Escroquerie sentimentale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ce passeport falsifié a réellement servi dans une escroquerie sentimentale. Un observateur attentif remarque ses incohérences : la photo n'est pas compatible avec les réglementations en vigueur pour les documents officiels ; néanmoins, les cibles de fraude sentimentale tendent à omettre les indices d'un problème[1].

L'escroquerie sentimentale, ou arnaque sentimentale, est, sur Internet, une escroquerie en ligne consistant à feindre des sentiments amoureux envers une victime pour gagner son affection et sa confiance avant de recourir à des artifices (fausses déclarations) pour lui soutirer de l'argent[2]. Dupée par les mensonges, la victime donne de son propre gré l'accès à ses ressources financières, son compte bancaire, ses cartes de paiement, son passeport, ses adresses e-mail ou ses identifiants. Dans une variante, l'escroc force la victime à commettre une malversation financière à son profit[3],[4], ce qui la rend complice[2].

Ces actes sont souvent perpétrés par des bandes organisées de délinquants, qui se coordonnent pour soutirer de l'argent à plusieurs victimes en même temps[5]. Chaque année, les escroqueries sentimentales font perdre davantage d'argent que d'autres types de fraude en ligne, comme celle du faux support technique (en)[5].

Tromperie des victimes[modifier | modifier le code]

Genre et âge des victimes d'escroqueries sentimentales en ligne en 2011.

Les escrocs visent des personnes d'âge moyen car elles possèdent souvent davantage d'actifs financiers à leur soustraire (maison ou fonds de retraite)[5].

Les escrocs savent très bien jouer sur les sentiments de leur victime : ils envoient des poésies d'amour, des jeux érotiques, de nombreuses promesses de mariage. Cette phase dure le temps que l'escroc s'assure une emprise sur la victime. Puis il réclame de l'argent, en prétextant des frais de transport pour rendre visite à la victime, ou des frais médicaux ou scolaires, ou une situation familiale urgente et grave[2]. L'escroc formule souvent la promesse qu'il viendra s'installer avec sa victime. La victime peut aussi être invitée à voyager dans le pays où vit l'escroc, munie de cadeaux pour la famille ou d'une somme d'argent prétendument nécessaire pour corrompre les autorités et s'assurer le passage ; la victime est alors agressée et dépouillée, voire assassinée[6].

L'opération d'escroquerie prend fin, en général, au moment où la victime comprend la nature réelle de la relation et cesse d'envoyer de l'argent. Souvent, les victimes, choquées et honteuses d'avoir été dupées, hésitent à signaler le problème aux autorités[2].

Vol de photos[modifier | modifier le code]

Pour créer leurs profils sociaux, les escrocs aux sentiments volent des photographies de personnes attirantes afin d'inciter autrui à entrer en contact[7]. Cette pratique est souvent appelée le catfishing. Les escrocs peuvent aussi se faire passer pour des militaires, ce qui leur fournit des prétextes pour refuser une proposition de rencontre en personne.

Les escrocs ne ressemblent pas du tout aux photos qu'ils envoient aux victimes, ce qui explique pourquoi ils refusent les rencontres en face à face et même les appels vidéo. Ils fournissent des prétextes a priori vraisemblables pour justifier cet évitement : ils racontent qu'ils sont en voyage ou que leur caméra est cassée[5].

Les personnes qui falsifient leur identité pour duper leur interlocuteur avec une escroquerie sentimentale sont parfois appelées des « brouteurs » ou « arnacœurs »[7].

Variantes[modifier | modifier le code]

Un procédé en plein développement consiste à se faire passer pour un membre de l'armée des États-Unis. Les escrocs usurpent les images, les noms et les profils de soldats pour susciter la confiance et l'admiration chez leurs victimes[8]. Les services de communication institutionnelle des armées publient couramment des informations sur des soldats, sans préciser leur situation familiale ou personnelle ; ces photos sont volées par les escrocs.

En pareil cas, les escrocs déclarent à leur victime qu'ils se sentent seuls, ou qu'ils financent un orphelinat sur leurs propres deniers, ou qu'ils ont besoin d'aide financière parce qu'ils n'ont pas accès à leurs comptes bancaires dans un théâtre d'opérations. L'argent est toujours envoyé à un tiers, puis recueilli par l'escroc. Ce tiers peut être une personne réelle ou fictive. Pour recevoir des fonds transitant par Western Union et MoneyGram, il n'est pas nécessaire de présenter une pièce d'identité si l'expéditeur indique une phrase codée et sa réponse. L'argent peut être recueilli n'importe où dans le monde. Certains escrocs réclament des Bitcoins[6].

Escrocs opérant en groupe[modifier | modifier le code]

Les réseaux de délinquants piègent des personnes esseulées, n'importe où dans le monde, avec de fausses promesses d'amour[9]. Ils publient leurs profils sur des sites de rencontres, des réseaux sociaux, des sites privés et même des forums en ligne, en quête de nouvelles victimes[10],[5]. En général, l'escroc cherche à obtenir un moyen de communication plus direct, c'est-à-dire par email ou par téléphone pour gagner la confiance de sa victime[11],[5].

