin Dreijer », sur Ratsit.se
  3. (en) « Interviews: Fever Ray », sur Pitchfork,‎ (consulté le 17 décembre 2015)
  4. Fever Ray's Debut Album Released Digitally
  5. (en) « Fever Ray is the best. », sur www.dummymag.com,‎ (consulté le 17 décembre 2015)
  6. The Beast of Mazarine Street, Mazarine Street, 1996, Fine Tone Recordings
  7. Personality Crisis, The Bear Quartet, 1998, A West Side Fabrication
  8. Fake or Real?, Robot, 2000, BMG Sweden
  9. Gay Icon, The Bear Quartet, 2001
  10. Citizen Bird, Silverbullit, 2001, North of No South Records
  11. Hit That City, Yvonne, 2001, LED Recordings
  12. John Burgess, « Röyksopp, The Understanding », The Guardian,‎ (consulté le 11 janvier 2013)
  13. Tony Robert Whyte, « dEUS – Vantage Point », Drowned in Sound,‎ (consulté le 11 janvier 2013)
  14. Mark Pytlik, « Röyksopp: Junior », Pitchfork Media,‎ (consulté le 11 janvier 2013)
  15. « Recommended Dose: The Best Dance Tracks Of May », http://bandwidth.wamu.org/ (consulté le 24 février 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]