Erbo Graf von Kageneck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Erbo Graf von Kageneck
Image illustrative de l'article Erbo Graf von Kageneck

Naissance 2 avril 1918
Bonn
Décès 12 janvier 1942 (à 23 ans)
Naples
Origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Allégeance Flag of the German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme Balkenkreuz.svg Luftwaffe
Grade Hauptmann
Années de service 1939-1941
Conflits Seconde Guerre mondiale
Commandement 9./JG 27
Faits d'armes Campagne de Pologne
Bataille de France
Bataille d'Angleterre
Front Ouest
Campagne des Balkans
Front Est
Théâtre méditerranéen
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne

Erbo Graf von Kageneck (né le 2 avril 1918 et mort le 12 janvier 1942) est un aviateur allemand. Issu d'une famille noble de longue lignée, il participa à la Seconde Guerre mondiale en tant que pilote de chasse au sein de la Luftwaffe. Crédité de 63 victoires en combat aérien, il sera grièvement blessé en Afrique du Nord fin décembre 1941 et n'en survivra pas. Il était alors dans le top 10 des plus grands as de l'armée de l'air allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Erbo Graf von Kageneck est le quatrième des six enfants (cinq garçons et une fille) du comte Karl von Kageneck et de Maria (surnommée Ria) baronne Schorlemer. Prénommé Arbogast en hommage à un lointain chevalier Kageneck du Xe siècle, son prénom se résuma très vite à Erbo. Son père Karl von Kageneck commandait une brigade d'infanterie pendant la Première Guerre mondiale et Ria sa mère fut volontaire pour servir dans la Croix-Rouge au cours de la même période. Erbo ne vit le jour que grâce à une permission de 48 h à Berlin dont bénéficia son père Karl en août 1917. Constamment au front depuis, et fait prisonnier par les Canadiens en juin 1918, il ne revit sa famille et son dernier-né que fin 1919.

Malgré les contraintes d'après guerre subies par son pays, Erbo von Kageneck vécut une enfance heureuse avec les siens, alternant entre le château familial de Lieser de sa grand-mère maternelle, et une propriété que son père acheta pour cultiver la terre. Ce dernier, d'abord attiré par une carrière politique, se tint finalement à l'écart de tout militantisme, préférant à tous mouvements extrémistes, une ligne modérée conforme aux valeurs de l'empire. Des années plus tard, il fut révolté des discours tenus à la radio par un certain Adolf Hitler à propos des juifs, tout en reconnaissant en cet homme des talents d'orateur et son désir de redresser une Allemagne gangrenée par le chômage et le traité de Versailles. On est alors au début des années 1930.

Adolescence difficile[modifier | modifier le code]

Charmant mais turbulent, le jeune Erbo ne s'améliora pas à l'adolescence. Malgré une éducation stricte au collège des jésuites dont bénéficièrent aussi ses trois premiers frères, il détestait l'autorité et était très caractériel. Ses professeurs reconnaissaient toutefois en lui son enthousiasme et l'envie d'apprendre. Le jeune homme était particulièrement adroit de ses mains, et excellait au tir à la carabine. C'est pendant les grandes vacances qu'Erbo fit la connaissance du monde de l'aviation en assistant émerveillé avec toute sa famille à la voltige aérienne auquel se donnaient avec passion d'anciens combattants allemands de la grande guerre. Adolf Hitler devint finalement chancelier du président Hindenburg, dont Karl von Kageneck n'attendait rien de bon. Avide de liberté, son fils Erbo tomba tête bêche dans le mouvement des jeunesses hitlériennes, trop heureux de défiler en rang serré dans les rues de Bad Godesberg en culotte courte et en chemise brune afin d'attirer le regard de jolies filles présentes dans la foule. Il s'avéra en effet qu'Erbo était moins attiré par l'idéologie nationale-socialiste que par un désir fougueux d'échapper à la discipline stricte des jésuites. Catholicisme et nazisme n'étant pas compatibles, tous deux s'accordaient en revanche sur le fait qu'un jeune homme devait rester pur jusqu'à ses 21 ans. C'était mal connaître Erbo von Kageneck qui, tombé amoureux d'une jeune fille de Godesberg, n'hésita pas à braver plusieurs fois l'interdit pour rejoindre sa dulcinée en cachette. Après plusieurs avertissements, Erbo fut finalement renvoyé de l'école.

