Enfant unique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur les redirections « Fils unique » redirige ici. Pour le film japonais, voir Le Fils unique.
Page d'aide sur les redirections « Fille unique » redirige ici. Pour le film français, voir Filles uniques.

Un enfant unique est un enfant n'ayant ni frère ni sœur.

Certains enfants peuvent avoir des demi-frères et demi-sœurs ou des frères et sœurs par alliance, vivant dans la même maison ou dans une maison différente - surtout ceux qui sont nés beaucoup plus tard - peuvent avoir un environnement familial semblable à celui des enfants seulement, tout comme les enfants qui ont des frères et sœurs plus jeunes des deux parents (généralement dix ans ou plus).

Aperçu[modifier | modifier le code]

Tout au long de l'histoire, les enfants uniques ont été relativement rares. Pour un certain nombre de raisons, depuis le milieu du 20e siècle, le taux de natalité et la taille moyenne des familles ont fortement diminué : sont notamment en cause l'augmentation du coût de l'éducation des enfants et le nombre toujours plus grand de parents ayant plus tardivement leur premier enfant. Aux États-Unis, la proportion de familles ayant des enfants uniques a augmenté pendant la Grande Dépression, mais a chuté pendant le baby boom de l'après Seconde Guerre mondiale[1]. À la fin de la guerre de Corée en 1953, le gouvernement sud-coréen a suggéré aux citoyens d'avoir chacun un ou deux enfants pour stimuler la prospérité économique, ce qui a entraîné une baisse significative du taux de natalité et un plus grand nombre d'enfants uniques[2],[3].

De 1979 à 2015, la politique de l'enfant unique en République populaire de Chine obligeait les parents à n'avoir qu'un seul enfant. Cette règle a tout de même été soumise à des assouplissements locaux et à des exceptions individuelles (dans le cas, par exemple, de la conception de jumeaux)[4],[5],[6].

Les familles peuvent avoir un seul enfant pour diverses raisons, incluant : préférence personnelle, planification familiale, santé financière, émotionnelle ou physique, désir de voyages, stress au sein de la famille, avantages éducatifs, mariage tardif, volonté de stabilité, concentration sur l'enfant, contraintes de temps, craintes de grossesse ou lors de celle-ci, âge avancé, naissance illégitime, infertilité, divorce et décès d'un frère, d'une sœur ou d'un parent. Jusqu'au milieu du 20e siècle, le décès prématuré d'un parent contribuait à un faible pourcentage de mariages ne donnant naissance qu'à un seul enfant (sans parler de la rareté du divorce à l'époque).

On dit parfois que les enfants uniques sont plus susceptibles de développer des intérêts précoces (en passant plus de temps avec les adultes) et de se sentir seuls[1]. Parfois, ils compensent leur solitude en développant une relation plus forte avec eux-mêmes[7] ou en se développant une vie imaginaire. Certains enfants dont les frères et sœurs sont bien plus petits qu'eux peuvent se sentir comme ayant grandit comme enfant unique[8].

Certains avantages cités d'avoir un enfant unique sont : fardeau financier limité, absence de rivalité fraternelle, possibilité pour l'enfant d'assister à des événements toujours adaptés à son âge (sans considération pour des aînés ou cadets). Un des inconvénients est qu'il peut être plus difficile pour un seul enfant de s'occuper seul de ses parents vieillissants[9].

Stéréotypes[modifier | modifier le code]

Dans les pays occidentaux, les enfants uniques peuvent faire l'objet d'un stéréotype qui les assimile à des « enfants gâtés ». G. Stanley Hall a été l'un des premiers commentateurs à donner une mauvaise réputation aux enfants uniques qui qu'il qualifie de « maladie en soi »[10]. Bien que beaucoup d'enfants uniques reçoivent beaucoup d'attention et de ressources pour leur développement, il n'est pas clair si, en tant qu'individus, s'ils ont connu une trop grande indulgence de leurs parents lors de leur éducation ou s'ils diffèrent de façon significative des enfants ayant des frères et sœurs[11]. Susan Newman, psychologue sociale à l'université Rutgers et auteure de Parenting an Only Child, assure que ces stéréotypes ne sont que des mythes. Selon elle « Les gens disent que les enfants uniques sont gâtés, qu'ils sont agressifs, qu'ils sont autoritaires, qu'ils sont seuls, qu'ils sont mal adaptés [...] Des centaines et des centaines d'études montrent que les enfants uniques ne sont pas différents de leurs pairs »[10].

