Festyland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Festyland
Image illustrative de l’article Festyland

Ouverture
Superficie 10.2 ha
Pays Drapeau de la France France
Département Calvados
Commune Bretteville-sur-Odon
Type de parc Parc à thème
Nombre d'attractions Total : 27
Nb de montagnes russes : 2
Nb d'attractions aquatiques : 3
Nombre de visiteurs 225 000 visiteurs (2017)
Site web festyland.com
Coordonnées 49° 10′ 58″ nord, 0° 25′ 23″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie
(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Festyland
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Festyland

Festyland est un parc d'attractions situé à Bretteville sur-Odon, près de Caen, en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tunnel d’accès

Le parc, créé par Daniel Lair et Hervé Lebel, ouvre ses portes le [1].

L'attraction construite en 2009 nommée Tour d'Esnambuc d'après le flibustier normand Pierre Belain d'Esnambuc représente un investissement de 300 000 euros.

De 1993 jusqu'à fin janvier 2013, une vache emblématique assise sur une chaise haute ornait le parking du parc. Mesurant 7,5 m de haut[2], elle était précédemment présente à Zygofolis de 1987 à 1991. Composée d'acier, de polystyrène et de fibre de verre, elle est démontée en vue d'être détruite et ensuite recyclée.

La mascotte est remplacée en 2013 par un totem de plus de 8 m de haut, dominé au sommet par Festy, un petit dinosaure coiffé d’un casque de Viking, nouvelle mascotte du parc[2].

La Place 1900 est créée en 2014.

Pour les 20 ans du quartier Viking, le parc inaugure un Air Race de 8 m de haut et 20 m de diamètre. Cette nouvelle attraction est nommée Miolnyr[3].

En 2018 Le parc construit 2 nouvelles attractions. Niorty est un Rockin' Tug et Troll Roll est un petit train pour enfants.

En 2019, le parc fête ses 30 ans. Pour cette occasion l'ambiance musicale change et deux nouvelles attractions — le carrousel de Jules sur deux étages et les Tacotines, des mini Formule 1 sur un parcours — s'ajoutent au parc.

Mascotte du parc[modifier | modifier le code]

Informations économiques[modifier | modifier le code]

Le parc occupe une surface de six hectares, le long de la ligne de Mantes-la-Jolie à Cherbourg, auxquels s'ajoutent les trois hectares du parking relié au parc par un passage sous le boulevard périphérique de Caen, entre les sorties Bessin et Porte de Bretagne. L'accès au parc se fait par la route départementale 9, entre Carpiquet et Caen.

En 2007, le parc mobilise 9 employés permanents, auxquels s'ajoutent 30 salariés d'avril à septembre et 85 en juillet et août[1].

En 2015 la société réalise un chiffre d'affaires de 3 484 000 euros et dégage un résultat de 183 200 euros. Les comptes récents ne sont pas disponibles[4].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Fréquenté par 34 000 visiteurs l'année de son ouverture[5], il en accueille 75 000 en 1997[5], 136 861 en 2004, 167 834 en 2005, 147 776 en 2006, 146 659 en 2007 et 141 163 en 2008[6].

Il atteint annuellement depuis 2009 plus de 170 000, avec 174 695 entrées en cette année[6].

En 2010 le nombre de visiteurs d'élève à 178 310. Puis 195 838 entrées en 2011, 193 181 en 2012 et 192 907 en 2013[7].

Il est fréquenté par 186 162 visiteurs en 2014[7], soit une diminution de 3,5% par rapport à 2013.

En 2020 son ouverture est reportée au 20 juin au lieu du 4 avril et voit une baisse de sa fréquentation en raison de l'absence de clientèle étrangère et des centres de loisirs et colonies de vacances[8].

Les attractions[modifier | modifier le code]

L'ambiance du parc repose sur l'histoire de la Normandie. Il est ainsi conçu autour de 4 thématiques normandes :

La Belle époque : le renouveau de la normandie[modifier | modifier le code]

  • Carrousel de Jules : carrousel sur 2 étages (2019)
  • Les Tacotines : course de mini Formule 1 (2019)
  • Côte de nacre : bateaux tamponneurs (1996)
  • Nationale 13 : balade en tacots (1989, Soquet)
  • Paris-Granville : train panoramique

Les pirates normands : corsaires et explorateurs du XVIIème siècle.[modifier | modifier le code]

Le Moyen-âge : sur les traces de Guillaume le Conquérant et de Richard cœur de Lion.[modifier | modifier le code]

Les Vikings : l'aventure des Normands[modifier | modifier le code]

Les anciennes attractions[modifier | modifier le code]

  • Carrousel des arts : carrousel
  • Spectacle médiéval : (1989 à 2010)
  • Petits Cochons : petit train pour enfants, Marcel Lutz
  • Le Dôme : cinéma en relief (2008 à 2014)
  • Les Essards : course de mini Formule 1 (1996)
  • Balade en Suisse normande : mini-canoës

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Dossier Press FESTY 2007 » [PDF] (consulté le 13 janvier 2009)
  2. a et b « Ouest-france.fr - La vache symbole de Festyland se fait la malle », sur Ouest-France (consulté le 6 mars 2013)
  3. « Une nouvelle attraction pour Festyland en 2017 » (consulté le 6 octobre 2016)
  4. « Festyland », sur www.societe.com (consulté le 4 août 2019)
  5. a et b « Dossier de presse 2015 », (consulté le 15 août 2015)
  6. a et b « La fréquentation dans les sites et lieux de visite en Normandie : 2004-2009 », (consulté le 23 juillet 2016)
  7. a et b « La fréquentation dans les sites et lieux de visite en Normandie », sur ctn.pro-normandie-tourisme.com (consulté le 11 janvier 2019)
  8. Zoé Boiron, « Près de Caen. À Festyland, « la saison est sacrifiée » », Ouest France,‎ (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]