Sévèrement puni par son père, il fut placé dans un autre établissement mais rien n'y fit : les conquêtes amoureuses primaient sur le travail scolaire. Jusqu'au jour où l'emprunt d'une moto d'un de ses amis se termina dans les décors. Erbo eut l'épaule et le bras gauche sévèrement touchés à tel point que l'amputation fut à un moment envisagée. Il guérit finalement après plus d'un mois mais seule l'armée pouvait désormais sauver un jeune homme de 17 ans cherchant en permanence à se prouver quelque chose. Seul problème, obtenir l'Abitur (ou le bac allemand) était le passage obligé pour devenir officier. Grâce aux relations de sa mère, Erbo put intégrer une troisième école en septembre 1936 et cette dernière année scolaire se déroula sans aucune fausse note, dans tous les sens du terme. Meilleur élève de sa classe, excellent en sport puis diplôme en poche dans la foulée, Erbo était en homme transformé, animé désormais par un seul but : devenir aviateur dans la nouvelle Luftwaffe.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Tout comme ses trois frères cadets avant lui, Erbo intégra donc l'armée mais dut faire un passage obligé de six mois au service du travail obligatoire pour le Reich. Tous étaient très enthousiastes au grand dam de leur père Karl qui voyait cette nouvelle armée idéologique aux antipodes de celle qu'il avait lui-même connue au temps du Kaiser. Erbo apprit à voler sur biplan Arado 25 puis grimpa les échelons en passant sur chasseur opérationnel Arado 68 et Heinkel 51. Puis vint la nouvelle monture de la Luftwaffe, le Me 109 qui allait devenir le fleuron de cette arme. Au printemps 1939, Erbo intégra la nouvelle JG 1, dont seul un groupe est formé, et vole avec la 2e escadrille (2./JG 1). Fidèle à ses habitudes, le jeune Leutnant fit également une nouvelle conquête amoureuse mais le ciel européen s'assombrissant de plus en plus, son unité fut déplacée en Prusse-Orientale fin août 1939.

Erbo ne fut pas seul à faire le déplacement, deux de ses frères Franz-Joseph et Fritz-Leo étaient en partance avec leur régiment d'infanterie pour la France, tandis que l'aîné Clemens-Heinrich arrivait en Poméranie orientale avec son régiment de char. Le cinquième frère, August, plus jeune, n'a intégré l'armée que quelques mois plus tôt. Le 1er septembre, Erbo von Kageneck, un de ses amis le Leutnant Ludwig Franzisket et la trentaine de pilote du groupe I./JG 1 décollent à 5 heures du matin pour attaquer deux aérodromes près de Grodno. Les succès au sol sont conséquents et les attaques terrestres sont le train-train quotidien des pilotes du groupe durant dix jours. Mais ces derniers n'auront pas l'occasion d'affronter l'adversaire en combat aérien et rentreront frustrés, Erbo le premier. La Pologne capitulera très vite malgré une résistance méritante.

Campagne de France et premières victoires[modifier | modifier le code]

À la drôle de guerre interminable qui suivit succéda la bataille de France le 10 mai 1940 où le concept du Blitzkrieg demeura efficace. Le I./JG 1 se tailla une bonne réputation durant cette bataille où les pilotes font jusqu'à sept sorties par jour. Erbo ouvre son score en abattant un Maurane-Saulnier qui ne sera pas confirmé faute de témoin. Il se rattrape le 12 mai en abattant deux bimoteurs Blenheim au petit matin. Mais l'avance allemande est tellement rapide que les unités changent souvent de base, ce qui n'empêche pas Erbo d'écrire souvent à ses parents. Les 5 et 6 juin, se sont deux chasseurs de plus qui tombent sous ses coups mais la guerre contre la France se termine bientôt. Erbo a remporté 4 victoires, moitié moins que son ami Ludwig Franzisket de la 1./JG 1 (9 victoires), et très loin derrière le vétéran de la guerre d'Espagne Wilhelm Balthasar et ses 23 succès, meilleur score allemand durant cette campagne. Grâce à sa connaissance de la langue de Molière apprise chez les jésuites, Kageneck put discuter avec quelques prisonniers français. Il constata que beaucoup d'entre eux avaient été enrôlés de force dans l'armée et que l'ambiance était très loin de celle qui régnait au sein de la Wehrmacht. Mais l'Angleterre elle, n'avait pas encore dit son dernier mot…

Bataille d'Angleterre[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la Luftwaffe avait à peine quatre ans d'existence. Certaine escadre de chasse dotée normalement de trois groupes, n'en avait en réalité qu'un ou deux, et n'était donc pas complète, sans compter que les pertes les avaient affaiblis en matériel. Celles ne comportant qu'un groupe furent donc dissoutes et renommées pour compléter les escadres à deux groupes. La JG 1, initialement affectée à la défense du Reich de par son numéro, ne possédait qu'un groupe, et donc n'avait plus lieu d'être, d'autant que les incursions de l'aviation ennemie sur l'Allemagne n'avaient pas encore commencé.