Cependant, certaines différences ont été mises en avant. Des recherches faisant appel à l'évaluation par les enseignants des compétences sociales et interpersonnelles d'enfants américains[12],[13] ont permis de noter que ces enfants ont moins de maîtrise de soi et de compétences interpersonnelles. Bien qu'une étude ultérieure n'ait pas réussi à prouver que ces différences aient persisté jusqu'à la fin du secondaire[14]. Une autre étude a montré que les déficits persistaient au moins jusqu'à la dernière année du primaire (5th grade, équivalent du CM2)[15].

En Chine, les problèmes de comportement perçus chez les enfants uniques ont été nommés « syndrome du petit empereur »[16] et le manque de frères et sœurs a été incriminé pour expliquer un certain nombre de maux sociaux tels que le matérialisme et le crime. Cependant, des études récentes ne soutiennent pas ces affirmations et ne montrent aucune différence significative de personnalité entre les enfants uniques et les enfants nés dans les familles nombreuses[16]. La politique de l'enfant unique a également été suspectée d'être la cause sous-jacente d'avortements forcés, d'infanticides féminins et de sous-déclaration des naissances féminines[17], et a été suggérée comme une cause possible du nombre croissant de crimes et du déséquilibre entre les sexes en Chine. Quoi qu'il en soit, une enquête menée en 2008 par le Pew Research Center rapporte que 76 % de la population chinoise a soutenu cette politique[18].

Les médias populaires prétendent souvent qu'il est plus difficile pour les enfants uniques de coopérer que ceux ayant grandit dans un environnement familial conventionnel, car ils n'ont pas de concurrents pour attirer l'attention de leurs parents et d'autres membres de leur famille . Il est suggéré qu'il existe une confusion au sujet des normes des âges et des rôles et qu'un effet similaire existe dans la compréhension des relations avec les autres pairs et les jeunes, tout au long de la vie[19]. De plus, il est aussi mis en avant que plusieurs personnes estiment que leurs parents exercent une pression et des attentes supplémentaires sur les enfants uniques, et que souvent, ces enfants sont perfectionnistes[20]. Il est néanmoins rapporté que les enfants uniques ont tendance à mûrir plus rapidement[21].

Recherches scientifiques[modifier | modifier le code]

Une étude quantitative de 1987[22] portant sur 141 études ayant comme sujets seize traits de personnalité différents n'a pas corroboré les idées de théoriciens, y compris celles d'Alfred Adler, selon lesquelles seuls les enfant uniques sont plus susceptibles d'être mal adaptés en raison des soins prodigués[23]. La seule différence statistiquement significative découverte était que ces enfants développaient une plus grande motivation à la réussite. Ceci proviendrait, selon Polit et Falbo, des ressources disponibles plus conséquentes des parents et de la supervision et des attentes de ces derniers ; ce qui exposerait l'enfant unique à d'avantage de récompenses mais aussi à une plus grande probabilité de punition en cas d'échec. Une deuxième analyse de ces auteurs a révélé que seuls les enfants uniques (les enfants n'ayant qu'un seul frère ou sœur, voir les premiers-nés en général), obtiennent de meilleurs résultats aux tests d'habileté verbale que les enfants nés plus tard et que les enfants ayant plusieurs frères et sœurs[24].

Selon le modèle de dilution des moyens (Resource Dilution Model)[25], les ressources parentales (par exemple le temps passé à lire à l'enfant) sont importantes pour le développement. Ainsi, comme ces moyens sont limités, on pense que les enfants ayant de nombreux frères et sœurs en bénéficient moins, respectivement. Cependant, le modèle de convergence (Confluence Model)[26] suggère qu'il y a un effet opposé des avantages pour les enfants n'étant pas les plus jeunes a assurer un tutorat au plus jeunes, bien que le tutorat ne comble pas la part réduite des ressources parentales allouées à chaque enfants.. Cela explique en partie la piètre performance aux tests d'habileté des enfants uniques par rapport aux premiers-nés, comme on le voit souvent dans la littérature, bien que des explications telles que la probabilité accrue et plus précoce de subir une séparation ou une perte parentale pour le dernier-né et les enfants uniques ont également été suggérées, car cela peut être la cause même de leur statut[27],[28].

Dans son livre Maybe One[29], le militant environnemental Bill McKibben plaide en faveur d'une politique volontariste de l'enfant unique sur la base du changement climatique et de la surpopulation. Il rassure le lecteur avec un récit construit à partir d'entrevues avec des chercheurs et des écrivains sur les enfants uniques, combiné avec des extraits de la littérature de recherche, en assurant que cela ne nuirait pas au développement de l'enfant. Il soutient que la plupart des stéréotypes culturels sont faux, qu'il n'y a pas beaucoup de différences entre les seuls enfants et les autres enfants, et que là où il y a des différences, elles sont favorables au seul enfant.

