MoneyGram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MoneyGram

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargneVoir et modifier les données sur Wikidata
Action NASDAQ (MGI)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social 2828 N. Harwood
DallasVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité Virement bancaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.moneygram.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d’affaires 1 240 000 000 $ ()[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

MoneyGram est une entreprise américaine de transfert de fonds, basée à Dallas au Texas[2]. Elle possède un centre d’opération à Saint Louis Park dans le Minnesota et des bureaux régionaux et locaux dans le monde entier. MoneyGram est une société anonyme par actions enregistrées sous le code mnémonique MGI[3]. Les activités de MoneyGram sont divisées en deux catégories : les transferts de fonds internationaux et les produits financiers en papier[4]. L’entreprise travaille avec des particuliers et des entreprises à travers un réseau d’agents et de clients d’institutions financières.

MoneyGram est le deuxième plus grand fournisseur de transferts de fonds dans le monde[5],[6],[7]. L’entreprise est présente dans plus de 200 pays avec un réseau international d’environ 347 000 agents[4].

Historique[modifier | modifier le code]

MoneyGram International est née de la fusion de deux entreprises, Travelers Express basée à Minneapolis et Integrated Payment Systems basée à Denver. MoneyGram a été créée au début comme une filiale d’Integrated Payment Systems et est devenue, par la suite, une entreprise indépendante avant qu’elle ne soit acquise par Travelers en 1998[8]. En 2004, Travelers Express est devenu ce qu’on connait aujourd’hui comme MoneyGram International.

Travelers Express (1940 - 1997)[modifier | modifier le code]

Travelers Express, basée à Minneapolis, a été fondée en 1940[5]. Travelers Express, filiale de Viad Corporation, est devenue le plus grand fournisseur de mandats, à l’échelle nationale, avant de mettre en œuvre un plan de réorganisation de l’entreprise en 1993[9]. Et vers la fin des années 90, MoneyGram Payment Systems a desservi des clients dans plus de 22 000 emplacements dans 100 pays[10],[11].

MoneyGram Payment Systems (1988 - 1997)[modifier | modifier le code]

MoneyGram a été créée en 1988 comme filiale d'Integrated Payment Systems[10],[12],[13] Integrated Payment Systems était une filiale de First Data Corporation, qui était, elle-même, une filiale d'American Express[8]. Et en 1992, First Data est née d’American Express et a été publiquement cotée à la Bourse de New York[8],[11]. First Data Corporation a fusionné plus tard avec First Financial, les propriétaires du rival Western Union[8]. Pour approuver la fusion, la Commission de Commerce Fédérale a forcé First Data à vendre Integrated Payment Systems[12].

En 1996, Integrated Payment Systems, la plus grande entreprise, non bancaire, de transfert de fonds, est devenue une entreprise cotée en Bourse et a été renommée en MoneyGram Payment Systems[11],[12] En 1997, James F. Calvano, l'ancien président de Western Union, en est devenu le PDG[10].

MoneyGram International a été créée en 1997 par MoneyGram Payment Systems, un an après que l'entreprise soit devenue publique[10]. À l’époque lorsque MoneyGram International a été créée, MoneyGram Payment Systems détenait 51 % de l’entreprise, alors que les 49 % restants étaient détenus par Thomas Cook Group[14],[15].

MoneyGram International (1998 - aujourd'hui)[modifier | modifier le code]

En avril 1998, Viad a acquis MoneyGram Payment Systems[16] pour 287 millions de dollars[11]. MoneyGram a été alors intégrée dans Travelers Express (de Viad) à Minneapolis[11].

En 2003, Travelers Express a complètement pris possession du réseau de MoneyGram, y compris MoneyGram International[10]. Plus tard au cours de la même année, Viad a scindé Travelers Express[17]. En janvier 2004, Travelers Express a été renommée MoneyGram International[18] En juin 2004, Viad a vendu MoneyGram et est devenue une entité publiquement échangée et individuelle.

En 2006, MoneyGram International a grandi internationalement pour inclure plus de 96 000 agents[10]. L’entreprise a aussi introduit des services supplémentaires comme le paiement de factures et les transferts de fonds en ligne.

Durant la crise financière, les actions de MoneyGram sont tombées de 96 % entre 2007 et 2009[19]. Elle a perdu plus que 1,6 milliard de dollars d'investissements dans la crise des subprimes de 2008, et les pertes ont mené l’entreprise à vendre une grosse majorité de ses actions à Thomas H. Lee Partners et Goldman Sachs en échange d’une infusion en espèces[20]. Pendant la baisse, US Bancorp a transféré ses services de transfert de fonds à Western Union[21]. L'entreprise a commencé à être rentable de nouveau en 2009[21].

Durant la reprise de MoneyGram, Pamela Patsley est devenue la présidente exécutive de l’entreprise en janvier 2009 et a été nommée plus tard au poste de PDG en septembre de la même année[22],[23]. En novembre 2010, MoneyGram a officiellement délocalisé son siège principal international dans la ville de Dallas au Texas[19],[22]. L’entreprise continue à maintenir ces centres d’opérations et des centres informatiques internationaux à Minneapolis dans le Minnesota[19].