Le I./JG 1 fut donc renommé III./JG 27 le 5 juillet 1940, les escadrilles 1, 2 et 3 devinrent respectivement 7, 8 et 9./JG 27. Mais même avec des escadres complètes, les chasseurs allemands se heurtaient à de nombreux problèmes : voler longtemps au-dessus de l'eau pour atteindre les côtes britanniques, faible autonomie du Me 109, adversaires à la hauteur. Le 19 juillet, Kageneck descend deux Hurricanes mais il est lui-même touché par la DCA anglaise et termina son vol en crashant son avion à l'atterrissage. Résultat, un œil gauche diminué et quelques jours de convalescence chez son oncle pour chasser le chevreuil dans son domaine privé.

En août, l'équilibre entre les forces aériennes allemandes et britanniques était précaire, mais bascula finalement du côté de ces derniers, mieux organisés et combattant au-dessus de leur territoire. Paradoxalement, les scores allemands furent plus élevés que ceux de leurs adversaires. Guéri et promu Oberleutnant, Erbo améliora lui aussi son score : deux Spitfire les 18 août et 2 septembre avant de devenir seize jours plus tard Staffelkapitän de la 9./JG 27, puis de porter son score à 13 à l'issue de la bataille.

Les Balkans[modifier | modifier le code]

Ayant renoncé depuis longtemps à envahir la Grande-Bretagne faute d'avoir acquis la supériorité aérienne, Hitler compte sur ses sous-marins pour affaiblir les Anglais. Beaucoup d'unités de la Luftwaffe se retrouvent donc en stand-by comme à l'époque de la drôle de guerre. La III./JG 27 n'échappe pas à la règle et Erbo doit ronger son frein. Plus pour longtemps car Hitler décide de venir en aide à Mussolini qui piétine dans les Balkans. En seulement quelques jours, la Yougoslavie capitule, imitée par la Grèce une semaine après. Tout comme en Pologne, le groupe de Kageneck se contenta d'attaques au sol et ne put livrer aucun combat aérien. Erbo admire le peuple grec pour son courage et critique les Anglais qui les abandonnent en pleine bataille. Ces derniers tenaient toutefois farouchement l'île de Malte et le III./JG 27 dut donc déménager en Sicile. Est déjà présente la 7./JG 26 de Joachim Müncheberg, un as avec plus de 40 victoires mais aussi un vieil ami et camarade de promotion dont Erbo et heureux de se revoir (les deux hommes sont nés la même année).

Outre le mitraillage et le largage de bombes sur l'île maltaise ultra bien défendu par la DCA anglaise, Kageneck renoue également avec le succès en abattant quatre Hurricane entre le 6 et le 20 mai, sans aucune perte pour son escadrille (9./JG 27). À cette époque, Erbo se livra d'avantage dans ses lettres à ses parents. Il regretta son adolescence compliquée et confirma son amour pour Karl son père et Ria sa mère et les remercia tous deux pour leurs soutiens dans les moments difficiles. Il promit également de perpétuer la tradition des Kageneck : fidélité à la patrie, à l'Église et à la famille.

Le 24 mai, le séjour du III./JG 27 était terminé. Désormais, l'objectif numéro 1 de Hitler se situait à l'Est : l'URSS.

Russie, entre gloire et déception[modifier | modifier le code]

Erbo von Kageneck ne fut guère enthousiasme quand son groupe se déplaça sur ce nouveau front. Outre la précipitation du départ qui posa des problèmes de logistique, le jeune pilote craignait comme de nombreux Allemands une guerre sur un second théâtre d'opération, qui plus est démesuré, alors même que l'Angleterre n'était pas encore vaincue. Mais l'aviation russe était constituée de chasseurs et de bombardiers dépassés, sans compter des tactiques de combat en deçà des celles des pilotes de la Luftwaffe, déjà aguerris dans les combats à l'Ouest. Pour un as comme Erbo tout comme d'autres, les victoires ne furent qu'une formalité. Le 22 juin 1941, il remporta son premier succès à l'Est. Le II./JG 27 était aussi présent, de même que le Stab de l'escadre, mais ce dernier perdit en ce premier jour leur Kommodore, le Major Wolfgang Schellmann. Erbo, lui, aligna les victoires mais aussi les sorties, jusqu'à sept à huit par jour, essentiellement dans des attaques au sol, considérés comme bien plus éprouvantes que les combats aériens. L'aviateur réalise son premier triplé le 27 juin et ajoute 16 victoires de plus à son palmarès en juillet.