La plupart des recherches sur les enfants uniques ont été quantitatives et se sont concentrées sur leur comportement et sur la façon dont les autres, par exemple les enseignants, évaluent ce comportement. Bernice Sorensen, en revanche, a utilisé des méthodes qualitatives afin d'obtenir un sens et de découvrir ce que les enfants eux-mêmes comprennent, ressentent ou ressentent au sujet de leur vie qui est vécue sans fratrie. Ses recherches ont montré qu'au cours de leur vie, les enfants uniques deviennent souvent plus conscients de leur statut d'enfant unique et sont très affectés par le stéréotype de la société sur l'enfant unique, que ces stéréotypes soient vrai ou non. Dans son livre Only Child Experience and Adulthood, elle affirme que grandir dans une société comprenant une prédominance sociale de frères et sœurs affecte les enfants uniques et que l'absence de relations fraternelles peut avoir un effet important à la fois sur la façon dont ils se perçoivent eux-mêmes et les autres et sur la façon dont ils interagissent avec le monde[30].

En 2011, les recherches du groupe du professeur Lisa Cameron se concentrent sur l'endogénéité associée au fait d'être enfant unique. Les parents qui choisissent de n'avoir qu'un seul enfant peuvent différer systématiquement dans leurs caractéristiques des parents qui choisissent d'avoir plus d'un enfant. L'article conclut que « ceux qui ont grandi en tant qu'enfants seulement à la suite de la politique de l'enfant unique (en Chine) sont jugés moins confiants, moins dignes de confiance, moins susceptibles de prendre des risques et moins compétitifs que s'ils avaient eu des frères et sœurs. De plus, selon le professeur Cameron, on a constaté qu'une plus grande exposition à d'autres enfants dans l'enfance - par exemple, des interactions fréquentes avec des cousins et/ou la garde d'enfants - n'était pas un substitut pour avoir des frères et sœurs »[31].

Dans son livre Born to Rebel, Frank Sulloway démontre que l'ordre de naissance influence le développement des « Big Five » (cinq grands traits de personnalité, également connu sous le nom de « modèle des cinq facteurs »). Sulloway suggère que les premiers-nés et les enfants uniques sont plus consciencieux, plus dominants socialement, moins agréables et moins ouverts aux idées nouvelles que leurs cadets[32]. Cependant, ses conclusions ont été contestées par d'autres chercheurs, qui soutiennent que les effets de l'ordre de naissance sont faibles et incohérents[33]. Dans l'une des plus grandes études menées sur l'effet de l'ordre de naissance sur les cinq grands, les données d'un échantillon national de 9 664 sujets n'ont trouvé aucun lien entre l'ordre de naissance et les résultats du test de personnalité NEO PI-R[34].

