Eka Zgouladze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eka Zgouladze
Eka Zgouladze et l'ambassadeur William H. Moser en 2012.
Eka Zgouladze et l'ambassadeur William H. Moser en 2012.
Fonctions
Vice-ministre de l'Intérieur de l'Ukraine
En fonction depuis le 17 décembre 2014
Président Petro Porochenko
Premier ministre Arseni Iatseniouk
Gouvernement Iatseniouk II
Prédécesseur Volodymyr Evdokimov
Vice-ministre de l'Intérieur de Géorgie
200525 octobre 2012
Président Mikheil Saakachvili
Premier ministre Nikoloz Guilaouri
Vano Merabichvili
Successeur Irakli Garibachvili
Biographie
Date de naissance (37 ans)
Lieu de naissance Tbilissi, Géorgie
Nationalité Drapeau de la Géorgie Géorgie
Drapeau de l'Ukraine Ukraine

Eka Zgouladze (en géorgien : ეკატერინე ზღულაძე, ukrainien : Екатеріна Згуладзе), née le à Tbilissi, est une femme politique géorgienne et ukrainienne. Elle est vice-ministre de l'Intérieur entre 2005 et 2012 et ministre de l'Intérieur par intérim de juillet à octobre 2012. Après avoir adopté la nationalité ukrainienne, elle est depuis décembre 2014 vice-ministre de l'Intérieur de l'Ukraine dans le second gouvernement Iatsenouk.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Enfant, elle se définit elle-même comme « turbulente »[1], avant de rentrer dans le rang, notamment après avoir vu l'écrasement de la rébellion géorgienne par les troupes soviétiques en 1989[1]. Elle étudie le droit pendant 1 an à l'université d'État de l'Oklahoma[1] puis poursuit ses études dans son pays natal.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Elle travaille d'abord comme interprète au sein d'organisations internationales[1].

Nommée vice-ministre de l'Intérieur en 2005, elle réforme notamment les forces de police, « en faisant de cette corporation détestée l'institution la plus respectée du pays »[1]. Elle participe à la « désoviétisation » de l'institution policière, notamment en remplaçant 20 000 anciens fonctionnaires « suspects » par de jeunes recrues et fait passer les effectifs de 85 000 à 23 000 personnes. Elle participe également à la fusion de la police, des services secrets et de l'ex-KGB. Elle s'attaque enfin à la corruption et au crime organisé[1]. Après un scandale concernant les mauvais traitement reçus par des personnes incarcérées, le ministre de l'Intérieur en poste, Bacho Akhalaïa, démissionne, et Eka Zgouladze assure l'intérim à la tête du ministère[2]. Pour la nouvelle ministre, « nous n'entendons pas nous dérober devant nos responsabilités. Il y a eu des tortures dans nos prisons. Mais je souligne que ce n’est pas par hasard si ces vidéos sont sorties à dix jours d'un scrutin crucial », soulignant que cette coïncidence temporelle sert l'opposition, et notamment le candidat Bidzina Ivanichvili[3].

Après avoir reçu la nationalité ukrainienne en décembre 2014, elle est nommée quelques jours plus tard vice-ministre de l'Intérieur de l'Ukraine dans le second gouvernement Iatsenouk[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est l'épouse du réalisateur français Raphaël Glucksmann, qui est également conseiller du président Mikheil Saakachvili[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Claire Bommelaer, « Le Louvre sur les routes de l'exode », in Le Figaro, samedi 31 juillet / dimanche 1er août 2010, page 12.
  2. Polina Tchernitsa et Alexandra Dibizheva, « Vidéos de tortures en Géorgie : une provocation du pouvoir ? », in french.ruvr.ru, La Voix de la Russie, 21 septembre 2012.
  3. Régis Genté, « En Géorgie, le pouvoir et l'opposition sont à couteaux tirés avant les législatives », in Le Figaro, 27 septembre 2012, page 10.
  4. (en) « Former Georgian Official Joins Ukrainian Interior Ministry », Radio Free Europe,‎
  5. Géorgie : la « french connection », Marianne, 2 novembre 2012

Article connexe[modifier | modifier le code]