Erbo, tous comme ses quatre frères présents à l'Est, sont alors dans la frénésie totale des succès et de l'avance ultra rapide allemande. Rien ne pouvait les arrêter, propagande du Reich aidant. Erbo était impatient de recevoir la croix de chevalier de la croix de fer depuis déjà un an. Mais alors que 20 victoires étaient nécessaires en 1940 pour décrocher le précieux sésame, les victoires "faciles" du front Est furent considérés comme moins méritantes. Désormais, il en fallait environ le double. Le 30 juillet, c'est chose faite, l'as a alors 37 victoires. Mais les doutes quant à une victoire facile sur les Russes s'installent peu à peu dans l'esprit de Kageneck. Le front est immense, les distance aussi et le ravitaillement tarde à venir. La fatigue due à la fréquence des missions se fait de plus en plus sentir. Il ne désemplit pourtant pas en août, avec 15 victoires, dont cinq le 14 qui sera son meilleur jour. Le pilote allemand n'en est pas pour autant invincible : lors d'une mission le 20 août, il est lui-même touché par un chasseur soviétique et doit effectuer un atterrissage forcé non loin de ses lignes. Le lendemain, sa croix de chevalier lui est confirmée, le même jour que sa 48e victoire.

L'as bénéficie d'une permission de moins d'une semaine qu'il partage avec sa famille et les habitants de la ville qui lui font un accueil digne d'un héros. Au programme, beaucoup de repos mais aussi… chasse au cerf dans le domaine privé de son oncle ! Mais la guerre n'est jamais bien loin et c'est le retour du pilote sur le front. Erbo continue d'amasser les succès et ses mécaniciens le lui rendent bien. À chaque retour de mission victorieuse, ces derniers sont déjà là pour le féliciter comme il se doit en le portant à l'épaule. Le 4 septembre, il en est à 60 avions abattus. Pourtant et malgré les succès, Moscou était encore loin et chacun savait que la ville ne serait pas atteinte avant l'hiver. Le 23 septembre, Kageneck voit la capture d'un de ses ailiers l'Oberfeldwebel Franz Blazitko, titulaire de 30 victoires et second meilleur as du groupe, qui perd ainsi son dixième et dernier pilote. En octobre, les intempéries de l'automne russe transforment définitivement les terrains d'aviation en boue. Armer, ravitailler et faire démarrer un avion deviennent de plus en plus problématique d'autant que les Russes font désormais voler des appareils plus modernes et robustes. Les victoires "faciles" de l'été ne sont plus que souvenir. Erbo parvint toutefois à marquer sa 65e barre de victoire sur la dérive de son Me 109E le 12 octobre, synonyme cette fois des feuilles de chêne.

Le 26 du mois, à la suite du blocage du front, le III./JG 27 retourna en Allemagne pour se rééquiper en Me 109F plus modernes. Erbo lui, fit un détour en Prusse-Orientale à bord d'un Ju 52 accompagné du Hauptmann Gordon Gollob alors kommandeur du II./JG 3. Tous deux reçurent les feuilles de chêne des mains mêmes d'Hitler à la Wolfsschanze. Kageneck délivrera une impression de scepticisme face au Führer, sans doute pensait-il contrairement à son dirigeant que la guerre à l'Est avait déjà mal tourné et qu'elle serait bien plus longue que prévu. Malgré tout, le III./JG 27 aura revendiqué 225 victoires en Russie, la 9./JG 27 se taillant la part du lion avec environ deux fois plus de victoires que les deux autres escadrilles, dont un peu moins de la moitié pour son seul staffelkapitän.