Enfants uniques notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Only child » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (en) Vanessa Grigoriadis, « The Onlies », New York, (consulté le 29 juillet 2018), 4 pages.
  2. (en) « Korean Women Say Birth Control is 'Men's Responsibility' - EcoLocalizer », (consulté le 29 juillet 2018)
  3. (en) Lee Jiyeon, « Illegal abortion, South Korea's open secret », Reuters, (consulté le 29 juillet 2018)
  4. Pascal Rocha da Silva, La politique de l'enfant unique en République populaire de Chine, Université de Genève, 2006, pp. 22-28.
  5. (en) « Marriage of the Only Child: Joys and Worries », China.org.cn (consulté le 29 juillet 2018)
  6. (en) Laura Fitzpatrick, « China's One-Child Policy », Time, (consulté le 29 juillet 2018)
  7. (en) Lauren Sandler, « Only Children: Lonely and Selfish? », The New York Times, (consulté le 29 juillet 2018)
  8. (en) Kelly Rose Bradford, « I wish my son wasn't an only child », sur The Guardian, (consulté le 29 juillet 2018)
  9. (en) Simon Edge, « The rise of the only child: Happier, higher achievers or just more lonely? », Express.co.uk, (consulté le 29 juillet 2018)
  10. a et b (en) Juju Chang et Sara Holmberg, « The Only Child Myth », ABC News, (consulté le 29 juillet 2018)
  11. (en) Lauren Sandler, « The Only Child: Debunking the Myths », Time, (consulté le 29 juillet 2018)
  12. (en) Douglas B. Downey et Dennis J. Condron, « Playing Well with Others in Kindergarten: The Benefit of Siblings at Home », Journal of Marriage and Family, vol. 66, no 2,‎ , p. 333–350 (ISSN 0022-2445 et 1741-3737, DOI 10.1111/j.1741-3737.2004.00024.x, lire en ligne)
  13. (en) Miriam Stoppard, « So is an only child really happier? », The Daily Mirror, (consulté le 29 juillet 2018)
  14. (en) « The latest research on only child syndrome. Is it real? », Babble, (consulté le 29 juillet 2018)
  15. (en) Douglas B. Downey, Dennis J. Condron et Deniz Yucel, « Number of Siblings and Social Skills Revisited Among American Fifth Graders, Number of Siblings and Social Skills Revisited Among American Fifth Graders », Journal of Family Issues, vol. 36, no 2,‎ , p. 273-296 (ISSN 0192-513X, DOI 10.1177/0192513X13507569, lire en ligne)
  16. a et b (en) Susan H. Greenberg, « The Rise of the Only Child », Newsweek, (consulté le 29 juillet 2018)
  17. (en) M. G. Merli et A. E. Raftery, « Are births under-reported in rural China? Manipulation of statistical records in response to China's population policies », Demography no 37, février 1990, pp. 109-126
  18. (en) « The Chinese Celebrate Their Roaring Economy, As They Struggle With Its Costs », Pew Research Center, (consulté le 29 juillet 2018)
  19. (en) « 10 Tips for Parenting Only Children », Parents, (consulté le 29 juillet 2018)
  20. (en) Dr Carl E Pickhardt, « The adolescent only child », sur Psychology Today, (consulté le 29 juillet 2018)
  21. (en) « Raising an Only Child », Parents, (consulté le 29 juillet 2018)
  22. (en) Denise F. Polit et Toni Falbo, « Only Children and Personality Development: A Quantitative Review », Journal of Marriage and Family, vol. 49, no 2,‎ , p. 309–325 (DOI 10.2307/352302, lire en ligne)
  23. (en) A. Adler, Problems of neurosis, New York: Harper and Row, 1964.
  24. (en) Denise F. Polit et Toni Falbo, « The Intellectual Achievement of Only Children », Journal of Biosocial Science, vol. 20, no 3,‎ , p. 275–286 (ISSN 1469-7599 et 0021-9320, DOI 10.1017/S0021932000006611, lire en ligne)
  25. (en) Douglas B. Downey, « Number of siblings and intellectual development: The resource dilution explanation. », American Psychologist, vol. 56, nos 6-7,‎ , p. 497–504 (ISSN 1935-990X et 0003-066X, DOI 10.1037/0003-066x.56.6-7.497, lire en ligne)
  26. (en) « PsycNET », sur psycnet.apa.org (consulté le 29 juillet 2018)
  27. (en) R. B. Zajonc et Gregory B. Markus, « Birth order and intellectual development. », Psychological Review, vol. 82, no 1,‎ , p. 74-88 (ISSN 0033-295X, DOI 10.1037/h0076229, lire en ligne)
  28. (en) Toni Falbo, « Sibilings Tutoring and other explanations for intelligence discontinuities of only and last born », Journal of Population, 1 (4), 1978, pp. 349-363.
  29. (en) Bernice Sorensen, « The Only-Child Matrix », dans Only-Child Experience and Adulthood, Palgrave Macmillan UK, (ISBN 978-1-3493-5598-3, lire en ligne), p. 164-195
  30. (en) Bernice Sorensen, « The Only-Child Matrix », dans Only-Child Experience and Adulthood, Palgrave Macmillan UK, (ISBN 978-1-3493-5598-3, lire en ligne), p. 164–195
  31. (en) « Effects of China's One Child Policy on its children », Science Daily, (consulté le 29 juillet 2018)
  32. (en) Sulloway, Frank J., Born to rebel : birth order, family dynamics, and creative lives, Pantheon Books, (ISBN 978-0-6794-4232-5, OCLC 34323035, lire en ligne)
  33. (en) Judith Rich Harris, No Two Alike : Human Nature and Human Individuality, W.W. Norton & Co, (ISBN 0-3930-5948-0 et 978-0-3930-5948-9, OCLC 61461712, présentation en ligne)
  34. (en) « Associations between Birth Order and Personality Traits: Evidence from Self-Reports and Observer Ratings », Journal of Research in Personality, vol. 32, no 4,‎ , p. 498–509 (ISSN 0092-6566, DOI 10.1006/jrpe.1998.2233, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]