En janvier 2017, Alibaba via sa filiale Ant Financial Services, annonce l'acquisition de MoneyGram pour 880 millions de dollars, hors reprise de dettes[24]. Suite à cette annonce, Euronet Worldwide déclare lancer une offre sur MoneyGram pour 1 milliard de dollars[25]. Le groupe chinois Ant Financial propose également d'acquérir MoneyGram pour 1.2 milliards de dollars pour contrer l'offre d'Euronet[26].

Produits[modifier | modifier le code]

Transferts de fonds internationaux[modifier | modifier le code]

  • Transfert de fonds MoneyGram
  • Les services de paiement de factures de MoneyGram – permettant aux consommateurs d’effectuer des paiements urgents ou de payer les factures de routine de certains créanciers.

Produits financiers en papier[modifier | modifier le code]

  • Mandats – MoneyGram est le deuxième plus grand fournisseur de mandats[6].
  • Chèque certifiés – MoneyGram offre des services de sous-traitance de chèques certifiés qui sont disponibles aux institutions financières aux États-Unis. Les chèques certifiés sont utilisés par les consommateurs lorsqu’un bénéficiaire nécessite d’encaisser un chèque dans une banque et par les institutions financières pour payer leurs propres obligations.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://phx.corporate-ir.net/External.File?item=UGFyZW50SUQ9MTMyMzMxfENoaWxkSUQ9LTF8VHlwZT0z&t=1
  2. (en) Steve Brown, « MoneyGram chooses downtown Dallas for new headquarters », sur The Dallas Morning News, (consulté le 15 avril 2015)
  3. (en) NASDAQ, « Moneygram International, Inc. » (consulté le 15 avril 2015)
  4. a et b (en) MoneyGram, « About MoneyGram » (consulté le 15 avril 2015)
  5. a et b (en) « MoneyGram remittance costs are just 5% », sur Bizcommunity.com, (consulté le 15 avril 2015)
  6. a et b (en) Tara Lachapelle, Brooke Sutherland et Matthew Monks, « MoneyGram Seen Cashing In at Decade-High Price: Real M&A », sur Bloomberg, (consulté le 15 avril 2015)
  7. (en) « MoneyGram claims bank status in tax dispute with U.S. IRS », sur Reuters, (consulté le 15 avril 2015)
  8. a, b, c et d (en) Eric Dash, « Western Union, Growing Faster Than Its Parent, Is to Be Spun Off », sur The New York Times, (consulté le 15 avril 2015)
  9. (en) Debora Vrana, « Travelers Express to Reorganize, Close Anaheim Office », sur Los Angeles Times, (consulté le 15 avril 2015)
  10. a, b, c, d, e et f (en) Paul R. Greenland, International Directory of Company Histories, vol. 94, Detroit, St. James Press, , p. 315-318
  11. a, b, c, d et e (en) Steven Lipin, « Viad of Phoenix Agrees to Acquire Payments Firm for $287 Million », sur The Wall Street Journal, (consulté le 15 avril 2015)
  12. a, b et c (en) « First Data Spinning off MoneyGram Unit », The Record,‎
  13. (en) « Form 8-K », sur Securities and Exchange Commission, (consulté le 15 avril 2015)
  14. (en) « Moneygram, Thomas Cook form Joint Venture for », sur Bloomberg, (consulté le 15 avril 2015)
  15. (en) « Form 10-K », sur MoneyGram, (consulté le 15 avril 2015)
  16. (en) Mary Vandeveire, « Viad buys MoneyGram for $219 M », Phoenix Business Journal,‎
  17. (en) Tom Smith, « 35. MoneyGram International Inc. », sur Minneapolis/St. Paul Business Journal, (consulté le 15 avril 2015)
  18. (en) « Viad completes MoneyGram spinoff », sur Phoenix Business Journal, (consulté le 15 avril 2015)
  19. a, b et c (en) Jennifer Bjorhus, « MoneyGram closing Brooklyn Center offices; 28 to lose jobs June 30 », sur Star Tribune, (consulté le 15 avril 2015)
  20. (en) « MoneyGram Seen Cashing In at Decade-High Price: Real M&A », sur Bloomberg, (consulté le 15 avril 2015)
  21. a et b (en) Chris Serres, « MoneyGram paid ex-CEO $13.1 million », sur Star Tribune, (consulté le 15 avril 2015)
  22. a et b (en) Shashana Pearson-Hormillosa, « MoneyGram CEO Pamela Patsley works to build new company legacy », sur Dallas Business Journal, (consulté le 15 avril 2015)
  23. (en) Karen Nielsen, « MoneyGram's Turnaround Artist », sur D Magazine, (consulté le 15 avril 2015)
  24. Alibaba affiliate Ant Financial to buy MoneyGram, Reuters, 26 janvier 2017
  25. Euronet Worldwide trumps Ant Financial's offer to buy MoneyGram, Sruthi Shankar et Anna Irrera, Reuters, 14 mars 2017
  26. « Alibaba renchérit pour engloutir MoneyGram », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)