Pause nostalgique[modifier | modifier le code]

Erbo retrouva le sourire en apprenant le déménagement de son groupe en Afrique du nord afin de renforcer le reste de la JG 27 déjà présente en soutien de l'Afrikakorps de Rommel. Finis la pluie et le froid soviétique, retour au temps clément de la Méditerranée. Les pilotes des trois escadrilles du III./JG 27 prirent tout de même le temps de maîtriser leur nouvelle monture et profitèrent aussi de la capitale Berlin. Mais cette grande ville n'était pas pour Erbo : trop bruyante, trop folle. D'autant plus que Goering lui avait offert le grade de Hauptmann et le commandement du III./JG 27, bien souvent synonyme de paperasse au détriment des combats. Il préféra rester Oberleutnant et à la tête de la 9./JG 27.

Il revit ses parents et sa jeune sœur une dernière fois et, toujours aussi charmeur, il rencontra également lors d'une soirée une fille déjà vue l'année d'avant. Ils se promirent l'union l'un à l'autre avant de se quitter. Le 22 novembre, le célèbre as Werner Mölders premier pilote à atteindre les 100 victoires aériennes décède dans un accident d'avion. Erbo est désigné pour porter en tête de cortège le coussin sur lequel se trouvaient les décorations du défunt.

Dernier combat dans le désert[modifier | modifier le code]

Le 6 décembre, le III./JG 27 posa ses bagages à l'ouest de Tobrouk avant de déménager deux jours plus tard à Martuba à cause de l'avance des Britanniques. Pour ce qui est d'une météo clémente, Erbo fut servi : vent, sable, puces et froid glacial la nuit étaient désormais le quotidien des hommes du désert, sans compter les déménagements fréquents. Entre deux, l'as revendiqua deux chasseurs anglais le 12 décembre, mais ce furent ses dernières.

Le 24 décembre, Erbo effectua sa troisième sortie de la journée et se retrouva confronté à plusieurs chasseurs australiens. Erhard Braume le commandement du groupe ordonna l'attaque mais un adversaire se glissa en dessous du 109 de Kageneck. Braume le prévient par radio mais trop tard. Touché dans le ventre de son appareil, il reçut des éclats dans la jambe droite et une balle dans le rein droit. Signalant par radio sa blessure à son Kommandeur, Erbo effectue un atterrissage d'urgence sous soleil couchant, plantant le moteur et cassant le train gauche. Il parvient à s'extraire de son cockpit saignant abondamment du bas-ventre. Couché sur l'aile gauche de son avion, il utilise son paquetage de secours mais sa blessure est très grave. Braume survole son ami puis rompt en voyant des troupes amies arriver.

C'est une division motorisée italienne qui le prit en charge. Erbo fut opéré la nuit même à la demande du maréchal Kesselring avant d'être transporté à Athènes au petit matin. Hélas pour lui, le phosphore présent dans les munitions finit par se répandre dans son sang et provoquer la phlébite. Erbo eut encore la force d'écrire une dernière fois à sa famille, où il mentionne son dernier combat et son amour aux siens. Transféré plus tard à Naples, ses derniers mots furent pour ses parents et il tomba dans le coma. Il mourut le 12 janvier 1942 sans reprendre connaissance avec une jeune infirmière auprès de lui qui en gardera un souvenir touchant et inoubliable.

Hommages[modifier | modifier le code]

Erbo von Kageneck fut enterré sous les honneurs militaires allemands et italiens le 14 janvier dans un cimetière non loin de Naples, où un aumônier allemand prononça un discours élogieux. Sa mère Ria qui avait reçu la dernière lettre de son fils, put assister à la cérémonie. Ironie du sort, elle apprit par un télégramme de son mari Karl, que son second fils Franz-Joseph avait lui aussi trouvé la mort le 29 décembre 1941 près de Moscou. Les condoléances vinrent de toutes part, y compris du père Walter Strasser qui l'avait renvoyé jadis du collège des jésuites. Fuyant la persécution des nazis, lui et Erbo avaient gardé de bons rapports, notamment par correspondance, où le jeune homme remerciait son ancien professeur pour l'influence positive que ce dernier lui avait donnée. Il lui avait également fait don d'un rosaire qu'Erbo emportait à chacun de ses vols, comme un ange gardien qui veillerait sur lui.

Plus tard, Eduard Neumann, l'une des figures de la JG 27 écrivit : « Je ne peux que dire qu'il avait un rayonnement extraordinaire. Il était la figure centrale sans jamais s'exposer. On peut dire aussi qu'il était un homme noble, non pas par son nom, mais par sa personnalité. J'aimais l'observer, et le comparer à d'autres. Je n'ai jamais entendu quelqu'un dire des choses négatives sur lui. Je ne l'ai vue que quelques jours avant sa terrible blessure… »

En 1975, sa tombe fut transférée dans une nécropole près du Monte Cassino où il repose désormais avec de nombreux frères d'armes allemands ayant combattu dans le sud de l'Italie.

