Ernst von Glasersfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ernst von Glasersfeld

Ernst von Glasersfeld, né le à Munich et mort le [1] à Leverett (en) (Massachusetts), est un philosophe, cybernéticien, psychologue, qui a notamment œuvré pour une approche constructiviste de l'épistémologie, approche qu'il qualifie lui-même de constructivisme radical.

E. von Glaserfeld propose ainsi de "Ne plus considérer la connaissance comme la recherche de la représentation iconique d'une réalité ontologique, mais comme la recherche de manière de se comporter et de penser qui convienne. La connaissance devient alors quelque chose que l'organisme construit dans le but de créer de l’intelligibilité dans le flux de l'expérience."[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une enfance passée à Prague, Ernst von Glasersfeld obtient sa maturité en Suisse en 1935 puis commence à étudier les mathématiques à l'université de Vienne. En 1936, il part à Paris étudier la logique, la philosophie et la psychologie. Lorsque les Nazis envahissent l'Autriche, tous les biens de sa famille sont confisqués. En 1939, il émigre en Irlande où il devient fermier et, en 1945, il obtient la nationalité irlandaise.

En 1947, von Glasersfeld part en Italie travailler avec Silvio Ceccato au sein de l'Italian Operational School. Il devient consultant et conseiller pour les langues de Ceccato et correspondant en Italie de plusieurs journaux allemands et anglais. De 1960 à 1966, il occupe différents postes universitaires en Italie, notamment au sein du Center for Cybernetics de Milan. En 1962, il est nommé directeur du projet en linguistique computationnelle. En 1965, il rencontra Heinz von Foerster.

Entre 1967 et 1987, il travaille au sein du département de psychologie de l'université de Géorgie où Charles Smock lui fait découvrir les théories de Jean Piaget. En 1970, von Glasersfeld se rend à une rencontre à Tullahoma (Tennessee) où von Foerster, William Ross Ashby et Humberto Maturana lui présentent les fondations de la cybernétique de second ordre. En 1981, il publie dans l'ouvrage collectif de Paul Watzlawick L'invention de la réalité son article Une introduction au constructivisme radical dans lequel il présente Giambattista Vico comme le premier philosophe "constructiviste".

À partir de 1987, il a travaillé au sein de l'université du Massachusetts.

Il meurt le à l'âge de 93 ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Une liste complète de ses livres et articles est publiée sur son site, dont de nombreux articles disponibles en pdf (essentiellement en anglais et allemand, quelques-uns en français).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. LA Times
  2. E. von Glaserfeld, " L'invention de la réalité " (dans P. Watzlawick, 1981-1985, p. 41)