Comme les escrocs travaillent en groupe, il existe un roulement : en permanence, un membre du groupe est prêt à contacter la victime par e-mail ou par texto[5]. Dans ce roulement, chaque escroc incarne le même rôle envers les différentes victimes, ce qui ne transparaît pas dans des messages textuels. Ce système ne fonctionnerait pas si les escrocs devaient rencontrer leur victime, soit physiquement, soit dans des appels vidéos ou des conversations par téléphone.

Le phénomène est particulièrement développé en Côte d'Ivoire et au Nigeria[7]. Les poursuites lancées n'aboutissent guère, soit par manque de preuves, soit en raison de carences dans la coopération judiciaire internationale[7].

Recrudescence et conséquences économiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis en 2016, le Federal Bureau of Investigation a reçu des signalements représentant au total une perte de 220 millions de dollars chez les victimes d'escroquerie sentimentale[12]. Ce montant est dix fois plus élevé que celui des hameçonnages et presque cent fois plus que les cyberattaques au rançongiciel[12].

D'après les statistiques du FBI, ce délit connaît une recrudescence alarmante. Aux États-Unis, la perte financière représentait 211 millions de dollars en 2017 et 475 millions en 2019[13],[14]. Les signalements s'accélèrent : 15 372 cas en 2017, 19 473 deux ans plus tard.

En Australie aussi, le gouvernement estime que cette forme de délinquance devient plus fréquente[15]. Les pertes représentaient 20,5 millions de dollars en 2017 et 28,6 en 2019. Le site gouvernemental SCAMwatch fournit des informations pour détecter, éviter et signaler ces escroqueries[16],[17],[4].

En 2019 au Canada, l'arnaque amoureuse a coûté 19 millions de dollars et causé plus de 600 victimes et 972 plaintes ; en moyenne, les victimes ont perdu 28 000 dollars[2],[18].

Dénominations[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs termes pour décrire l'escroquerie sentimentale :

  • romance scam[19]
  • « escroquerie sentimentale »[20],[21],[22]
  • « fraude sentimentale »[20]
  • « arnaque à la romance »[23],[24]
  • « arnaque à l'amour »[25],[26]
  • « arnaque sentimentale »[22],[27]
  • « arnaque amoureuse »[2]
  • « stratagèmes de rencontre »[18]
  • « escroqueries amoureuses »[18]

Les auteurs du délit sont parfois désignés comme « brouteurs » ou « arnacœurs »[7].

Illustrations dans la fiction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Internet Dating and Romance Scams » [archive du ], sur Travel.state.gov
  2. a b c d e et f François Breton-Champigny, « Arnaque amoureuse: comprendre un phénomène douloureux pour le cœur... et le cash », journaldemontreal.com, .
  3. « Looking for Love? Beware of Online Dating Scams »
  4. a et b Shane Hickey, « Scammers target lonely hearts on dating sites »,
  5. a b c d e f et g (en-US) Paula Span, « When Romance Is a Scam », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  6. a et b « Online daters, be warned! 1 in 10 profiles are scams, report reveals » [archive du ] (consulté le )
  7. a b c d et e Laurie Fachaux, « En Côte d'Ivoire, les "brouteurs", ces pros de l’escroquerie sentimentale sur Internet », sur tv5monde.com, .
  8. Julie Power, « Love me don't: the West African online scam using US soldiers », The Sydney Morning Herald,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (en-US) « How A Billion-Dollar Internet Scam Is Breaking Hearts And Bank Accounts », HuffPost,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Love is lies », sur gimletmedia.com, Gimlet Media (consulté le )
  11. "Online Romance Scams Continue To Grow « https://web.archive.org/web/20120207202351/http://www.kmbc.com/money/9246998/detail.html »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ", KMBC-TV
  12. a et b (en-US) Rachel Monroe, « The Perfect Man Who Wasn't », sur The Atlantic (consulté le )
  13. « 2017 Internet Crime Report », sur FBI, (consulté le )
  14. « 2019 Internet Crime Report », sur FBI (consulté le )
  15. (en) Australian Competition and Consumer Commission, « Scam statistics », sur www.scamwatch.gov.au, (consulté le )
  16. « ScamWatch Australia »
  17. « Dating and romance scams », ScamWatch Australia
  18. a b et c « Les victimes de stratagèmes de rencontre ont perdu 19 millions de dollars en 2019 », sur Gendarmerie royale du Canada, .
  19. « Romance scam », sur votrepolice.ch.
  20. a et b « Escroquerie sentimentale », sur police.be
  21. Mathieu Tamigniau, « Escroquerie sentimentale: Nadine a donné 5.500€ à deux personnes rencontrées via Tinder, "elles avaient LOUÉ un numéro de téléphone via une application" », sur rtl.be,
  22. a et b « Arnaque en ligne », sur France Culture,
  23. « Escroquerie », sur demarches.interieur.gouv.fr
  24. « Liste des cybermalveillances traitées par l’assistant de diagnostic en ligne du dispositif Cybermalveillance.gouv.fr. - Escroquerie sentimentale », sur cybermalveillance.gouv.fr
  25. Xavier Martinage, « Un quinquagénaire victime d'une "arnaque à l'amour" », sur capital.fr, .
  26. Florise Vaubien, « "L'arnaque à l'amour", une escroquerie qui se répand sur Internet », sur rtl.fr, .
  27. Jonah Fisher, « Arnaque sentimentale : un faux mariage, et 250 000 $ perdus », sur bbc.com, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]