Historique[modifier | modifier le code]

Erbo von Kageneck remporta 67 victoires en combat aérien, soit 17 sur le front Ouest et 50 sur le front Est, la majorité avec la JG 27, alors meilleurs scores de cette escadre. Il sera élevé au grade de Hauptmann à titre posthume. Il faudra attendre encore six mois pour que le célèbre Hans-Joachim Marseille ne détrône ce score. Seuls trois autres pilotes dépasseront également celui de Kageneck au sein de la JG 27, cette escadre étant d'avantage connue pour ses exploits en Afrique du Nord qu'en Russie. En effet, du fait du court passage du II./JG 27 sur le front Est et des cinq mois de présence seulement du III./JG 27 sur ce même front, c'est l'épopée africaine qui fit entrer l'unité dans la légende, Marseille en tête. Le comportement excentrique de ce dernier à ses débuts ressemblait d'ailleurs assez à celui de Kageneck durant son adolescence.

Ludwig Franzisket disait de son ami qu'il avait « un profond instinct de chasseur », qu'il était un « artiste qui maîtrise son avion comme un cheval. » Erbo eut plusieurs fois l'occasion d'augmenter son palmarès mais préféra parfois endommager son adversaire pour laisser le champ libre à son ailier du moment afin que ce dernier puisse obtenir sa première victoire, lui donnant ainsi confiance dans ses futurs combats. Sa pédagogie, son charisme, son talent le rendirent populaire auprès des hommes qui l'entouraient, bien plus que son nom de famille et sa descendance noble. Par l'intermédiaire d'anciens pilotes allemands et australiens devenus amis, un membre de la famille Kageneck, qui avait lu la dernière lettre d'Erbo dans laquelle il décrivait les détails de son dernier combat, put retrouver le pilote qui avait abattu le jeune allemand. Il s'agit de l'as australien Clive Caldwell qui mentionnait dans son journal de bord, un « Bf 109F endommagé à la date de Noël 1941... ». C'était Erbo von Kageneck.

Remarques[modifier | modifier le code]

Les autres enfants Kageneck :

  • Clemens-Heinrich (1913-2005), capitaine de panzer et également titulaire de la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne.
  • Franz-Joseph (1915-1941), capitaine d'un bataillon du 18e d'infanterie, tué sur le front de Moscou, quelques jours avant son jeune frère, le 29 décembre 1941.
  • Fritz-Leo von Kageneck, régiment d'infanterie.
  • August (1922-2004), sous-lieutenant de panzer, écrivain et journaliste, qui rendit notamment hommage à son grand frère par ses écrits.
  • Elisabeth (née en 1925)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erbo, pilote de chasse 1918-1942 – August von Kageneck, Perrin (1999). (ISBN 978-2-262-02878-7)
  • Alexander, Kristen (2006). Clive Caldwell: Air Ace. Crows Nest, Australie : Allen & Unwin. (ISBN 1-74114-705-0).
  • (de) Walther-Peer Fellgiebel, Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939–1945 – Die Inhaber der höchsten Auszeichnung des Zweiten Weltkrieges aller Wehrmachtsteile, Friedberg, Allemagne, Podzun-Pallas, (ISBN 978-3-7909-0284-6)
  • Graf von Kageneck, août 1999. Erbo, pilote de chasse, 1918-1942. Paris : Perrin. (ISBN 2-262-01512-0)
  • (de) Ernst Obermaier, Die Ritterkreuzträger der Luftwaffe Jagdflieger 1939 – 1945, Mainz, Allemagne, Verlag Dieter Hoffmann, (ISBN 978-3-87341-065-7)
  • (de) Veit Scherzer, Die Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives, Jena, Allemagne, Scherzers Miltaer-Verlag, (ISBN 978-3-938845-17-2)
  • Shores, Christopher. Aces High - Volume 2 (Grub Street, 1999)
  • Williamson, Gordon & Bujeiro, Ramiro (2005). Knight's Cross and Oak Leaves Recipients 1941-45. Osprey Publishing Ltd. (ISBN 1-84176-642-9).
  • (de) Franz Thomas, Die Eichenlaubträger 1939–1945 Band 1: A–K, Osnabrück, Germany, Biblio-Verlag, (ISBN 978-3-7648-2299-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]